Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE)

Votre Flash Player n'est pas à jour. Visitez le site de Adobe pour la plus récente version.

Nouvelles

  • Est-il possible de prévenir le décrochage des jeunes enseignants?

    Plusieurs recherches révèlent que près de 25 % des nouveaux enseignants quittent la profession au cours des sept premières années. Pourquoi les nouveaux enseignants décrochent-ils en si grand nombre? Qu’arrive-t-il lors de leur insertion professionnelle dans les écoles primaires et secondaires? Ce projet, qui s’intitule « Est-il possible de prévenir le décrochage des jeunes enseignants? Résultats d’une recherche menée auprès de 483 jeunes enseignants de la Commission scolaire de Laval », s’intéresse à la réussite scolaire sous l’angle du décrochage des enseignants, car cette problématique, issue de l’organisation du travail, se répercute de toute évidence sur les élèves, notamment en raison du roulement d’enseignants peu expérimentés qui en découle dans les écoles. Réalisé en partenariat avec la Commission scolaire de Laval et le CRIFPE (Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante), cette recherche fait partie d’un projet plus important financé par le Fonds Société et culture, dans le cadre du programme des Actions concertées. Quatre objectifs de départ orientaient notre projet : (1) identifier les mesures d’insertion professionnelle les plus efficaces pour accroître la rétention du personnel enseignant dans les écoles; (2) mieux comprendre les phénomènes de la pénurie et du décrochage enseignant; (3) mettre en œuvre des mesures efficaces pour lutter contre la pénurie et la non-rétention des enseignants; (4) mieux comprendre l’impact du décrochage enseignant sur la réussite scolaire des élèves. En tout, ce sont 483 enseignants (401 femmes, 82 hommes) qui ont participé à l’une des étapes de cette recherche; 358 étaient au primaire et 125 au secondaire. Nous avons réalisé deux enquêtes par questionnaire auprès de l’ensemble des participants, de même que deux entrevues de groupe auprès d’une vingtaine d’enseignants. Les résultats révèlent notamment l’impact positif de l’ensemble des mesures visant à faciliter l’insertion professionnelle des nouveaux enseignants.

    [2017-05-09]

  • 4e édition de l'ouvrage de Maurice Tardif et Clermont Gauthier intitulé : « La pédagogie : Théories et pratiques de l'Antiquité à nos jours »

    Présentation


    Une perspective historique complète des théories et des pratiques pédagogiques


    Comment les idées et les pratiques pédagogiques ont-elles évolué et continuent-elles de le faire ? Quelles sont leurs influences et leurs répercussions sur la formation des jeunes, des adultes et des enseignants eux-mêmes ? 


    Cet ouvrage répond à ces questions avec clarté et précision. Il jette un regard éclairant sur l’histoire et sur l’évolution des théories et des pratiques pédagogiques, de l’Antiquité à la naissance de l’école au Moyen Âge, de l’éducation humaniste de la Renaissance à la pédagogie nouvelle du XXe siècle. Fruit de la collaboration de plusieurs spécialistes, l’ouvrage examine également les grands courants et plusieurs figures ayant marqué l’évolution de la pédagogie en Occident. 


    Lecture de référence à la fois bien documentée et stimulante, cette quatrième édition propose des ajouts intéressants, notamment : un chapitre sur l’enseignement expliciteune section sur l’apport des neurosciences en éducation; une réflexion sur le béhaviorisme aujourd’hui; des outils pédagogiques indispensables.

    [2017-05-03]

  • Nouvelle parution de Maurice Tardif, Jean-François Marcel, Danière Périsset et Thierry Piot intitulée : «L’organisation du travail des acteurs scolaires. Points de repères sur les évolutions au début du XXIe siècle»

    Décentralisation des systèmes scolaires, concurrence entre les établissements, nouveaux modes de régulation de l’éducation et nouvelles politiques éducatives, pression pour le travail collectif, professionnalisation de l’enseignement, programmes scolaires basés sur des compétences, multiplication de nouveaux agents scolaires, ouverture de l’école aux parents et aux communautés locales, introduction des technologies de l’information et de la communication (TIC), voilà seulement quelques-uns des principaux changements qu’a subis l’organisation scolaire depuis une trentaine d’années. Quelles répercussions ont-ils sur le personnel scolaire et son travail ? Comment les acteurs scolaires, à commencer par les enseignants, y font-ils face ? Comment sont conçues et négociées aujourd’hui les interactions entre ces acteurs au sein des établissements : collaboration ou conflit, partage ou division ? Partant de ces questions, cet ouvrage décrit, analyse et conceptualise dans trois sociétés, soit la France, le Québec et la Suisse, la situation de l’école contemporaine à la lumière des transformations de l’organisation du travail des acteurs scolaires.

    [2017-03-29]

  • Nouvelle parution de Marc-André Éthier, Vincent Boutonnet, Stéphanie Demers et David Lefrançois intitulée «Quel sens pour l’histoire ? Analyses critiques du nouveau programme d’histoire du Québec et du Canada»

    L’enseignement de l’histoire à l’école publique sème la controverse depuis plus de cent ans, un peu partout dans le monde. Le Québec ne fait pas exception à cette règle. C’est encore aujourd’hui un sujet délicat, comme en témoigne l’accueil houleux réservé aux deux plus récentes moutures du programme d’études de l’histoire du Québec et du Canada au deuxième cycle du secondaire.


     

    [2017-03-22]

  • Nouvelle parution de Denis Simard avec Antoine Baby intitulée : «Le goût d'apprendre. Une valeur à partager»

    " L’utopie est à l’horizon. Je fais deux pas en avant, elle s’éloigne de deux pas. Je fais dix pas de plus, elle s’éloigne de dix pas. Aussi loin que je puisse marcher, je ne l’atteindrai jamais. Alors à quoi sert l’utopie ? À faire avancer "

    Eduardo Galeano

    C’est sans doute pour cette raison qu’Antoine Baby s'amuse à distiller un certain nombre d’utopies en éducation, dans l’espoir de faire avancer le monde scolaire dans le sens de l’émancipation des plus démunis.

    De toutes ces utopies, celle qui consiste à faire partager par tous les citoyens et toutes les citoyennes de toutes conditions sociales, le goût d’apprendre tout au long de la vie, n’est pas la moindre.

    [2017-03-20]

  • More Canadian schools move to incorporate, not ban, cellphones

    Researchers and educators agree that cellphones have become fixtures in Canadian classrooms, but opinion remains divided on how best to address their presence.

    [2017-02-28]

  • Thierry Karsenti, professeur au Département de psychopédagogie et d’andragogie de l’UdeM, remporte le Prix du jury au concours Trophées francophones du numérique pour l’éducation.

    Thierry Karsenti, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies de l'information et de la communication (TIC) en éducation, a reçu le Prix spécial du jury au concours Trophées francophones du numérique pour l’éducation, récemment décerné à l’occasion du 5e Colloque international en éducation. Ce colloque est organisé à l’initiative de l’École supérieure de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche de France. 


    Le professeur Karsenti a remporté ce prix pour son projet UTIFEN: usage des technologies de l’information pour la formation des enseignants au Niger. Les modules de formation conçus par l’équipe d’UTIFEN favorisent un usage novateur des technologies, le tout adapté au contexte du Niger. L’idée est de rendre les contenus textuels, vidéos et audios les plus accessibles possible.


    Les réalisations et innovations technopédagogiques de Thierry Karsenti, professeur au Département de psychopédagogie et d’andragogie de l’Université de Montréal, ont été reconnues tant à l’échelle provinciale que sur la scène nationale. Il se distingue également par la contribution de ses activités de recherche à la qualité de la pédagogie universitaire.


     


    À propos des Trophées francophones du numérique pour l’éducation


    Créés cette année, les Trophées francophones du numérique pour l’éducation visent à souligner l’excellence de projets alliant numérique et pédagogie dans le monde francophone. Le but de ce concours est d’inspirer les acteurs de l’éducation et de la formation par la valorisation de bonnes pratiques et du savoir-faire des artisans de la pédagogie numérique.

    [2016-11-18]

  • Maurice Tardif, membre fondateur du CRIFPE, est le lauréat du Prix pancanadien Whitworth, pour son incidence sur la recherche en enseignement au Canada

    Maurice Tardif est le lauréat du prix Whitworth 2016 de l’ACE pour son incidence sur la recherche en enseignement au Canada



    L’Association canadienne de l'éducation vient d'honorer notre collègue, ami et membre fondateur du CRIFPE, le Pr Maurice Tardif, sociologue de l’éducation de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal, qui est le lauréat du prix Whitworth 2016 pour la recherche en éducation.

    Le prix Whitworth récompense depuis 1967 des individus qui contribuent de manière durable et soutenue à la recherche en éducation. Il est décerné tous les trois ans. Et c'est Maurice Tardif qui est honoré cette année.


    Le Pr Tardif est récompensé pour une carrière déterminante, consacrée à recadrer la recherche sur la profession enseignante ainsi que l’élaboration des politiques sur les études et la formation des enseignants au Canada et ailleurs dans le monde.


    « Au début de ma carrière, j’ai vite constaté que les professeurs de mon propre département collaboraient rarement avec les collègues de leur propre faculté et encore moins avec ceux d’autres universités. Il m’a paru essentiel de créer un réseau pancanadien pour nous mettre tous en relation », explique le lauréat. « Autrement, nous aurions continué à travailler en vase clos, chacun dans son département et dans son université, ce qui aurait nui aux grandes études sur l’enseignement au Québec et au Canada. »

    C’est pour contrer cette tendance que le Pr Tardif a fondé notre Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE), devenu l’un des plus vastes réseaux interuniversitaires au monde consacré à l’avancement des connaissances et de la formation des enseignants.

    « Le public exige beaucoup des enseignants. Il veut qu’ils soient aussi parents et psychologues et qu’ils se chargent de la discipline, tout en veillant à la réussite scolaire de chaque élève », explique le Pr Tardif. « Mon objectif a toujours été de comprendre ce qui attend les enseignants dans les divers milieux d’apprentissage où nous les plongeons et de tirer parti de la recherche pour les aider à réussir et qu’ils mènent à leur tour leurs élèves vers la réussite. »

    La détermination de Maurice Tardif à structurer le champ de la recherche en fonction des questions sociales et professionnelles qui affectent le travail des enseignants – notamment la modification constante des exigences des programmes d’études, les compressions budgétaires et l’effectif des classes – allait être le fer de lance de l’une des études les plus exhaustives jamais entreprises sur l’enseignement dans les écoles publiques canadiennes. Des chercheurs de 13 universités ont analysé le rendement, les compétences et les méthodes d’enseignants canadiens, de la prématernelle à la fin du secondaire. Depuis, le fruit de leur travail alimente les politiques d’éducation, éclaire la pratique en classe et permet de mieux appuyer les enseignants.

    Le comité de sélection du prix Whitworth a loué le dévouement indéfectible du Pr Tardif et son engagement à rendre les résultats de la recherche accessibles aux enseignants, aux administrateurs scolaires et aux décideurs, qui peuvent ainsi fonder leurs discussions sur des données probantes et créer des conditions propices à un rendement optimal des enseignants.

    « C’est grâce aux recherches du Pr Tardif sur l’amélioration des conditions de pratique et du travail des enseignants ainsi qu’à sa fervente volonté de créer de solides réseaux de recherche, que les chercheurs canadiens en éducation ont désormais leur place sur la scène internationale », résume Mme Michele Jacobsen, présidente du comité de sélection du prix Whitworth.

    Le Pr Tardif recevra officiellement le prix Whitworth 2016 à l’occasion du Colloque international du CRIFPE le 18 mai 2017 à 20 h, lors du banquet traditionnel du jeudi soir qui aura lieu parallèlement au 375e anniversaire, non pas de Maurice, mais bien de Montréal!

    Cher Maurice, nous sommes fiers de toi. Merci de ta collaboration inconditionnelle depuis bientôt 20 ans!

    Au plaisir de collaborer encore bien des années!




    Thierry Karsenti


    Directeur du CRIFPE


     

    [2016-11-04]

  • Nouvelle parution d'un ouvrage sous la direction de Bruno Garnier et Pierre Kahn intitulé : «Éduquer dans et hors l’école. Lieux et milieux de formation. XVIIe-XXe siècle»

    Cet ouvrage explore l'histoire des situations de coopération et de concurrence entre l’école et différents espaces éducatifs, en France et dans plusieurs autres pays, ainsi qu’à l’étude des rapports entre l’institution scolaire et les différents environnements culturels des enfants qu’elle scolarise. Outre les familles, il faut mentionner divers acteurs, religieux ou professionnels, privés ou publics, communautaires ou nationaux qui prétendeant eux aussi à une efficacité éducative (églises, armée, médecine, monde économique et monde du travail, pouvoirs politiques, etc.).

    [2016-11-03]

  • Présentation par affiche de Marc-André Duchesneau dans le cadre du Sommet du Sport de Haut Niveau intitulée : «Une description des expériences éveloppementales observées chez des athlètes-élèves du programme Sport-études»

    Le 2 novembre dernier, Marc-André Duchesneau, doctorant en psychopédagogie, présentait ses premiers résultats au Sommet du Sport de Haut Niveau, organisé par l’organisme Excellence Sportive de l’Île de Montréal (ESIM). Sa présentation par affiche portait sur les expériences développementales vécues par les athlètes-élèves participants au programme Sport-études. Les résultats présentés s’inscrivent dans un projet doctoral s’intéressant au développement des jeunes qui pratique du sport de façon intensive.


    Marc-André souhaite remercier sa directrice professeure Cécilia Borges ainsi que le CRIFPE pour le soutenir dans sa démarche de recherche.

    [2016-11-03]

  • Nouvelle parution d'un ouvrage sous la direction de Claudia Gagnon et Sandra Coulombe intitulé : « Enjeux et défis de la formation à l'enseignement professionnel »

    Depuis plusieurs années, les milieux politique et éducatif ont mis en œuvre différentes avenues pour valoriser la formation professionnelle au Québec. À l’automne 2003, le baccalauréat en enseignement professionnel devient un programme de 120 crédits et la seule voie d’accès au brevet d’enseignement. Contrairement aux autres secteurs de formation à l’enseignement, les étudiants de ce secteur occupent déjà, à 81 %, un poste d’enseignant dans un centre de formation professionnelle, où ils ont été recrutés sur la base de leur expertise de métier ; ce n’est qu’une fois en poste qu’ils amorcent leur formation universitaire. Cette réalité et les changements politico-éducatifs ont représenté des défis pour l’implantation du baccalauréat en enseignement professionnel pour toutes les universités offrant le programme et pour tous les acteurs impliqués dans cette réforme.


    Ce collectif est le fruit d’une rencontre entre les auteurs et des chercheurs préoccupés par les défis de la formation à l’enseignement professionnel. Les perspectives multiples et les regards variés proposés par les chercheurs dans cet ouvrage soulèvent des enjeux émanant de la complexe réalité vécue par ces enseignants-étudiants.

    [2016-10-27]

  • Le 5 octobre, c’est la journée mondiale des enseignant(e)s

    Valorisons les enseignant(e)s


    Améliorons leur statut professionnel


    Au nom du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE), j’aimerais souhaiter à toutes les enseignantes et à tous les enseignants, du préscolaire à l’université, une excellente 22e Journée mondiale des enseignants. 


    La Journée mondiale des enseignants est célébrée chaque année le 5  octobre dans plus de 120 pays. C'est la journée où, partout sur Terre, on reconnaît l’engagement des enseignants. « Valorisons les enseignant(e)s, améliorons leur statut professionnel » est le slogan de la Journée mondiale des enseignants 2016[1].


    Le 5 octobre a été désigné Journée internationale des enseignantes et enseignants par l’UNESCO le 5 octobre 1994 pour commémorer la signature, 28 ans plus tôt en 1966, de la Recommandation conjointe de l’UNESCO et de l’Organisation internationale du travail concernant la condition du personnel enseignant[2].  Le 5 octobre 1966, les enseignants du monde entier ont ainsi fait un pas de géant dans la reconnaissance de leur profession. En effet, avec l’adoption de cette recommandation, plusieurs gouvernements ont finalement reconnu la nécessité pour tous les pays de disposer d’enseignants compétents, qualifiés et motivés par leur travail. Mais la question de la reconnaissance, du statut social, voire du prestige des enseignants n’est pas pour autant gagnée, 49 ans après cette recommandation officielle. En fait, on l’oublie parfois, ce sont les systèmes éducatifs où l’enseignant jouit d’un statut social important qui réussissent le mieux. L’OCDE cite souvent la Finlande comme exemple de réussite éducative. On parle de méthode pédagogique, de programmes, de curriculum. Il ne faut pas non plus oublier que le succès des Finlandais en matière d’éducation s’est avant tout construit autour du prestige que l’on accorde à la profession enseignante.


    Le 5 octobre, c’est aussi le moment de rappeler la nécessité de renforcer les capacités des enseignants en tant qu’étape indispensable à la réalisation d’une éducation de qualité et à la création de sociétés durables. Comme le disait l'ancien directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, le manque d'enseignants qualifiés en Afrique - et ailleurs dans le monde aussi - nuit non seulement à l’avenir des jeunes eux-mêmes, mais aussi au développement des sociétés dans leur ensemble. À titre indicatif, l’Institut de statistique de l'UNESCO estime que, pour réaliser l’objectif de l’enseignement primaire universel d’ici à 2020, les pays devront recruter au total 12,6 millions d’enseignants du primaire.


    Cette journée, c’est aussi l’occasion de souligner l’importance du rôle des enseignantes et des enseignants à travers le monde, de même que son impact pour la société.  Le CRIFPE et ses partenaires vous invite d’ailleurs à adresser directement un petit message en l'honneur d'un enseignant qui a compté pour vous, depuis le site de l'UNESCO[3].


    Aujourd’hui, cela fera également 19 ans que les problématiques inhérentes à l’enseignement universitaire se sont vu consacrer à leur tour une recommandation conjointe de l’Organisation internationale du travail et de l’UNESCO, la Recommandation sur la condition du personnel de l’enseignement supérieur[4]. Cette recommandation traite notamment des défis que présentent la commercialisation et les pressions du marché, particulièrement prononcées dans le secteur de l’éducation supérieure, ainsi que de problématiques telles que la liberté académique, la collégialité, la sécurité de l’emploi, la négociation collective et le dialogue social.


    Les colloques (celui de 2017 aura lieu les 18 et 19 mai, voire son site), activités et publications du CRIFPE, réalisés aux quatre coins du monde, participent à montrer combien la contribution vitale des enseignantes et enseignants à l’éducation et au développement doit être davantage comprise, reconnue et appréciée de tous.


    Merci à vous, chères enseignantes et enseignants. Merci d’avoir choisi cette profession pour la société d’hier, d’aujourd’hui et de demain.


     


    Thierry Karsenti


    Directeur du CRIFPE


     




    [1] http://www.unesco.org/new/fr/unesco/events/prizes-and-celebrations/celebrations/international-days/world-teachersday-2016/


    [2] http://www.thierrykarsenti.ca/archives/journee_enseignants/recommandation-unesco-oit.pdf


    [3] http://www.unesco.org/new/fr/education/themes/education-building-blocks/teacher-education/wtd2011-e-cards/


    [4] http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001140/114048f.pdf#page=27


     


     

    [2016-10-04]

  • Le CRIFPE et le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ) présentent le Colloque international «Rites et identités» organisé par les professeurs Denis Jeffrey (U. Laval), Ângelo Cardita (U. Laval) et Martine Roberge (CRILCQ – U. Laval).

    19-20-21 octobre 2016


    Université Laval


    L’objet du colloque Rites et Identités est de regrouper des chercheurs de toutes les disciplines qui s’intéressent aux rites en relation avec les questions identitaires. Chacun pourra montrer comment il entrevoit les liens entre la construction des identités – devenue le nouvel impératif catégorique de la postmodernité – et leurs mises en scène (performances) dans divers contextes de l’existence.


    Délibérément interdisciplinaire, ce colloque est ouvert à toutes les perspectives théoriques et méthodologiques. Il vise à mieux saisir les multiples articulations entre les rites et les identités. Il se veut un lieu d’échange pour présenter des nouvelles connaissances sur les rites dans leurs différentes dimensions, notamment religieuses, théologiques, anthropologiques, sociologiques, politiques, historiques, ethnologiques, éthologiques, pédagogiques, esthétiques et littéraires en lien avec leurs symboliques identitaires.

    [2016-09-22]

  • Félicitations à Marie-Hélène Brunet pour la soutenance de sa thèse intitulée : « Le féminisme dans les manuels d'histoire nationale : enquête auprès d'élèves québécois de quatrième secondaire

    Le féminisme dans les manuels d'histoire nationale: enquête auprès d'élèves québécois de quatrième secondaire.


    Soutenance de thèse de Marie-Hélène Brunet, du Département de didactique.
    Sous la direction de recherche de Marc-André Éthier.


    Université de Montréal
    Pavillon Marie-Victorin
    Local E-530


    Résumé


    Plusieurs recherches en didactique de l’histoire se sont intéressées à la faible présence des femmes dans les manuels. Toutefois, aucune ne s’est penchée sur la compréhension des questions reliées au genre dans les récits historiques par les élèves. Cette étude propose de combler cette absence grâce à une étude de cas exploratoire auprès d’élèves de quatrième secondaire en histoire nationale. Nous avons interrogé les adolescents sur leurs conceptions du manuel d’histoire et du féminisme par voie de questionnaire (n=595) et à l’aide d’entretiens individuels (n=9). Durant ces entrevues, des extraits de manuels offrant des discours divergents sur le féminisme leur étaient présentés. Ce travail décrit et analyse les usages du manuel par les élèves, leurs conceptions des luttes féministes dans l’histoire, de même que leur compréhension du rôle accordé aux femmes dans les récits historiques (agentivité). Les élèves perçoivent le manuel d’histoire comme véridique et neutre. Ils l’utilisent d’abord et avant tout afin de répondre à des questions de repérage d’informations historiques. Ils sont peu enclins à le remettre en question, même lorsqu’ils sont confrontés à des récits contradictoires. Ils ont plutôt tendance à amoindrir les différences retrouvées dans les récits afin que le discours corresponde à leurs conceptions initiales de la matière. Pour une majorité d’élèves, les luttes féministes sont associées au passé et il y a peu de liens à faire avec le présent. Le mouvement féministe est associé de manière prépondérante à l’obtention du droit de vote et à quelques évènements ponctuels dénués de contextualisation. Les stéréotypes de genre sont perceptibles dans les réponses de nombreux adolescents, de même que l’antiféminisme, dans une moindre proportion. Cependant, la majorité des élèves rencontrés en entrevue a été en mesure de déceler des différences en fonction de l’agentivité dans les extraits de manuels proposés. Cela nous porte à croire que le développement d’habiletés liées à la pensée historienne en classe pourrait mener les élèves à réfléchir de manière critique aux rapports de genre dans l’histoire.

    [2016-09-16]

  • Contribution du professeure Sivane Hirsch à l'ouvrage collectif intitulé : «Identités religieuses et cohésion sociale. La France et le Québec à l’école de la diversité» sous la direction de Charles Mercier et Jean-Philippe Warren.

    La France et le Québec sont confrontés au surgissement des demandes religieuses dans l’espace public. Les traditions républicaines et libérales sont plus que jamais mises au défi quant à leur capacité à faire vivre-ensemble les citoyens, dans la diversité de leurs appartenances et de leurs convictions.


    Pour y voir plus clair sur ce sujet brûlant, cet ouvrage compare les manières dont les sociétés française et québécoise régulent l’expression des identités religieuses. Il s’agit de présenter les concepts clés, les principes généraux, les stratégies concrètes et les expériences innovantes qui ont cours de part et d’autre de l’Atlantique. Parce qu’elle est vue comme le creuset de la nation et l’incubateur de la citoyenneté, l’école fait l’objet d’une attention particulière.


    Venus d’horizon disciplinaires et professionnels variés, les différents contributeurs cherchent à sortir des simplifications faciles et des idées préconçues. Le croisement de leurs expertises permet d’aborder sous un nouvel angle tant les manifestations de la croyance que les politiques de gestion de la diversité. La mise en comparaison du Québec et de la France se révèle d’une fécondité étonnante et permet, par émulation ou par contraste, de mieux se positionner sur un enjeu central des démocraties occidentales.

    [2016-09-14]

  • Lancement du MOOC « Apprendre et faire apprendre »

     
     
     
    Nousr vous informons du lancement du MOOC « Apprendre et faire apprendre » que nous proposons avec l’AUF à partir du 19  septembre 2016.
     
     
    Vous trouverez à l’URL ci-dessous l'information à propos de celui-ci :
     
     
    URL :   http://www.foad-mooc.auf.org/-Apprendre-et-faire-apprendre-.html

    [2016-08-26]

  • Lancement des livres Éducation et diversité ethnoculturelle, religieuse et linguistique : théorie et pratique (Fides Éducation) et Judaïsme et éducation : enjeux et défis pédagogiques (Presses de l’Université Laval)

    Jeudi 12 Mai 2016


    17 h 00 - 18 h 30


    Lancement des livres Éducation et diversité ethnoculturelle, religieuse et linguistique : théorie et pratique (Fides Éducation) et Judaïsme et éducation : enjeux et défis pédagogiques (Presses de l’Université Laval)


    Cocktail


    UQAM, 320, rue Sainte-Catherine est, Montréal, Pavillon J.-A.-DeSève, local DS-1950 - espace public.


    Il n'est pas nécessaire d'être inscrit à l'ACFAS pour assister au lancement.

    [2016-05-10]

  • Le CRIFPE vous invite à un séminaire/laboratoire LUNDI 2 MAI 2016 9 h À 12 h UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE, CAMPUS LONGUEUIL, LOCAL L-12745 « Entre intervention et recherche : de nouveaux espaces de formation » avec Sylvie MOUSSAY, Université Clermont-Auvergne - ESPE - FRANCE

    Vous êtes conviés à un échange visant à débattre collectivement d’une question qui n’est pas encore stabilisée sur le plan théorique.
     
    Déroulement du séminaire laboratoire :
    1.  Présentation de Sylvie MOUSSAY, Université Clermont-Auvergne - ESPE - FRANCE
    Dans sa présentation, la chercheuse fera part de ses réflexions actuelles portant sur la posture du chercheur qui intervient dans les établissements scolaires, à la demande des professionnels. Cette posture s’appuie sur les postulats de l’intervention en clinique de l’activité (Clot, 2008 ; 2009). Ces présupposés peuvent être étayés par le principe épistémologique de la stimulation duale (Sannino, 2012 ; Vygotski, 1934/1997) dont l’objective vise à proposer des moyens auxiliaires pour aider les sujets à dépasser les situations conflictuelles et les dilemmes professionnels. Précisément, l’intervention développementale consiste à mettre en place un dispositif d’analyse de l’activité avec comme support la vidéo pour engager un processus de développement de l’expérience du travail (Clot, 2008). En référence aux fondements théoriques de la théorie de l’activité, les différentes modalités d’intervention, intervention développementale (Clot & Kostulski, 2011) et intervention formative (Engeström, 2011) peuvent ainsi être questionnées.  
     
    2. Discussion portant sur la posture du chercheur, la méthode et ses prétentions développementales à partir de la présentation des données de recherche de la conférencière.
     
    Pour nourrir la discussion, trois textes à lire :
    ·    Moussay (à paraître) (à demander sur confirmation de participation à Frederic.Saussez@USherbrooke.ca )
    ·    Clot, Y. (2009). Clinic of activity : the dialogue as instruments. Dans A. Sannino, H. Daniels et K. D. Gutiérrez (dir.), Learning and expanding with activity theory (p. 286-302). New York, NY : Cambridge University Press.
    ·    Engeström, Y. (2011). From design experiments to formative interventions. Theory & Psychology, 21(5), 598-628.
    Sylvie Moussay est enseignante-chercheuse à l'Université de Clermont-Ferrand en France. Ses opérations de recherche au laboratoire ACTé (Activité, connaissances, transmission, éducation, acte.univ-bpclermont.fr) s'inscrivent dans l'approche psychologique du travail (Clot, 2008), en référence aux présupposés de la théorie de l'activité (Vygotski, 1934/1997; Leontiev, 1976).  Ses objets d'étude portent sur le développement de l'activité professionnelle des enseignants en établissement scolaire. Courriel: Sylvie.Moussay@univ-bpclermont.fr
     
    Bibliographie complémentaire
    ·    Clot, Y. (2008). Travail et pouvoir d’agir. Paris, France : Presses Universitaires de France.
    ·    Clot, Y. et Kostulski, K. (2011). Intervening for transforming: The horizon of action in the Clinic of activity. Theory & Psychology, 21(5) 681-696.
    ·    Sannino, A. (2012). Dialectique et intervention en théorie de l’activité. Dans Y. Clot (dir.), Vygotski maintenant (p. 213-230). Paris, France : La Dispute.

    [2016-04-11]

  • Félicitations à Seira Fortin-Suzuki pour la soutenance avec succès de son mémoire « Analyse conceptuelle de la notion de responsabilité et pistes d’action pour favoriser la responsabilisation d’étudiants universitaires» le 15 mars dernier

    Cette recherche porte plus spécifiquement sur le développement de la responsabilité à l’université. On constate que la responsabilité est au cœur des programmes de formation du primaire jusqu’à l’université, mais la documentation révèle pourtant des comportements pouvant être jugés comme irresponsables chez des étudiants universitaires (Okoro, 2011; Hu et Kuh, 2002). Pour répondre à ce deuxième volet de la problématique de recherche, le modèle Teaching Personal and Social Responsibility (TPSR) (Hellison, 2011) ainsi que la théorie de l’autodétermination (TAD) (Deci et Ryan, 2002) ont été choisis pour former notre cadre conceptuel. Ce modèle et cette théorie contribuent à émettre des pistes d’action pour favoriser la responsabilisation d’étudiants universitaires et à mieux comprendre les mécanismes qui poussent à l’action ou à la passivité ainsi que les moyens par lesquels nous pouvons internaliser des valeurs liées à la responsabilité. Compte tenu du flou conceptuel au regard de la responsabilité, ainsi que des problématiques liées à la responsabilité en enseignement supérieur, nos objectifs de recherche sont les suivants : 1) décomposer la responsabilité afin de déterminer les conditions préalables, les concepts sans lesquels il ne peut y avoir de responsabilité, et le sens de cette notion, et 2) à partir de notre conceptualisation de la responsabilité, et à l’aide du modèle TPSR et de la TAD, proposer des pistes d’action en vue de développer la responsabilité des étudiants universitaires. Pour répondre à ces objectifs, nous avons réalisé une recherche théorique (Gohier, 1998) utilisant comme données de recherche la documentation sur le sujet à l’étude. Le corpus d’analyse regroupe douze ouvrages de philosophie traitant du concept de responsabilité. Nous avons eu recours à l’analyse de contenu (L’Écuyer, 1990) pour analyser notre corpus et pour construire nos résultats. Les résultats démontrent que la liberté, l’obligation, le pouvoir causal et la conscience sont les quatre notions conditionnelles au concept de responsabilité. Nous argumentons également que la responsabilité doit être posée comme la pierre angulaire d’une éthique considérant l’Autre comme une instance absolue devant laquelle nous devons répondre. Les pistes d’action que nous proposons pour favoriser le développement de la responsabilité d’étudiants universitaires sont de développer une relation significative avec les étudiants, de promouvoir le leadership et le transfert, et d’instaurer une culture collaboration entre intervenants.

    [2016-03-18]

  • Parution d'un rapport de recherche par Christian Maroy (chercheur principal), André Brassard, Cécile Mathou, Samuel Vaillancourt et Annelise Voisin intitulé « La mise en œuvre de la politique de gestion axée sur les résultats dans les commissions scolaires au Québec : Médiations et mécanismes d’institutionnalisation d’une nouvelle gestion de la pédagogie »


    1. Analyser et comparer le rôle des CS, dans la réception, la recontextualisation et l’appropriation de cette politique. Notre hypothèse est que ces acteurs « co-construisent » la politique et en conditionnent la réception/légitimité dans les établissements. Il existe donc des processus médiateurs de mise en œuvre qui réorientent ou aménagent les formes de régulation par les résultats mises en place, en fonction du contexte et des orientations de la CS.



    2. Analyser et comparer les effets spécifiques associés à la variété d’outils et d’instruments d’action publique (indicateurs, plans, contrats), mobilisés par la CS pour opérationnaliser cette politique ainsi que la diversité de leurs usages et de leurs réceptions.


    Le rapport est construit en deux parties. Il débute par la présentation de chacune des études de cas propres aux commissions scolaires étudiées. La seconde partie présente une analyse comparée qui permet d’approfondir les deux objectifs énoncés ci-haut.

    [2016-03-18]

  • Publication d'un article par Simon Collin, Sirléia Ferreira Da Silva Rosa, Hamid Saffari et Gisèle Charpentier, « Les travailleurs migrants temporaires au Québec : des migrants connectés ? », tic&société [En ligne], Vol. 9, N° 1-2 | 1er semestre 2015 - 2ème semestre 2015

    Les études sur les usages des technologies de l’information et de la communication (TIC) par les migrants ont fait l’objet d’un intérêt scientifique croissant ces dernières années. En revanche, peu d’études se sont penchées sur le cas particulier des travailleurs migrants temporaires, qui vivent annuellement des phases de non-migration et des phases de migration. Aussi, l’objectif de cette étude est de mieux comprendre l’accès et les usages des TIC par cette catégorie de migrants au Québec. Les résultats obtenus au moyen d’une enquête auprès de 24 travailleurs agricoles mexicains et guatémaltèques indiquent que le fait de migrer correspond à une réduction de la diversité des usages des TIC pour une majorité des participants. Toutefois, une minorité d’entre eux semblent utiliser au Québec une ou des TIC (le téléphone cellulaire principalement) qu’ils n’utilisaient pas dans leur société d’origine. En outre, l’éducation et la nationalité ressortent comme deux variables associées aux variations d’usage des TIC au sein de cet échantillon. Des pistes d’explication de ces résultats sont explorées en référence à la littérature scientifique du domaine des TIC et de la migration.

    [2016-03-16]

  • Hommage de l'Université de Caen (Sciences de l'éducation) à Gaston Mialaret

    Le Département des Sciences de l’éducation et le Centre d’études et de recherche en Sciences de l’éducation (Cerse Ea965) de l’Université de Caen-Normandie, ainsi que le comité de rédaction de la revue Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle expriment leur grande tristesse devant le décès de Gaston Mialaret – entouré des siens – ce 30 janvier, à l’âge de 97 ans.


     Gaston Mialaret est et restera une grande figure de la pédagogie et des Sciences de l’éducation francophones. Il a été, avec Jean Château et Maurice Debesse, le créateur de cette discipline dans l’Université française, en 1967.


     Gaston Mialaret est né en 1918. Au milieu des années trente, il est élève-maître à l’École normale d’instituteurs de Cahors.


    Il est instituteur pendant quelque temps dans le département du Lot à partir de 1939. Puis après la guerre et le temps de la mobilisation, il devient professeur de mathématiques au lycée d’Albi où, après la Libération, il est chargé d’organiser « les classes nouvelles » impulsées par Gustave Monod au ministère.


    Désireux de devenir directeur d’école normale, Gaston Mialaret se présente au concours d’élèves-inspecteurs de l’École normale supérieure de Saint-Cloud en 1946. Il y suit les cours de philosophie de E. Bréhier, H. Gouhier, R. Polin, R. Bayer et de Raphaël Lévêque qu’il retrouvera à Caen plus tard.


    Parallèlement à sa formation d’élève-inspecteur, il est parmi les tout premiers étudiants (en même temps que l’un des premiers intervenants…) de la nouvelle licence de psychologie, créée à la Sorbonne en 1947. Il suit les cours de P. Guillaume, R. Cousinet, D. Lagache, ainsi que ceux de H. Wallon, de H. Piéron et de R. Zazzo qui allaient exercer sur lui une influence déterminante. Il est reçu au concours du professorat de psycho-pédagogie des Enna (École normale nationale d’apprentissage), ces écoles créées en 1945 en vue de la formation des personnels enseignants des Centres d’apprentissage (ancêtres des lycées professionnels).


    Sur la proposition de Wallon, c’est comme assistant à l’Ens de Saint-Cloud que Gaston Mialaret est alors recruté ; il y organise le premier laboratoire de psycho-pédagogie de cette école en 1948.


    Il soutiendra ses deux thèses (sur l’enseignement des mathématiques et sur la formation des professeurs de mathématiques) en 1957. Mais dès 1953, il est recruté comme "chef de travaux" à l’Université de Caen, pour y développer l’enseignement de la psychologie et y créer la licence : et c’est à Caen qu’il va accomplir la quasi-totalité de sa carrière entre 1953 et 1984, soit 31 années, du statut de chef de travaux à celui de professeur (avec "chaire").


    À la même époque, Robert Dottrens, professeur à l’Université de Genève et co-fondateur, avec Jean Piaget, du Bureau international d'éducation en 1929, amorce la création d’un réseau francophone de recherche en psycho-pédagogie, ou en pédagogie expérimentale, qui deviendra l’Association internationale de Pédagogie expérimentale de langue française (Aipelf) en 1958. La présidence en sera confiée à Gaston Mialaret pendant plus de 20 années.


    Comme il l’avait fait à Saint-Cloud, Gaston Mialaret crée à Caen, dès 1956, un « laboratoire de psycho-pédagogie » : le nom de ce laboratoire indique bien quel est le paradigme qui structure les orientations épistémologiques des recherches en éducation qui y sont conduites. Et ce laboratoire gardera ce nom quand, en octobre 1967, la chaire professorale de Psychologie de Gaston Mialaret sera transformée en chaire de "Sciences de l’éducation", après la création de cette discipline universitaire par le décret du 11 février 1967. Mais dans le début de ces années soixante, c’est encore la notion de pédagogie qui s’impose, en France, pour nommer ce champ culturel (en Suisse, l’Institut Jean-Jacques Rousseau fut intitulé « École des sciences de l’éducation » dès 1912). Et c’est encore ce même mot qui sera choisi pour qualifier le très important Traité des sciences pédagogiques, coordonné par M. Debesse et G. Mialaret, dont les huit volumes seront édités aux Presses Universitaires de France entre 1969 et 1978.


    Les rapports annuels sur « les activités du laboratoire de psycho-pédagogie de l’Université de Caen » des années soixante illustrent bien cette orientation : c’est de pédagogie scolaire qu’il s’agit, et en particulier de la question de l’apprentissage et de l’enseignement de la lecture et des mathématiques. Une autre dimension de recherche importante (en particulier par des travaux de thèse de doctorat) est donnée par l’introduction des méthodes audiovisuelles dans l’enseignement, en liaison avec le laboratoire de Saint-Cloud qui a investi fortement cette orientation nouvelle.


    C’est donc en 1967 que, sous l’impulsion de Maurice Debesse, Jean Château et Gaston Mialaret, sont créées les Sciences de l’éducation dans trois universités françaises : Paris, Bordeaux et Caen. Cette création indique probablement un double élargissement des ambitions de la pédagogie : traditionnellement à dominante philosophique et psychologique, celle-ci s’ouvre à l’ensemble des questionnements des sciences humaines dans le champ de l’éducation ;  elle s’élargit également à d’autres publics – de l’enfance aux adultes –, et s’efforce désormais de prendre en compte la multiplicité des pratiques sociales dans l’ensemble des instances d’éducation (famille, école, mouvements de jeunesse, lieux de gérontologie, éducation informelle…).


    Parallèlement, Gaston Mialaret succède à Henri Wallon à la présidence du Groupe français d’éducation nouvelle en 1962 ; il allait le rester jusqu’en 1969. Henri Wallon (succédant lui-même à Paul Langevin) l’avait été de 1946 jusqu’à sa mort en 1962.


    La revue Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle est créée à Caen en 1967 (le premier numéro – qui paraît quelques mois avant le premier numéro de la Revue française de pédagogie – porte la date de "janvier-mars 1967"). Cette revue témoigne du double engagement de Gaston Mialaret : l’engagement dans le militantisme pédagogique inscritdans le mouvement de l’Éducation nouvelle (la nouvelle revue reprend le titre de la revue du Gfen, Pour l’Ère nouvelle), et l’engagement dans la pédagogie à aspiration scientifique (la revue prend pour titre principal le nom de la discipline universitaire qui est sur le point d’être créée, Les Sciences de l’éducation, et elle publiera régulièrement les actes des congrès de l’Aipelf.


    On doit encore à Gaston Mialaret (en collaboration avec le Dr R. Villey) la création à Caen en 1958, d’un "centre-psycho-pédagogique", devenu "centre médico psycho-pédagogique" en 1965.


    Après avoir été co-responsable de l’institutionnalisation de la discipline universitaire des Sciences de l’éducation en France, il contribue fortement à sa structuration : en participant à la création de l’Association des Enseignants et Chercheurs en Sciences de l’éducation, en 1971 (il la préside de 1976 à 1982), en siégeant au Conseil national des universités [Cnu] (anciennement Comité consultatif des universités) de la 70e section (créée en 1969), ou encore en dirigeant deux grandes collections de sciences de l’éducation aux Presses Universitaires de France pendant près de quarante ans.


    Gaston Mialaret fut également président de l’Organisation mondiale pour l’éducation pré-scolaire (Omep) de 1968 à 1974. Le combat pour la petite enfance incarnait bien les lignes de force de son univers.


    Il fut expert auprès des grands organismes : Unesco, Oua, Unicef, Ocde... Il accomplit de très nombreuses missions, plus particulièrement en Afrique et en Amérique du Sud. Il fut directeur du Bureau International de l’Éducation, à Genève, en 1987-1988.


    La somme des écrits scientifiques de Gaston Mialaret, livres, articles et rapports de recherche, est immense : Éducation nouvelle et monde moderne, Puf, 1966 ; L'apprentissage des mathématiques, Bruxelles, Dessart, 1967 ; Vocabulaire de l'éducation, Paris, Puf, 1979 ; Pédagogie générale, Paris, Puf, 1991 ; Le Plan Langevin-Wallon, Paris, Puf, 1997 ; Les sciences de l’éducation, Paris, Puf, « Que sais-je ? », première édition en 1976, 11e édition en 2011 ; Le nouvel esprit scientifique et les sciences de l’éducation, Paris, Puf, 2010…


    Les ministres de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur, Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon, nous rappellent le rôle qu’il a joué au Québec dans le développement exceptionnel de la discipline des Sciences de l’éducation : « Infatigable militant pour l’éducation nouvelle et préscolaire, Gaston Mialaret a contribué à développer les sciences de l’éducation au Québec et a joué un rôle important auprès des générations de chercheurs qui se sont formés auprès de lui, en publiant leurs travaux en sa qualité d’éditeur aux Presses universitaires de France ».


    « Il avait comme secret espoir de parfaire la sphère du monde de l’Éducation, de faire qu’elle vienne assurer à tout enfant, à tout adolescent et à toute adolescente voire à tout adulte, le bonheur de vivre au prix d’un épanouissement total de ses possibilités. » [J.G.]


     


    Photo : De gauche à droite, Maurice Tardif, Gaston Mialaret, Thierry Piot et Marguerite Altet en 2007, lors du colloque 40 ans des Sciences de l'éducation, à Caen.

    [2016-03-02]

  • Les ateliers Thésez-vous : entrevue avec Sara Mathieu-Chartier et Élyse Marois accordée à Catherine Perrin à l'émission Médium large

    Des ateliers permettent aux étudiants en rédaction de thèse de se réunir le temps d'un week-end pour briser l'isolement et lutter contre le syndrome de la page blanche, deux facteurs qui contribuent au décrochage aux études supérieures. Yoga, bonne bouffe et conseils de rédaction viennent entrecouper les sessions de travail. Sara Mathieu-Chartier, cofondatrice des ateliers Thésez-vous, et Élyse Marois, participante, expliquent à Catherine Perrin en quoi l'initiative apprend aux étudiants comment être plus productifs.

    [2016-02-10]

  • Nouvelle parution : «Transformation(s) de l'école : vision et division du travail» sous la direction de Laetitia Progin, Jean-François Marcel, Danièle Perisset et Maurice Tardif

    Dans le cadre des réformes éducatives récentes, les enseignants sont de plus en plus confrontés à l'injonction de « travailler ensemble ». Dans ce contexte, les cadres scolaires doivent exercer un leadership pédagogique pour accompagner les équipes à travailler collectivement, à faire évoluer leurs pratiques et à assurer des effets sur les apprentissages des élèves. Il se dégage ainsi une nouvelle vision de l'école et des défis qu'elle doit relever. Des chercheurs et formateurs français, belges, québécois et suisses étudient ici la manière dont ces changements se traduisent dans les différentes réalités scolaires.

    [2015-11-26]

  • Nouvelle parution : «Sciences sociales et théories critiques dans la formation des enseignants» sous la direction d'Ariane Robichaud, Maurice Tardif et Adriana Morales Perlaza

    Cet ouvrage s’intéresse à un enjeu souvent ignoré ou du moins de plus en plus minoré au sein des facultés et départements d’éducation au Québec, mais aussi par le ministère de l’Éducation : la place et le rôle des sciences sociales (histoire, sociologie, anthropologie, politique, démographie, économie, etc.) et des traditions culturelles, philosophiques et critiques dans les programmes de formation à l’enseignement. La question qui nous préoccupe est la suivante : peut-on en 2015 former des professionnels de l’enseignement en faisant abstraction de ces disciplines et traditions intellectuelles? Cette question mérite d’être justement soulevée, car on assiste au fil des décennies, comme nous le montrerons dans divers chapitres de ce livre, à une réduction systématique de ces disciplines et traditions intellectuelles au profit d’une vision de plus en plus étroitement technique de la formation des futurs enseignants.

    [2015-11-02]

  • Parution de l'ouvrage : «Faire aimer et apprendre l'histoire et la géographie au primaire et au secondaire » coordonné par Marc-André Éthier, David Lefrançois, Stéphanie Demers

    Cet ouvrage collectif cherche à répondre à de vastes et importantes questions de façon ni exclusivement théorique ni exclusivement pratique, mais empirique.


    En voici quelques-unes:



    • Comment faire aimer et apprendre l'histoire et la géographie aux élèves du primaire et du secondaire?

    • Comment faire de ces disciplines des matières à penser, à se questionner?

    • À quels savoirs devons-nous tenter de faire accéder ces élèves et dans quels buts?

    • Comment leur enseigner à chercher, établir et utiliser – ou réfuter – des preuves historiques ou géographiques pour formuler ou évaluer des arguments politiques et en débattre avec discipline, honnêteté, rigueur et tolérance?

    • Devons-nous (et comment pouvons-nous) les engager dans les débats historiques, sociaux, philosophiques et politiques fondamentaux?

    • Comment valoriser le dépassement de soi et la solidarité sans tomber dans le conformisme et la rectitude?

    • Comment concevoir et piloter des tâches en histoire ou en géographie adaptées aux effectifs hétérogènes et diversifiés des écoles québécoises?

    • Comment créer, évaluer, perfectionner et partager des outils pour amener les élèves à acquérir des compétences favorisant leur participation avertie, libre et réfléchie à la vie sociopolitique?


    Cet ouvrage prend le taureau par les cornes et examine ces nombreuses questions en creusant à la fois les aspects théoriques et pratiques. De plus, après avoir exposé le contenu et l'esprit des programmes en sciences sociales au primaire et au secondaire passés et actuels, ainsi que les savoirs de références appropriés, il fait le point sur ce que la recherche dit à propos de l'enseignement de diverses méthodes disciplinaires en histoire et en géographie, puis, il présente des récits de pratiques d'enseignement qui tiennent compte de ces méthodes.


    [2015-10-22]

  • Parution de l'ouvrgae : «Les fondements de l¹éducation. Perspectives critiques» coordonné par David Lefrançois, Stéphanie Demers, Marc-André Éthier

    Pourquoi éduquer ? Pour qui ?


    Cet ouvrage collectif présente des textes de base sur les fondements mêmes de l'éducation :



    • l'histoire de l'éducation occidentale,

    • le rôle de l'école,

    • les principes des systèmes éducatifs,

    • le processus d'élaboration des savoirs,

    • les idéologies sociales dans le cadre scolaire,

    • le tri social et ses conséquences sur le parcours scolaire,

    • l'apport de la philosophie à l'éducation,

    • l'apprentissage et le développement humain,

    • le développement d'une pensée critique à l'école,

    • la non-neutralité de l'école québécoise.


    Si les réponses à toutes les questions ne peuvent être trouvées textuellement dans ces pages, leurs auteurs souhaitent que les enseignantes et enseignants – en formation et en réflexion continues –, ainsi que tous ceux et celles qui s'intéressent à l'éducation, puissent y puiser des éléments leur permettant de construire leurs propres réponses et alimenter leur désir de mieux faire pour le bien commun.

    [2015-10-22]

  • RÉPONSE AU COMMUNIQUÉ DU CONSEIL SUPERIEUR DE L’ÉDUCATION DU 7 OCTOBRE 2015 CONCERNANT L’ENQUÊTE SUR LA PERTINENCE DE LA FORMATION GÉNÉRALE AU COLLÉGIAL. Par Thierry KARSENTI, Directeur du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante

    Montréal, le 9 octobre 2015 - À la demande de plusieurs enseignants de la formation générale des cégeps et d’autres collègues chercheurs, nous formulons une brève réponse pour faire suite au communiqué du Conseil supérieur de l’éducation (CSÉ) du 7 octobre 2015 qui a répondu à l’enquête sur la pertinence de la formation générale au collégial, lancée le 5 octobre 2015, journée mondiale des enseignants. Nous nous voyons globalement ravis de la « Clarification de la pensée du Conseil supérieur de l’éducation », que l’on retrouve dans ce communiqué (http://www.cse.gouv.qc.ca/FR/Bulletin/index.html#2015-10-07). Néanmoins, leur texte ne reflète pas les visées et objectifs de l’enquête menée. Quelques précisions semblent donc nécessaires.


    Une clarification en faveur de la Formation générale bienvenue
    Nous souhaitons tout d’abord accueillir avec satisfaction les précisions du CSÉ quant à l’importance de légitimer la Formation générale au collégial dans une approche non clientéliste et qui respecte la mission des cégeps. Il est également satisfaisant de noter la réaffirmation du CSÉ concernant le fait qu’il n’existe pas de données pertinentes disponibles permettant de lier les taux d’échecs et les cours de la Formation générale. C’était aussi notre objectif.


    Réponse aux critiques du CSÉ
    Tout d’abord, la référence au rapport du CSÉ de 2015 était plutôt anecdotique dans notre document publié le 5 octobre. Le Conseil semble avoir été particulièrement irrité – et nous nous en voyons bien désolés – par l’expression « flirter […] avec l’idée ». La définition de flirter est beaucoup plus nuancée. Flirter, selon le Larousse, signifie, entre autres, « se rapprocher d'adversaires, sans aller jusqu'à une alliance de fait » (source : http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/flirter/34176). Nous sommes donc bien loin, avec cette expression, d’affirmer d’une quelconque façon que le conseil souhaite « retirer la composante de la formation générale du diplôme d’études collégiales ».


    Rappelons que la justification de notre rapport présenté le 5 octobre 2015 est fondée sur trois arguments principaux dont ne fait pas partie l’avis de septembre 2015 du CSÉ soit : (a) le Rapport Demers ; (b) certaines prises de positions de la Fédération des cégeps ainsi que (c) l’avis du CSÉ de 2014. Une des conclusions (et non tout le rapport, on préfère le préciser) du Rapport final du chantier sur l’offre de formation collégiale (2014), signé par Guy Demers, ancien directeur du Cégep de Lévis-Lauzon ouvrait en effet la porte à retirer des éléments de la formation générale dans certains cas. Le président de la Fédération des cégeps, Jean Beauchesne s’était quant à lui prononcé en faveur d’une réduction du nombre de cours obligatoires à la formation générale. (Source : Le Soleil, 29 août 2014. http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/education/201408/28/01-4795474-la-federation-descegeps-propose-moins-de-cours-obligatoires.php). Enfin, certaines des conclusions (et non l’intégralité, on préfère à nouveau le préciser) de l’avis publié par le CSÉ en mai 2014 intitulé : Les répercussions de l’introduction d’un cours d’histoire du Québec dans la formation générale commune de l’enseignement collégial poussaient aussi à croire à cette option de la part du CSÉ. En effet, dans ce rapport, le CSÉ invoque clairement deux éléments : plus de choix pour l’étudiant et une autonomie accrue pour les cégeps pour faire évoluer la formation générale. Dans leurs recommandations au ministre, on peut ainsi prendre connaissance de leur proposition d’envisager : « […] une évolution de la formation générale permettant de la diversifier ainsi que d’accroître les choix offerts aux étudiantes et aux étudiants, et la marge de manœuvre des établissements » (p. 32). Ajoutons à cela que, dans ce même rapport, le Conseil supérieur de l’éducation (2014) affirmait aussi que les étudiants trouveraient moins de sens à leurs cours de philosophie et de littérature et qu’il y aurait, selon eux, un « malaise quant aux disciplines qui composent la formation générale commune et propre » (Conseil supérieur de l’éducation, 2014, p. 21).


    C’est donc au regard de l’ensemble de ces documents et interventions que nous sommes interrogés sur les risques d’une dérive clientéliste visant à apporter des transformations à la formation générale au collégial.


    En conclusion, rappelons que l’objectif du rapport La pertinence de la formation générale au collégial - fondé en grande partie sur les importants travaux du CSÉ - n’était aucunement de critiquer le travail du Conseil supérieur de l’éducation, loin de là. : L’enquête réalisée a plutôt « […] permis de peindre un portrait des professeurs des cégeps qui est fort différent de celui qui découle des divers rapports consultés : des personnes aux prises avec de nombreux défis, qui multiplient les efforts pour adapter leurs cours aux besoins des étudiants et à la société actuelle; qui innovent par l’usage des technologies à des fins éducatives, et qui croient surtout fermement au maintien de la formation générale dans les cégeps » Nous pensons que, par notre travail de recherche, nous avons contribué à l’avancement des connaissances et à l’important et nécessaire débat sur ces questions.

    [2015-10-14]

  • Le 5 octobre, c’est la journée mondiale des enseignant(e)s

    Le 5 octobre,
    c’est la journée mondiale des enseignant(e)s
     
     
    Au nom du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE), j’aimerais souhaiter à toutes les enseignantes et à tous les enseignants, du préscolaire à l’université, une excellente 21e Journée mondiale des enseignants.
     
    La Journée mondiale des enseignants est célébrée chaque année le 5  octobre dans plus de 120 pays. C'est la journée où, partout sur Terre, on reconnaît l’engagement des enseignants. « Un personnel enseignant fort pour des sociétés durables » est le slogan de la Journée mondiale des enseignants 2015[1].
     
    Le 5 octobre a été désigné Journée internationale des enseignantes et enseignants par l’UNESCO le 5 octobre 1994 pour commémorer la signature, 28 ans plus tôt en 1966, de la Recommandation conjointe de l’UNESCO et de l’Organisation internationale du travail concernant la condition du personnel enseignant[2].  Le 5 octobre 1966, les enseignants du monde entier ont ainsi fait un pas de géant dans la reconnaissance de leur profession. En effet, avec l’adoption de cette recommandation, plusieurs gouvernements ont finalement reconnu la nécessité pour tous les pays de disposer d’enseignants compétents, qualifiés et motivés par leur travail. Mais la question de la reconnaissance, du statut social, voire du prestige des enseignants n’est pas pour autant gagnée, 49 ans après cette recommandation officielle. En fait, on l’oublie parfois, ce sont les systèmes éducatifs où l’enseignant jouit d’un statut social important qui réussissent le mieux. L’OCDE cite souvent la Finlande comme exemple de réussite éducative. On parle de méthode pédagogique, de programmes, de curriculum. Il ne faut pas non plus oublier que le succès des Finlandais en matière d’éducation s’est avant tout construit autour du prestige que l’on accorde à la profession enseignante.
     
    Le 5 octobre, c’est aussi le moment de rappeler la nécessité de renforcer les capacités des enseignants en tant qu’étape indispensable à la réalisation d’une éducation de qualité et à la création de sociétés durables. Comme le disait l'ancien directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, le manque d'enseignants qualifiés en Afrique - et ailleurs dans le monde aussi - nuit non seulement à l’avenir des jeunes eux-mêmes, mais aussi au développement des sociétés dans leur ensemble. À titre indicatif, l’Institut de statistique de l'UNESCO estime que, pour réaliser l’objectif de l’enseignement primaire universel d’ici à 2020, les pays devront recruter au total 12,6 millions d’enseignants du primaire.
     
    Cette journée, c’est aussi l’occasion de souligner l’importance du rôle des enseignantes et des enseignants à travers le monde, de même que son impact pour la société.  Le CRIFPE et ses partenaires vous invite d’ailleurs à adresser directement un petit message en l'honneur d'un enseignant qui a compté pour vous, depuis le site de l'UNESCO[3].
     
     
    Aujourd’hui, cela fera également 18 ans que les problématiques inhérentes à l’enseignement universitaire se sont vu consacrer à leur tour une recommandation conjointe de l’Organisation internationale du travail et de l’UNESCO, la Recommandation sur la condition du personnel de l’enseignement supérieur[4]. Cette recommandation traite notamment des défis que présentent la commercialisation et les pressions du marché, particulièrement prononcées dans le secteur de l’éducation supérieure, ainsi que de problématiques telles que la liberté académique, la collégialité, la sécurité de l’emploi, la négociation collective et le dialogue social.
     
    Les travaux des quelque 100 chercheurs du CRIFPE, réalisés ici et ailleurs dans le monde, participent à montrer combien la contribution vitale des enseignantes et enseignants à l’éducation et au développement doit être davantage comprise, reconnue et appréciée de tous.
     
    Merci à vous, chères enseignantes et enseignants. Merci d’avoir choisi cette profession pour la société d’hier, d’aujourd’hui et de demain.
     
     
     

    [1] http://www.unesco.org/new/fr/unesco/events/prizes-and-celebrations/celebrations/international-days/world-teachersday-2015/
    [2] http://www.thierrykarsenti.ca/archives/journee_enseignants/recommandation-unesco-oit.pdf
    [3] http://www.unesco.org/new/fr/education/themes/education-building-blocks/teacher-education/wtd2011-e-cards/
    [4] http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001140/114048f.pdf#page=27
    --
    ••••••••••••••••••••••••••••
    Thierry Karsenti, M.A., M.Ed., Ph.D.
    Directeur du CRIFPE
    Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les TIC et l'éducation
    Professeur titulaire
    Faculté des sciences de l'éducation
    Université de Montréal
    C.P. 6128, Succursale Centre-ville
    Montréal (Québec), H3C 3J7
    Tél. : (514) 343-2457
    thierry.karsenti@umontreal.ca
    karsenti.ca
    Ceux-là qui n'échangent rien ne deviennent rien. (Saint-Exupéry, Citadelle)
    @thierryUdM

    [2015-10-06]

  • Nomination du professeur Thierry Karsenti à la Société royale du Canada

    Nous sommes fiers de vous annoncer la nomination du professeur Thierry Karsenti à la Société royale du Canada.


    Il est mondialement reconnu dans le domaine des technologies en éducation et ses nombreux travaux et publications s'y imposent comme des références. Depuis 2003, il est titulaire d'une Chaire de recherche du Canada sur le sujet. Fondateur de la Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, il est le directeur du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE) qui s'est mérité le Prix Whitworth au titre de meilleur centre de recherche en éducation au Canada.

    [2015-09-16]

  • L’Université de Montréal lance, dans le cadre de l'initiative Edulib, le MOOC (Massively Open Online Course) sur les innovations technopédagogiques en enseignement supérieur (ITES)

    Le MOOC Innovations technopédagogiques en enseignement supérieur, offert par les Pr. Karsenti et Poellhuber, démarre sous peu. Inscrivez-vous.


    MOOC
    Innovations technopédagogiques en enseignement supérieur



    Bonjour à toutes et à tous,

    L’Université de Montréal lance, dans le cadre de l'initiative Edulib, le MOOC (Massively Open Online Course) sur les innovations technopédagogiques en enseignement supérieur (ITES).

    Ce cours, gratuit et sans aucun préalable, vise à offrir aux professeurs et professionnels oeuvrant en contexte postsecondaire un aperçu des pratiques innovantes les plus actuelles en matière de technopédagogie:  technologies et enseignement, utilisation pédagogique des réseaux sociaux, initiatives 1-1, pédagogies actives, classes d'apprentissage actif et pédagogie inversée, MOOC.

    Le cours se fonde sur les recherches les plus récentes à l’ordre postsecondaire  notamment celles dirigées par les principaux auteurs. Les dimensions théoriques sont présentées de manière accessible et l’accent sera placé sur l’intégration théorie-pratique.


     


    Inscrivez-vous!


    Ce MOOC comprend six modules s'échelonnant du 13 septembre au 15 novembre 2015.



    Les professeurs Thierry Karsenti et Bruno Poellhuber auront les plaisir de vous rencontrer et de partager avec vous de nouvelles connaissances.

    Aidez-nous à PARTAGER cette nouvelle parmi vos amis et collègues en relayant la nouvelle sur Twitter (@MOOCites #moocites), en "likant" la page Facebook (www.facebook.com/moocites) ou en cliquant sur les boutons ci-dessous :
      


     Share   Tweet    +1


    [2015-09-09]

  • Conférence dans le cadre du 50e anniversaire de la Faculté des sciences de l'éducation : «Prévenir et intervenir face à la violence à l'école : l'importance du milieu éducatif et des directions d'école»

    mercredi 23 septembre 2015 - 19:30 à 21:00


    Conférence dans le cadre du 50e anniversaire de la Faculté


    Prévenir et intervenir face à la violence à l'école : l'importance du milieu éducatif et des directions d'école



    Avec François Bowen et Éric Morissette


    Pavillon Marie-Victorin
    90, avenue Vincent-d'Indy
    Salle : D-452


    Inscription obligatoire : evenement@scedu.umontreal.ca



    Outre l'instruction et la qualification, la troisième grande mission de l'école, la socialisation, demeure encore trop souvent abordée indirectement par les milieux scolaires. Cette problématique se pose particulièrement lorsqu'il s'agit des questions touchant la prévention et l'intervention pour contrer la violence dans les écoles. En effet, malgré des avancées considérables en matière de connaissances concernant les mécanismes développementaux et sociaux en jeu dans l'apparition et le maintien des conduites d'agression chez l'enfant et l'adolescent, plusieurs intervenants demeurent peu familiers avec les résultats des recherches portant sur le rôle de l'environnement scolaire, comparativement aux facteurs individuels et familiaux. Or, l'effet établissement (ou l'effet-école) représente une dimension importante non seulement pour la réussite scolaire des élèves, mais également, dans l'expression, comme la réduction de la violence chez ces derniers. Parmi les différentes composantes de l'environnement scolaire, il y a le rôle qu'exerce le leadership des directions d'écoles qui se retrouvent au centre de l'organisation et de l'animation du milieu éducatif. Qui plus est, pour la première fois dans l'histoire scolaire québécoise, une loi interpelle directement les écoles, et tout particulièrement leur direction, afin de mettre en œuvre les moyens pour lutter efficacement contre l'intimidation et les autres formes de violences entre les jeunes.
    Comment les directions d'écoles peuvent-elles relever un tel défi? Quelles sont les ressources et les conditions requises qu'elles doivent mobiliser pour y parvenir? Quelles sont les actions à entreprendre pour mettre en place de façon pérenne et efficace, les moyens d'intervention appropriés? Les conférenciers feront le point pour répondre à ces questions.


    Francois Bowen est professeur titulaire et vice-doyen à la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université de Montréal. Ses recherches actuelles visent à comprendre comment l'environnement scolaire (par exemple, les pratiques d'enseignement, l'organisation de l'école, les attitudes du personnel, etc.) contribue à la qualité de l'adaptation sociale des élèves. Un autre volet important de ses recherches porte sur l'évaluation des programmes de prévention de la violence en milieu scolaire.


    Éric Morissette est professeur au Département d’administration et fondement de l’éducation. Il a commencé sa carrière dans les Centres jeunesse de Laval et de Montréal-IU comme éducateur spécialisé avant de devenir professionnel dans une commission scolaire. À ce titre, il coordonnait les services complémentaires dans une école secondaire dans les dossiers de persévérance scolaire et le développement des comportements prosociaux. Ses recherches s’orientent vers le leadership scolaire chez les directions d’école, la planification et la gestion axée sur les résultats en éducation, l’intimidation et les comportements prosociaux, l’adaptation scolaire, la motivation scolaire et la réussite éducative.

    [2015-09-08]

  • Colloque des XIVes rencontres du Réseau international en éducation et en formation

    Sous le thème Devenir enseignant aujourd’hui et demain, ce colloque vise à réunir des enseignants, des chercheurs, des administrateurs, des professionnels et des étudiants en éducation. Durant une journée, des intervenants issus de divers milieux de pratique et de recherche auront l’occasion de discuter à propos du travail enseignant. Les ateliers se veulent des moments d’échanges, de débats et d’une réflexion collective sur des enjeux liés aux trois principales thématiques du colloque : 1) Choisir son métier; 2) Se former à l’enseignement et 3) Exercer son métier. Les ateliers sont donc une occasion de s’interroger sur les conditions et contraintes sous lesquelles se réalisent de nos jours ces trois moments forts de la construction de l’identité professionnelle enseignante et de son devenir. Chaque atelier débutera par quelques courtes présentations des thèmes à l’ordre du jour suivies d’une discussion collective.

    [2015-08-27]

  • Soutenance de thèse de doctorat de Madame Kathryn Touré le 27 août à 10h, à la salle B-328 du Pavillon Marie-Victorin, intitulée : «Pedagogical Appropriation of Information and Communication Technologies by West African Educators»

    Jury


    Directeur de thèse
    Pr. Thierry KARSENTI, Université de Montréal
    Co-directrice de recherche
    Pr. Colette Gervais, Université de Montréal


    Membres du Jury
    • Michel Lepage, président, Université de Montréal
    • Diane Biron, examinatrice externe, Université de Sherbrooke
    • Vassilis Komis, Université de Patras, Grèce

    [2015-08-25]

  • Mémoire de maîtrise réalisé par Louis Côté intitulé « Analyse de contenu de manuels scolaires en lien avec l’enseignement - apprentissage de la notation exponentielle »

    Mémoire de maitrise en sciences de l’éducation présenté en mars 2015 à la Faculté d’éducation de l'Université de Sherbrooke en vue de l’obtention du grade de Maître ès Arts (M.A.).


     


     

    [2015-08-12]

  • Soutenance de thèse de doctorat en psychopédagogie de Monsieur Anthony Cerqua

    Date : 29 juin 2015 13 h 30


    Lieu : Local 1334 Salle Jean-Paul-Tardif, Pavillon La Laurentienne



    Le corps professoral, les étudiantes et étudiants de la Faculté des sciences de l'éducation sont invités à assister à la soutenance de thèse de doctorat de Monsieur Anthony Cerqua 



    Sujet : Les orientations pédagogiques des organisations internationales en matière de formation à l’enseignement. Analyse des discours de l’UNESCO, de l’OCDE et de la Banque mondiale

    Présidence :


    Marie-Françoise Legendre, présidente


    Vice-doyenne au premier cycle et à la formation continue



    Comité/jury :


    Monsieur  Clermont Gauthier, directeur de recherche


    Département d'études sur l'enseignement et l'apprentissage, Université Laval


    M.  Louis Levasseur, examinateur


    Département d'études sur l'enseignement et l'apprentissage, Université Laval


    M. Jack Schwille, examinateur


    College of Education, Michigan State University


    M. Martial Dembélé, examinateur externe


    Faculté des sciences de l’éducation, Université de Montréal

    [2015-08-12]

  • Soutenance de thèse de Rola Koubeissy jeudi 16 avril 2015 - 10:00 à 12:00 intitulée : «Une étude multicas des pratiques de soutien des enseignants du primaire auprès d’élèves immigrants»

    Directrice de recherche : Cécila Borges


    Co-directrice de recherche : Annie Malo


    Résumé


    Cette recherche a pour but d'étudier les pratiques enseignantes de soutien auprès des élèves immigrants récemment arrivés au Québec, ne maîtrisant pas le français et intégrés dans des classes ordinaires au primaire. Pour ce faire, nous avons mené une recherche de type qualitatif avec deux enseignantes et leurs trois élèves immigrantes. Afin de documenter les pratiques de soutien en contexte réel de la classe, comprendre les raisons des enseignantes à l'égard du soutien et le point de vue des élèves, nous avons procédé à des observations de classe et à des entrevues individuelles générales et spécifiques avec les participantes, en plus de consulter certaines productions écrites des élèves immigrantes participantes. La présentation des données prend la forme d'une étude multicas décrivant les pratiques de soutien mises en place par chacune des deux enseignantes à partir de 22 séquences de soutien qui ont été décrites en tenant compte du contexte de chaque classe, puis analysées à la lumière de deux cadres théoriques complémentaires, le cadre d'analyse du travail enseignant et l'approche sociohistorico-culturelle.


    Les résultats de cette recherche mettent en exergue le sens de la pratique enseignante de soutien qui se construit dans les interactions entre l'enseignante et l'élève, selon leurs apports mutuels, et selon les facteurs de la classe. L'analyse des raisons des enseignantes à l'égard du soutien montre que devant les difficultés des élèves immigrantes anticipées, constatées ou signalées, les enseignantes prennent des décisions pour prendre ces difficultés en considération, les traiter et mettre en place des pratiques de soutien. Les décisions des enseignantes découlent d'un processus de négociation interne entre la prise en compte des difficultés, notamment imprévues, et le maintien de leurs tâches prescrites, tout en considérant les facteurs contextuels de la classe. Le processus de négociation se poursuit et se déplace ensuite entre l'enseignante et l'élève, lesquelles construisent le sens de soutien à travers leurs interactions. Les concepts empruntés de l'approche sociohistorico-culturelle nous permettent de comprendre la relation dialectique entre l'élève et l'enseignante lors des interactions. Les deux s'ajustent l'une par rapport à l'autre dans le but d'arriver à un consensus sur le sens de la difficulté. De ce fait, la pratique enseignante de soutien est construite suite aux négociations entre l'élève et l'enseignante, mais aussi suite à la négociation interne de l'enseignante, et ce, dépendamment des facteurs du contexte. Notre recherche a contribué à apporter cette clarification sur la manière d'appréhender les pratiques enseignantes de soutien en contexte de classe ordinaire.


    Université de Montréal
    Faculté des sciences de l'éducation
    Pavillon Marie-Victorin
    Salle B-328


    Disponible en direct sur le site du CRIFPE en Webdiffusion  http://www.crifpe.ca/ .

    [2015-04-10]

  • Collaboration des membres du CRIFPE : Robert Forges, Cecilia Borges et Mirella Moldavanu à l'ouvrage dirigé par Georges Kpazaï : «Pensée critique et innovations dans la formation universitaire»

    Le développement de la pensée critique des étudiantes et des étudiants est aujourd’hui une nécessité pour les universités et les instituts de formation supérieure du XXIe siècle. Ce XXIe siècle, en effet, est caractérisé par la surabondance des informations, la rapidité des changements, la complexification de la vie en société et la mouvance des savoirs et des connaissances. Les enseignantes et enseignants des universités et des instituts de formation supérieure, dans ce contexte, mettent en place un ensemble de dispositifs et de stratégies pour développer la pensée critique des étudiantes et des étudiants. Toutefois, l’état de la recherche en pédagogie supérieure révèle que peu d’étudiantes et d’étudiants pensent de façon critique à la fin de leur formation universitaire. Cet ouvrage collectif présente un ensemble d’études (empiriques et théoriques) innovantes relatives à la pensée critique et à son développement dans le contexte de la formation universitaire et professionnelle.

    [2015-03-27]

  • Vidéo de l'entrevue avec Liliane Portelance et Stéphane Martineau ayant trait à la parution de l'ouvrage «Développement et persévérance professionnels dans l'enseignement : Oui, mais comment ?»

    Vidéo de l'entrevue des professseurs Lilianne Portelance et Stéphane Martineau accordée à Mme Patricia Powers dans le cadre du Lancement collectif 2015 à l'UQTR à propos de l'ouvrage «Développement et persévérance professionnels dans l'enseignement : Oui, mais comment ?» publié aux PUQ en 2014 (http://www.puq.ca/catalogue/livres/developpement-perseverance-professionnels-dans-enseignement-2461.html)


     

    [2015-03-19]

  • Parution sous la direction de Michel Fabre et Christiane Gohier intitutlée : «Les valeurs éducatives au risque du néo-libéralisme »

    Ont contribué à ce volume : Michel Fabre, Christiane Gohier, Jean-Marc Lamarre, Marie-Louise Martinez, Didier Moreau, Alain-Patrick Olivier, André Pachod, Eirick Prairat et Alain Trouvé.


    Les politiques éducatives (les réformes des dispositifs et des curricula, les propositions méthodologiques) ne cachent pas leur inspiration néo-libérale. L’école et l’université sont désormais sommées d’intérioriser les valeurs du marché, de sorte que l’entreprise peut apparaître aujourd’hui (après la religion et l’État) comme une source nouvelle de valeurs éducatives. L’idéologie néo-libérale semble porteuse d’un bon sens difficilement critiquable et sans alternatives possibles.
    Comment refuser une saine gestion, une évaluation au mérite ? Peut-on ignorer la relation formation emploi ? Peut-on vouloir enseigner des savoirs parfaitement inutiles ? Par quelles ruptures historiques (idéologiques, politiques, économiques) en sommes-nous arrivés là ? De quelles ambiguïtés les nouvelles orientations pédagogiques sont-elles porteuses ? Le néo-libéralisme dessine-t-il un monde unidimensionnel ou permet-il au contraire une multiplicité de jeux de langages dans un monde ouvert ? Quelles pourraient être les conditions d’une posture critique qui ne soit ni nostalgique ni utopique ?
    Autant de questions auxquelles cet ouvrage tente d’apporter des réponses.

    [2015-03-11]

  • Parution de Claudie Solar, Laurence Solar-Pelletier et Marie Thériault d'un rapport intitulé : «Formatrices et formateurs internes : caractéristiques et contribution à l’ingénierie de formation en entreprise»

    Documenter les caractéristiques, rôles et apport des formateurs et formatrices internes selon les modalités de l’ingénierie de la formation en entreprise. Objectifs spécifiques: OS1 :  Décrire les caractéristiques des formateurs et des formatrices internes; OS2 : Documenter le rôle de la/du formateur interne en entreprise : ses fonctions, ses responsabilités et son implication dans la planification des besoins, dans l’organisation, la dispensation et le suivi des activités de formation ; OS3 : Documenter l’utilisation par les entreprises de la formation interne ; OS4 : Documenter les avantages et les inconvénients pour l’employé et l’employeur de recourir à la formation interne plutôt qu’à la formation externe ainsi que les conditions ou situations davantage propices à son organisation.


    La méthode des cas est retenue afin de dresser un portrait des formateurs et formatrices internes dans chacune des 12 entreprises qui seront étudiées, et ce, dans deux secteurs d’activité contrastés quant à la technologie utilisée et au type de formation requis. La cueillette des données combinera analyse documentaire et entrevues semi-dirigées. Celles-ci seront menées auprès des formateurs et formatrices internes, ainsi qu’auprès des responsables de la formation afin d’obtenir une meilleure compréhension de l’ingénierie de la formation interne au sein des entreprises des deux secteurs.

    [2015-03-11]

  • Soutenance de thèse d'Aziz Rasmy le 26 février 2015 à 10h00, à la Faculté des sciences de l'éducation, pavillon Marie-Victorin, local B-328

    Les facteurs et les conditions organisationnelles favorisant la motivation des enseignants du primaire et du secondaire dans leur développement professionnel lié à l’intégration des TIC


    Soutenance de thèse d'Aziz Rasmy. Département de psychopédagogie et d'andragogie.
    Sous la direction de recherche de Thierry Karsenti.


    RÉSUMÉ


    Cette thèse de doctorat se situe dans le contexte de la nécessité de l’apprentissage et du développement professionnel tout au long de la vie. Elle porte sur la dynamique motivationnelle qui anime les enseignants en processus d’apprentissage professionnel continu. L’objectif principal de cette recherche consiste à mieux comprendre les facteurs et les conditions d’apprentissage qui peut susciter la motivation des enseignants dans leur développement professionnel lié à l’intégration des TIC. Pour atteindre cet objectif, nous avons adopté une méthodologie de type mixte, comprenant l’analyse des données quantitatives recueillies à l’aide d’un questionnaire à questions fermées (64 participants) et des données qualitatives collectées à l’aide d’entrevues individuelles (5 participants).


    Les résultats de la présente recherche indiquent que le soutien à l’autonomie, au sentiment de compétence et à la collaboration, de même que la pertinence des activités de formation sont proposés comme déterminants principaux de la motivation dans le développement professionnel des enseignants. En effet, il ressort de l’analyse des données que les enseignants cherchent à se prendre en charge et d’agir dans des situations d’apprentissage professionnel ayant du sens et de l’intérêt. On constate aussi chez ces professionnels la volonté de relever le défi en termes de nouvelles compétences à développer, à s’épanouir et à se réaliser dans leur développement professionnel et leur travail.

    [2015-02-24]

  • Contribution de Christian Maroy, avec Pierre Doray & Mamouna Kabore dans l'ouvrage : Students, Markets and Social Justice higher education fee and student support policies in Western Europe and beyond

    Edited by HUBERT ERTL & CLAIRE DUPUY


    Christian Maroy, Pierre Doray & Mamouna Kabore. University Financing Policy in Québec: the test of the ‘printemps érable’


    This volume examines tuition fees as the most prominent and most visible trend among higher education policies that embodies recent neoliberal trends in the policy area of education. Tuition fee policies and the accompanying provisions for student support illustrate the contemporary tensions between marketisation and social justice. Among the major transformations higher education systems have undergone in the last two decades, the emergence of marketisation, and in particular the introduction of tuition fees, have received a lot of attention. In Europe, these trends seemingly break with a long-dominant representation of higher education as a public good, which has been at the centre of the process of massification of higher education access in most European countries since the 1960s.


         Against this background, the volume examines recent changes in tuition fee policies in a number of western European countries, Canada, the United States and China, and investigates the impacts of these changes on access to higher education. There are two main contributions the volume makes: first, it provides an overview of recent reforms in a comparative perspective, including a diverse range of national contexts; second, it elaborates a systematic analysis of tuition fee policies’ rationales, instruments and outcomes in terms of access to higher education. The volume argues that tuition fee policies provide fruitful grounds to explore the variety of neoliberal trends in higher education, that is, how marketisation and concerns regarding social justice are intertwined in contemporary higher education systems.



    [2014-11-04]

  • Entrevue de Maurice Tardif accordée au journal Le Soleil le 11 octobre 2014 : "Redorer le blason des enseignants"

    Marie-Anne Dayé


    Collaboration spéciale


    Le Soleil


    (Québec) Il serait difficile de cacher le malaise enseignant ressenti actuellement dans les écoles québécoises. Les statistiques sont probantes: la précarité grandissante conduit environ un enseignant sur cinq à quitter la profession après seulement quatre ou cinq années de travail dans le milieu. Comment en sommes-nous arrivés à cette situation?


    Maurice Tardif, directeur du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE) à Montréal, décrit cette réalité dans son plus récent ouvrage intitulé La condition enseignante au Québec du XIXe au XXIesiècle. Il note «une précarisation très importante [plus de 40 %] d'une partie des enseignants qui, depuis 30 ans, doivent travailler à temps partiel et de manière instable dans plusieurs écoles». En d'autres termes, un enseignant sur deux, qui cumule en moyenne 17 ans de scolarité, est précaire durant une période qui varie entre 5 et 15 ans.

    [2014-10-14]

  • Entente de partenariat entre le CRIFPE et le CPIQ

    Entente de partenariat entre le CRIFPE et le CPIQ
    Louise Trudel, Maurice Tardif et Thierry Karsenti.


    [2014-10-06]

  • Soutenance de la thèse de DENISE GISELE DE BRITTO DAMASCO intitulée: Raconter une histoire : l’enseignement public des langues étrangères à partir des interprétations des jeunes et des enseignants du District Fédéral

    Soutenance de la  thèse de DENISE GISELE DE BRITTO DAMASCO intitulée: Raconter une histoire : l’enseignement public des langues étrangères à partir des interprétations des jeunes et des enseignants du District Fédéral à la Facultéd'éducation de l'Université de Brasilia le 2 octobre à 14h30

    [2014-10-03]

  • Parution d'un ouvrage sous la direction de Liliane Portelance, Stéphane Martineau et Joséphine Mukamurera intitulé : Développement et persévérance professionnels dans l'enseignement

    Pour répondre aux nombreuses mutations du domaine de l’en­sei­gnement, sur le plan de la population scolaire, des philosophies d’enseignement ou encore des politiques de gestion des écoles, la formation initiale des enseignants s’est professionnalisée. Toutefois, pour assurer la qualité des systèmes éducatifs, il est crucial que le développement professionnel soit un processus continu. Malheureusement, la possibilité de participer aux activités de développement professionnel n’est pas offerte à tous les enseignants débutants, en raison des difficiles conditions d’embauche. Il n’est pas étonnant, dans ce contexte, que beaucoup d’enseignants abandonnent la profession avant même d’avoir pu acquérir les habiletés nécessaires à la création d’un climat d’apprentissage ­efficace pour les élèves.


    En associant la persévérance professionnelle au développement ­professionnel, les auteurs de cet ouvrage collectif proposent des réflexions approfondies afin de favoriser l’insertion professionnelle des enseignants débutants. Que ce soit par l’entremise de l’exploration théorique, des expériences de formation liées aux stages, des savoirs développés par une analyse réflexive, des représentations quant à la collaboration professionnelle et interprofessionnelle ou de l’analyse de programmes de soutien à l’insertion professionnelle, chaque contribution soulève un aspect capital en vue d’interventions précoces et mieux ciblées en réponse aux besoins des enseignants.

    [2014-09-26]

  • Parution d'un ouvrage sous la direction de Thérèse Pérez-Roux et André Balleux intitulé : Mutations dans l'enseignement et la formation : brouillages identitaires et stratégies d'acteurs

    Les mutations institutionnelles, liées aux politiques éducatives (nationales et internationales), impactent inévitablement le monde de l'éducation et le rapport au travail de ses acteurs. Comment des professionnels (de l'enseignement, de la formation, de la santé, du travail social), confrontés à de fortes tensions liées à des logiques concurrentes, s'approprient-ils ces transformations au plan individuel ou collectif et tentent-ils de (re)donner un sens à leur action ?

    [2014-09-26]

  • Parution d'un article signé Maurice Tardif dans le numéro de Relations, no 774, septembre-octobre 2014

    DOSSIER : Pour une éducation émancipatrice


    Liberté et reconnaissance au coeur de l'enseignement , Maurice Tardif
     

    [2014-09-24]

  • Parution d'un rapport de recherche par Claudie SOLAR, Daniel BARIL, Nancy LAUZON et Jean-­François ROUSSEL intitulé "Pratiques et stratégies innovantes en formation en emploi dans des entreprises du Québec : Lever les obstacles à la participation"

    L’analyse des écrits sur la participation des adultes à la formation continue met en évidence des inégalités d’accès. En effet, les adultes en emploi n’ont pas tous le même accès à des activités de formation dans les organisations au sein desquelles ils travaillent. Néanmoins, certaines entreprises se préoccupent de la formation de leurs employés et cela, quelles que soient leurs caractéristiques : hommes et femmes, jeunes et plus âgés, nés ici ou ailleurs, avec ou sans limitations, peu scolarisés ou hautement qualifiés, au haut ou au bas de l’échelle de l’organisation. Dans ce cadre, la recherche menée vise à repérer et à décrire les pratiques et stratégies innovantes d’entreprise qui contribuent à réduire les inégalités d’accès à la formation continue de la main-d’œuvre en emploi au Québec afin d’en dégager des pistes de solution. Les termes «pratiques et stratégies» réfèrent ici aux modalités mises en place pour rejoindre ces adultes en emploi ainsi que des façons de solliciter leur participation. Elles sont considérées comme étant innovantes lorsqu’elles permettent de lever des obstacles à la participation. Au total, 25 entreprises ont accepté de collaborer à la recherche. Ces entreprises sont situées dans huit régions du Québec, dont trois régions éloignées (Abitibi-Témiscamingue, Saguenay-Lac-St-Jean et Gaspésie).


    À noter que les résultats de cette recherche sont présentés en ligne numériquement et visuellement à les résultats sont présentés en ligne numériquement et visuellement à:
    http://cdeacf.ca/lever-les-obstacles-a-la-formation

    [2014-09-25]

  • 2e Colloque international en éducation : enjeux actuels et futurs de la formation et de la profession enseignante

    Suite au franc succès du 1er Colloque international en éducation qui se déroulait le 1er et 2 mai 2013, nous sommes heureux de vous annoncer que la deuxième édition de ce colloque se tiendra à Montréal les 30 avril et 1er mai 2015. Plus de détails vous seront communiqués très prochainement.

    Au plaisir de vous y voir.


     

    [2014-07-24]

  • 3e Sommet de l`iPad et du numérique en éducation

    Déjà, nous annonçons la tenue du 3e Sommet de l`iPad et du numérique en éducation. Il se tiendra à Montréal les 30 avril et 1er mai 2015.

    Au plaisir de vous y voir.


     

    [2014-07-24]

  • Les activités de recherche menées par Thierry Karsenti ont été parmi les plus présentes dans les médias électroniques francophones et anglophones en 2013

    Les activités de recherche menées par Dave Ellemberg et Thierry Karsenti ont été parmi les plus présentes dans les médias électroniques francophones et anglophones en 2013. C’est ce qui ressort d’une recension effectuée par Spotter pour le Bureau des communications et des relations publiques (BCRP) de l’Université de Montréal.


    M. Karsenti a été abondamment cité pour ses travaux sur les nouvelles technologies dans les salles de classe, notamment sur les bienfaits et obstacles liés au recours à la tablette électronique chez les élèves. Il se classe premier dans les disciplines sciences sociales et humaines.

    [2014-07-24]

  • Parution de deux articles respectivement par Maria-Lourdes Lira-Gonzales et Suzanne Chartrand avec Marie-Pierre Dufour dans le numéro été 2014 de Vivre le primaire

    Le CRIFPE, en partenariat avec l'AQEP, a une section dans la revue Vivre le primaire depuis le printemps 2010, dont la parution des articles suivants dans le dernier numéro de la revue (été 2014) :


    L’anglais intensif au Québec : entre l’ombre et la lumière de Maria-Lourdes Lira-Gonzales et


    J’apprends des règles, puis je les applique : la sempiternelle question du « transfert » de  Suzanne Chartrand et Marie-Pierre Dufour.

    [2014-07-24]

  • Élection de M. Clermont Gauthier à la Société royale du Canada

    Le CRIFPE félicite M. Clermont Gauthier, membre fondateur du CRIFPE, professeur titulaire à la faculté des sciences de l'éducation et titulaire de la Chaire senior de recherche du Canada en formation à l’enseignement à l’Université Laval, pour son élection à titre de membre de la Société royale du Canada (SRC), division des sciences sociales.


    Cette distinction souligne l’excellence de sa contribution dans le domaine de l’éducation, comprenant la publication de 41 ouvrages, de plus de 200 articles édités en plusieurs langues et plus de 300 communications présentées dans une vingtaine de pays, le positionnant comme chef de file international.  


     


     

    [2014-07-24]

  • Nouvel article de Patrice Potvin : Linking neuroscientific research on decision making to the educational context of novice students assigned to a multiple-choice scientific task involving common misconceptions about electrical circuits

    Patrice Potvin*, Élaine Turmel and Steve Masson



    • Université du Québec à Montréal, Montréal, QC, Canada


    Functional magnetic resonance imaging was used to identify the brain-based mechanisms of uncertainty and certainty associated with answers to multiple-choice questions involving common misconceptions about electric circuits. Twenty-two scientifically novice participants (humanities and arts college students) were asked, in an fMRI study, whether or not they thought the light bulbs in images presenting electric circuits were lighted up correctly, and if they were certain or uncertain of their answers. When participants reported that they were unsure of their responses, analyses revealed significant activations in brain areas typically involved in uncertainty (anterior cingulate cortex, anterior insula cortex, and superior/dorsomedial frontal cortex) and in the left middle/superior temporal lobe. Certainty was associated with large bilateral activations in the occipital and parietal regions usually involved in visuospatial processing. Correct-and-certain answers were associated with activations that suggest a stronger mobilization of visual attention resources when compared to incorrect-and-certain answers. These findings provide insights into brain-based mechanisms of uncertainty that are activated when common misconceptions, identified as such by science education research literature, interfere in decision making in a school-like task. We also discuss the implications of these results from an educational perspective.


    Keywords: uncertainty, certainty, misconception, electricity, fMRI, decision making, education


    Citation:Potvin P, Turmel É and Masson S (2014) Linking neuroscientific research on decision making to the educational context of novice students assigned to a multiple-choice scientific task involving common misconceptions about electrical circuits. Front. Hum. Neurosci. 8:14. doi: 10.3389/fnhum.2014.00014

    [2014-07-24]

  • Entrevue accordée par Maurice Tardif au Soleil : Un chercheur dresse un portrait inquiétant du métier d'enseignant

    «C'est comme si l'enfer était l'école publique et le ciel, l'école privée» -
    Maurice Tardif, chercheur au Centre de recherche interuniversitaire sur la
    formation et la profession enseignante

    Le Soleil, publié le 02 décembre 2013 à 05h00 | Mis à jour à 07h52

    Un chercheur dresse un portrait inquiétant du métier d'enseignant
    Annie Mathieu
    Le Soleil

    (Québec) Les conditions des enseignants québécois se dégradent à tel point que Maurice Tardif s'inquiète du sort de l'école publique. Dans son plus récent ouvrage, le père de l'un des plus importants centres de recherche en éducation au Canada dresse un portrait peu réjouissant de l'évolution du métier et de son avenir.



    L'éminent chercheur du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante et professeur à l'Université de Montréal se défend d'être pessimiste. Il plaide plutôt une volonté de faire un état des lieux le plus juste possible en puisant dans l'histoire de la profession. Bref, d'être réaliste.

    Et à l'heure actuelle, les chiffres parlent d'eux-mêmes, selon M. Tardif. Il évoque le taux de diplomation en cinq ans, qui est d'«à peine 55 %». «Avant qu'il descende à 15 %, il faut attendre que les jeunes atteignent l'âge de 24 ans», illustre l'expert, certain que l'école publique échoue lamentablement à sa mission. «Les conditions de détérioration d'apprentissage dans l'école publique se reflètent dans les conditions de travail des enseignants dans l'école publique», plaide-t-il. Il reprend d'ailleurs cette idée comme thèse centrale dans son livre.

    Précarité et complexité
     
    Par exemple, la précarité touche aujourd'hui près d'un enseignant sur deux. «Comment une profession qui a pour mission centrale de former les nouvelles générations peut être précaire?» questionne Maurice Tardif, rappelant néanmoins qu'autrefois, le métier ne procurait pas beaucoup plus de stabilité. Sauf peut-être, entre les années 60 et 80, où il a connu son «âge d'or» avec plus de permanence et des salaires à la hausse. Mais depuis, c'est la débandade.

    Les enseignants en arrachent aussi parce que leurs tâches et la clientèle se sont complexifiées. Fini les classes homogènes de petits francophones blancs. Désormais, ce sont des enfants venant des quatre coins de la planète et avec des problèmes d'apprentissage qui se déclinent à l'infini. De plus, on demande aux profs d'enseigner, mais également de socialiser et de qualifier, énumère le chercheur. «Les attentes sont beaucoup plus lourdes», expose M. Tardif. Il croit que les enseignants sont devenus de véritables caméléons qui, selon l'occasion, se transforment en psychologue, en père de famille ou même en policier.

    Autre problématique, le privé gagne du terrain alors que le rapport Parent, qui souffle ses 50 bougies cette année, devait justement ramener massivement les jeunes dans les écoles financées par l'État.

    Pire encore, un système à deux vitesses s'implante peu à peu dans les établissements publics, avec des écoles qui rivalisent entre elles pour attirer la clientèle, se désole le chercheur. Il croit qu'une nouvelle réalité, celle de l'«injustice scolaire», est en train d'émerger. «C'est comme si l'enfer était l'école publique et le ciel, l'école privée», illustre-t-il.

    Tout cela n'est pas près de changer. «Les gens s'intéressent maintenant plus à leur vieillesse qu'à l'éducation des enfants», avance Maurice Tardif, ajoutant que l'enveloppe consacrée à l'éducation publique a aussi diminué comme peau de chagrin au fil des années.

    ******************

    Chercher à valoriser la profession

    Que faire pour améliorer les conditions des enseignants? D'abord, il faut redorer leur blason dans l'opinion publique, croit Maurice Tardif, qui propose la mise en oeuvre d'une campagne de valorisation du métier dans l'opinion publique. Dans cette optique, la création d'un ordre professionnel serait bénéfique, croit-il.
    L'expert estime aussi que leur salaire doit augmenter et être ajusté en fonction de leur qualification. Quant à la carrière des profs, elle devrait être repensée de façon à ce qu'ils puissent être en mesure de se diversifier.

    Le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport doit impérativement cesser de dicter aux enseignants comment donner leur matière en classe et de s'immiscer dans la pédagogie, puisque, rappelle M. Tardif, ce sont des professionnels qui, au minimum, ont un baccalauréat en poche.


     

    [2014-07-24]

  • Sommet de l'Ipad en éducation : Être prêts aujourd'hui pour les innovations de demain

    Le 1er mai 2013 avait lieu le premier Sommet francophone sur l’iPad en éducation. Ce sommet a initié une réflexion et de nombreux échanges sur l’utilisation de ce nouvel outil en contexte éducatif. Cette seconde édition se tiendra les 1er et 2 mai 2014 au Hilton Bonaventure (Montréal) et permettra de prolonger la réflexion sur cet outil technologique de plus en plus présent dans les salles de classe : Comment intégrer ce nouvel outil dans les établissements scolaires ? Comment concevoir des séquences de cours efficientes ? Quels sont les usages dans les classes ? Quels sont les défis rencontrés ? Quelles modifications apporte-t-il au niveau de l’enseignement et de l’apprentissage ? C’est à cet ensemble de questions que le second Sommet de l’iPad en éducation tentera de répondre. À cette fin, le Sommet rassemblera des chercheurs, des enseignants et des praticiens québécois et internationaux d’ici ou d’ailleurs.


    Au plaisir de vous rencontrer à l'occasion de ce sommet, qui promet d'être un franc succès.








    Thierry Karsenti (signature)
    Thierry Karsenti,
    Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les TIC en éducation

    [2014-07-24]

  • 2e Colloque international sur les TIC en éducation : bilan, enjeux actuels et perspectives futures

    Nous sommes fiers d’accueillir, les 1er et 2 mai 2014, le 2e Colloque international sur les technologies en éducation : bilan, enjeux actuels et perspectives futures. Ce colloque se tiendra à Montréal, au Hilton Bonaventure. Les organisateurs de ce colloque souhaitent apporter un éclairage scientifique, professionnel et associatif à la question des TIC en éducation, qu’ils jugent fondamentale pour l’avenir de nos sociétés. Dans le cadre de ce colloque, des chercheurs de divers horizons seront invités à présenter les résultats de leurs travaux de recherche sur les apports des TIC, des technologies émergentes et du Web 2.0 en éducation.


    Au plaisir de vous rencontrer à l'occasion de ce colloque, qui promet d'être un franc succès.








    Thierry Karsenti (signature)
    Thierry Karsenti,
    Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les TIC en éducation

    [2014-07-24]

  • Récipiendaires du concours "Fais une demande de bourse !"

    Félicitations aux deux récipiendaires du concours  "Fais une demande de bourse" : Hélène Crow et Jonathan Chevrier.

    [2014-07-24]

  • Conférence de presse de Maurice Tardif

    Cette conférence de presse entend faire le point sur cette question d’intérêt général : où s’en va aujourd’hui l’enseignement scolaire public et quel sort attend les jeunes enseignants et enseignantes qui se préparent à travailler dans l’école québécoise en ce début de XXIe siècle?


    Maurice Tardif est professeur titulaire de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal et Directeur du CRIFPE-Montréal.


     Enseigner aujourd’hui à l’école publique : une profession en phase de dégradation?


    Dans le monde de l’éducation, l’année 2013 devrait être une belle occasion de réjouissance, car elle marque le 50e anniversaire du lancement du célèbre rapport Parent (1963-1964), dont les recommandations ont conduit, comme chacun sait, à l’édification de notre système scolaire actuel du primaire à l’université. Pourtant, malgré les nombreux progrès accomplis en plusieurs domaines, tous ne trouvent pas matière à se réjouir, à commencer par les enseignants et enseignantes qui travaillent dans nos écoles publiques. Il faut rappeler que le rapport Parent tenait ces enseignants et enseignantes du Québec en très haute estime : il les considérait comme une véritable profession qui devait bénéficier d’une large autonomie, de bonnes conditions de travail et d’une grande considération sociale. Or, ce qu’on observe, c’est que les enseignants et enseignantes de l’école publique semblent plutôt vivre au Québec depuis quelques décennies déjà une période particulièrement difficile de l’histoire de leur profession. Par exemple, depuis les années 1980, le taux de précarité qui règne dans l’enseignement se maintient entre 40 % et 45 %. On peut estimer que près de 20 % des nouveaux enseignants et enseignantes quittent un métier qui les laisse profondément insatisfaits après seulement quelques années de pratique. Dans les écoles publiques, l’intégration d’élèves en grande difficulté dans les classes ordinaires, la pauvreté des enfants, des publics d’élèves réfractaires à toute forme d’apprentissage, les relations difficiles avec certains parents, l’enseignement à des élèves provenant de plusieurs milieux culturels et linguistiques sans bagage minimal commun, la rotation fréquente du personnel en place, sans parler de l’insalubrité des bâtiments, tout cela dessine les pourtours d’un travail enseignant devenu de plus en plus pénible à réaliser. Or, justement, de nombreuses enquêtes indiquent un niveau de détresse psychologique élevé parmi le personnel enseignant. À ces difficultés s’ajoutent les nombreuses réformes scolaires et les nouvelles politiques éducatives mises en œuvre depuis les années 1990 : réforme chaotique des programmes scolaires depuis 2000, fausse décentralisation du système scolaire qui reste profondément lourd et bureaucratique, contrat de performance, obligation de résultat, etc. Or, peu importe le gouvernement en place, libéral ou péquiste, toutes ces réformes ont été régulièrement assorties de compressions budgétaires et de surcharges administratives qui les ont rendues difficilement réalisables avant même qu’elles soient implantées. Sans cesse avortées, bloquées ou défigurées faute de moyens et d’orientations claires, n’ont-elles pas fini par désillusionner les enseignants et enseignantes sur les possibilités d’amélioration de l’école publique?


     


    Présentation PowerPoint (Format pdf)


     

    [2013-11-06]

  • Article de Thierry Karsenti paru dans la RITPU, vol 10, no 2 : << Révolution ou simple effet de mode ? >>

    Que sont les MOOC (massive open online courses) ou les CLOM (cours en ligne ouverts et massifs) qui semblent avoir séduit des millions d’apprenants partout sur la planète? S’agit-il d’une révolution ou d’une mode en enseignement universitaire? Les uni-versités au Québec doivent-elles se positionner sur ce créneau? Sont-elles en retard? Faut-il s’inquié-ter de voir des universités américaines enseigner la Révolution tranquille à des milliers d’étudiants? Faut-il troquer nos grands amphithéâtres pour des supergroupes virtuels? Comment enseigne-t-on à 10000personnes? Quels sont les réels avantages, les limites et les fonctions des MOOC? Quel est le taux de réussite des apprenants? Philanthropie, pro-fit ou racket? Diplômes gratuits ou à rabais? Fini les frais de scolarité avec les MOOC? Que dit la recherche sur les MOOC? Ce sont là certaines des questions abordées dans cet éditorial.

    [2013-09-27]

  • Nouvelle parution de Maurice Tardif intitulée : La condition enseignante au Québec du XIXe au XXIe siècle. Une histoire cousue de fils rouges: précarité, injustice et déclin de l'école publique

    Les enseignants de l’école publique semblent vivre au Québec depuis pas mal d’années déjà une phase particulièrement difficile de l’histoire de leur profession : intégration d’élèves en grande difficulté dans les classes ordinaires, pauvreté des enfants, compétition effrénée avec l’école privée, nombreux jeunes enseignants qui décrochent de la profession après quelques années de pratique, etc. Or, cette phase difficile est-elle le résultat d’une conjoncture temporaire ou bien découle-t-elle de tendances à long terme, profondément enracinées dans l’histoire sociale et éducative du Québec? Afin de répondre à cette question, ce livre propose une relecture critique des conditions d’exercice du métier d’enseignant depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours. Il montre que l’histoire de ce métier est traversée, sur un siècle et plus, des mêmes fils rouges qui ont pour nom précarité, injustice scolaire et affaiblissement de l’école publique. Il offre du même coup une synthèse originale et complète de l’évolution de l’école et du monde des enseignants au sein de la société québécoise, mais conçue dans la perspective d’une meilleure compréhension de la condition enseignante actuelle.

    [2013-10-08]

  • Il nous fait plaisir de vous annoncer que le rapport de l'axe 1 de la recherche "les politiques de régulation par les résultats en éducation : une comparaison France-Québec" de l'équipe Québec est maintenant disponible et accessible en version PDF sur le site de la Chaire de Recherche du Canada en politiques éducatives

    Ce rapport comprend quatre parties. Dans un premier temps, nous présenterons de façon plus précise le cadrage théorique, les principaux concepts qui ont été mobilisés dans notre démarche analytique, concepts de la sociologie de l’action publique, de l’analyse cognitive ou néo-institutionnaliste des politiques éducatives (chapitre 1). Nous préciserons ensuite la méthodologie utilisée, notamment pour ce qui concerne les analyses empiriques originales (chapitre 2).


    Dans un second temps, nous présenterons une relecture de la littérature scientifique canadienne et québécoise existante (à notre connaissance) portant sur tout ou partie de la genèse de la GAR dans le système éducatif québécois (chapitre 3).


    Dans un troisième temps, nous nous centrerons sur les épisodes les plus récents de la trajectoire de cette politique, au cours des années 2000, en particulier les changements amenés par les projets de lois 124 (2002) et 88 (2008). Nous développerons une double analyse de ces épisodes.


    D’un côté, au chapitre 4, nous procéderons à une analyse cognitive des discours, et plus précisément des «récits d’action publique» (Radaelli, 2000) portés par les principaux acteurs qui participent du forum contribuant à construire ou à infléchir cette politique éducative, en nous basant sur une analyse qualitative thématique (basée sur le logiciel NVivo) et une analyse lexicographique, plus quantitative. L’analyse qualitative nous permettra de dégager trois récits d’action publique: un récit dominant, porté surtout par les acteurs «gouvernants» du systèmequi défend l’idée que la «gestion axée sur les résultats et ses outils» va contribuer à améliorer la réussite scolaire et la démocratiescolaire au Québec; un récit «syndical» opposé à la mise en place de ces nouveaux outils de gestion, mais attentif à préserver et renouvelerles politiques volontaristes de l’État en matière d’éducation; enfin un récit alternatif, porté par un parti d’opposition surtout, valorisant un modèle d’autonomie de l’établissement dont la régulation peut s’opérer au mieux par les usagers directs, les parents/payeurs de taxe. L’analyse discursive des acteurs de ce forum de la communauté de production de la politique éducative sera de plus miseen comparaison avec une analyse lexicographiqueplus large basée sur les débats au sein de la presse écrite, à propos des mêmes projets de loi.


    D’un autre côté, au chapitre 5, nous ferons une analyse des logiques stratégiques des principaux acteurs dans ces débats (partis, autorités scolaires, syndicats, parents) en mettant en évidence les intérêts et enjeux qu’ils portaient dans ce forum, les gains ou les pertes qu’ils ont pu connaître par rapport à leurs intérêts affichés, et par rapport au contenu des lois effectivement sanctionnées au bout du processus parlementaire. La première lecture«cognitive»cherche au fond à montrer les convergences et divergences entre acteurs, du point de vue des «idées» qui inspirent la justification ou au contrairela dénonciation de la politique en cours de construction. Cette première analyse dessine des proximités d’idées, les similitudes (ou oppositions) de matrices cognitives et normatives à partir desquelles la réalité et la politique éducative est construite,lue et interprétée. La seconde lecture –stratégique–mettra en évidence que pour autant, des «référentiels» ou des «matrices cognitives» 3partagées des acteurs n’induisent pas forcément un accord sur toutes les mesures et instruments mis en place par les projets de loi, dans la mesure où par-delàun accord (ou un désaccord) d’ensemble sur le type de «solutions» proposées par lapolitique menée, des acteurs aux fonctions et intérêts différenciés (par ex. le gouvernement central et les CS, les différentes organisations syndicales,etc.) peuvent parfois s’opposer ou se retrouver sur certaines mesures ou instruments proposés par les lois en discussion.


    Enfin dans un quatrième temps au chapitre 6, nous discuterons l’ensemble de nos résultats, en soulignantcombien la constructioncognitiveet politique de la GAR, telle qu’on peut l’observer sur lascène centrale du champ politique et telle que la littérature la retrace, permet d’ores et déjà d’avancer qu’elle est le fruit composite de logiques de régulationqui s’opposent pour partie, mais simultanément se sédimentent, se composent, s’hybrident.

    [2013-10-08]

  • Interview accordée par Agnès Van Zanten au Café pédagogique à propos de l'ouvrage <<Les marchés scolaires: Sociologie d’une politique publique d’éducation>>

    L'Ecole face aux marchés scolaires 


    Prenez trois des meilleurs sociologues de l'Ecole et demandez-leur d'analyser son évolution récente. Ils feront apparaître l'impact du développement de véritables marchés scolaires. Et ils mettront en évidence les effets sociologiques, scolaires et politiques de leur développement. C'est ce travail que Georges Félouzis, Christian Maroy et Agnès Van Zanten ont mené. Il aboutit dans un petit livre costaud, argumenté, riche d'informations sous tendu par une réflexion aboutie sur les politiques scolaires. Un livre qui va peser sur la refondation.

    [2013-10-08]

  • Compte rendu de l'ouvrage <<Les marchés scolaires: Sociologie d’une politique publique d’éducation>> dans le journal Le Monde

    Les Marchés scolaires : Sociologie d’une politique publique d’éducation
    de Georges Felouzis, Christian Maroy et Agnès van Zanten,


    PUF,«Education et société», 228p., 19,50¤.



    Depuis les années 1980, les politiques menées en matière d’éducation dans la plupart des pays ont conduit à donner plus de liberté auxparents dans la scolarisation de leurs enfants et plus d’autonomieaux écoles pour attirer les bons élèves. L’ouvrageen montre les effets en matière d’inégalités éducatives notamment.

    [2013-10-08]

  • Nouvelle parution de Georges Felouzis, Christian Maroy et Agnès van Zanten intitulée : Les marchés scolaires: Sociologie d’une politique publique d’éducation

    Qu’entend-on par « marchés scolaires » ? Comment fonctionnent-ils au jour le jour et quel est l’impact de cette politique sur l’efficacité et l’équité de l’école ?
    Les trois auteurs, sociologues de l’éducation et spécialistes des politiques éducatives, utilisent les résultats des recherches internationales pour répondre à ces questions. Explicitant une triple forme des marchés scolaires (marchés « privés », quasi-marchés et marchés plus officieux), ils étudient ces marchés en action en mettant en évidence l’importance des contextes locaux et des interactions sur la durée. Ils analysent aussi les motifs et les conséquences des choix des parents et des interdépendances compétitives entre établissements. ainsi que les principaux modes de régulation de leur action. À la question centrale, « les marchés scolaires produisent-ils plus de liberté et permettent-ils plus d’innovations pédagogiques ou créent-ils une ségrégation accrue ? », les auteurs répondent de façon nuancée, en montrant que les effets de ce mode de coordination de l’action éducative varient en fonction des cadres nationaux et des dispositifs locaux.

    [2013-10-08]

  • Entrevue de Thierry Karsenti accordée à Claude Bernatchez le 22 août à la Première chaîne de Radio-Canada à l'émission Première heure

    Entrevue de Thierry Karsenti accordée à Claude Bernatchez le 22 août à 8h23 à la Première chaîne de Radio-Canada à l'émission Première heure ayant trait au Tableau blanc mal utilisé.

    [2013-10-08]

  • Entrevue de Carole Raby sur la Première chaîne de Radio-Canada le 1er septembre à 22h.

    Entrevue de Carole Raby accordée à Serge Bouchard sur la Première chaîne de Radio-Canada le 1er septembre à 22h. ayant trait à la révolution numérique ou la cyberculture et ses impacts sur le développement de nos enfants. 

    [2013-10-08]

  • Nouvelle parution sous la direction de Jean-François Desbiens, Carlo Spallanzani et Cecilia Borges intitulée : Quand le stage en enseignement déraille : regards pluriels sur une réalité trop souvent occultée

    Depuis les 15 dernières années, les réformes de la formation à l’enseignement poursuivent l’idée de professionnaliser le métier d’enseignant. Dans cette perspective, la proportion de temps et de crédits de formation allouée à la formation pratique s’est accrue sensiblement. Le stage supervisé reste toutefois une entreprise remplie de défis dont le déroulement et l’issue ne s’avèrent pas toujours heureux… Que faire quand le stage en enseignement déraille ? Pourquoi cela survient-il ? Peut-on le prévenir ? Comment aider les stagiaires en difficulté, mais également ceux qui les accompagnent au quotidien dans leurs premiers pas dans l’enseignement ? Voici quelques-unes des questions traitées dans cet ouvrage consacré à une réalité mal documentée et trop souvent occultée, celle du cheminement difficile et de l’échec en stage. 


    Les contributions proposées par les auteurs, des formateurs d’enseignants de la Belgique, du Brésil, de la France et du Québec, sont riches de par leur diversité et le spectre des préoccupations qu’elles abordent. L’ensemble des aspects traités adossés les uns aux autres mène toutefois à s’interroger .. l’échec du stage supervisé n’est-il que l’affaire du stagiaire ? Comme on peut le constater, cette question présente plusieurs niveaux de sensibilité. Le débat est lancé !

    [2013-09-11]

  • Nouvelle parution de Suzanne-G. Chartrand et Judith Émery-Bruneau sous le titre : Caractéristiques de 50 genres pour développer les compétences langagières en français

    L’ouvrage Caractéristiques de 50 genres pour développer les compétences langagières en français est un outil de vulga-risation scientifique qui se veut simple, sans être simpliste. Il vise à aider les enseignants de français du Québec, actuels comme futurs, ainsi que les conseillers pédagogiques et les formateurs à s’approprier les caractéristiques génériques des «genres sélectionnés» dans la Progression des apprentissages au secondaire en français (MELS,2011), en mettant l’accent sur les grandes régularités des genres plutôt que sur les cas particuliers ou atypiques. Les auteuresSuzanne-G. Chartrand, professeure titulaire à l’Université Laval, didacticienne du français spécialisée dans l’enseignement de la grammaire, de l’écriture et de l’argumentation. Coauteure de la Progression des apprentissages du MELS. Judith Émery-Bruneau, professeure agrégée à l’Université du Québec en Outaouais, didacticienne du français spécialisée dans l’enseignement de la littérature et de la lecture littéraire.Les principaux collaborateursKathleen Sénéchal, doctorante en didactique du français à l’Université Laval, spécialisée dans l’enseignement de la communication orale Pascal Riverin, conseiller pédagogique de français à la Commission scolaire de Charlevoix et étudiant à la maitrise en didactique du français à l’Université Laval

    [2013-08-29]

  • Nouvelle parution sous la direction de Christian Maroy intitulée : L’école à l’épreuve de la performance Les politiques de régulation par les résultats

    L’École est de plus en plus soumise à une obligation de résultats et de performance. Depuis une vingtaine d’années, dans la foulée d’une promotion de l’autonomie des établissements scolaires et d’un processus de décentralisation, on assiste à la mise en place de nouveaux outils de pilotage et de régulation à distance des performances des organisations scolaires locales. Selon des modalités diverses, les États visent à mieux « réguler » les processus et fonctionnement des écoles. Des procédures d’évaluation des résultats des établissements et du travail des enseignants se construisent, accompagnées de mécanismes de reddition de compte. Ces dispositifs d’accountability sont supposés assurer un pilotage d’ensemble du système éducatif, l’orienter vers certaines priorités et en contrôler la qualité. La visée déclarée est d’améliorer l’efficacité éducative, de réduire les écarts de performance selon les origines sociales ou culturelles (l’équité), enfin d’améliorer l’efficience.


    Cet ouvrage a pour but d’analyser les significations variées, les usages et les effets des politiques de régulation par les résultats. Nous interrogeons leur genèse et leurs trajectoires dans différents contextes nationaux (Belgique, France, Hongrie, Israël, Québec, Suisse). Nous analysons les orientations cognitives et normatives des outils d’évaluation mobilisés pour les mettre en œuvre. Enfin, la réception et les usages de ces politiques et outils par les directions ou les enseignants sont observés.


    Qu’est-ce que ces politiques font subir à l’école, désormais à l’épreuve de la performance ?


    Basés sur des travaux empiriques solides conduits par des chercheurs chevronnés, cet ouvrage montre à la fois que des tendances managériales analogues se généralisent dans les contextes étudiés, mais que les acteurs intermédiaires et locaux, en s’appropriant les politiques, peuvent aussi en “co-construire” les modalités d’application et en moduler les effets.


     


     

    [2013-08-29]

  • Médaille du Lieutenant-gouverneur pour la jeunesse - Toutes nos félicitations à Marc-André Duchesneau

    La Médaille du Lieutenant-gouverneur pour la jeunesse est décernée à chaque année à des étudiants dont l'engagement, la détermination et le dépassement de soi ont eu une influence positive au sein de leur communauté ou de la nation québécoise.


    Ancien membre de l’équipe de natation des Carabins, étudiant à la Maîtrise en sciences de l'éducation,  option psychopédagogie, à la Faculté des sciences de l’éducation, Marc-André Duchesneau se penche particulièrement sur les tenants et aboutissants de la participation au programme Sport-études sur le processus de socialisation des jeunes.

    [2013-08-29]

  • Article paru dans The Gazette le 3 mai 2013 : <<Stop fighting Facebook: expert says>>

     By Janet Bagnall, GAZETTE education reporter May 3, 2013


    MONTREAL - This was the scene this week at a Montreal educational conference: Nine students on a panel, taking questions from an audience of 500 school principals and teachers on the use of technology in education.


    “I set it up that way because we usually have teachers telling other teachers what kids do and principals saying kids in their school never text or go on Facebook in class,” said Thierry Karsenti, Canada Research Chair on Information and Communication Technologies in Education. “So I wanted them to see kids in action.”


    The experiment was, from Karsenti’s perspective, wildly successful.


    “I couldn’t believe my eyes,” he said. “One of the kids is talking to the audience when he gets a text message. He picks up his phone, reads the message, answers it and he’s talking the whole time! And these principals are trying to tell me that in their schools, kids don’t text. Kids don’t even notice they’re texting. It’s so natural for them.”


    Karsenti, a professor with the Université de Montréal, approaches information technology in the classroom with a zeal that few teachers or principals in the province share. Fewer than five per cent of Quebec teachers use information and communication technology in their classrooms, in part because the technology can leave them high and dry.


    But Karsenti knows technology helps children learn. Co-author of two studies on a decade-long, school-board-wide experiment in the use of information and communication technology in primary and secondary schools, Karsenti has methodically weighed the benefits and challenges of student laptops at the Eastern Townships School Board, in a study involving thousands of students and hundreds of teachers. The second study was published in December 2012.


    The Townships board did what no other board in North America has done, Karsenti said. It supplied everyone with a laptop, handing out 5,600 of them mainly to students in Grades 3 to 11, but also to teachers, technicians, support staff and students with learning difficulties.


    The results from the Townships board are nothing short of spectacular, Karsenti said. The board’s dropout rate of 44 per cent plunged to 19 per cent in 10 years. The use of information and communication technology was the one variable at play, Karsenti said.


    “What else happened in 10 years? Nothing,” he said. “The socio-economic level in the region went down by three per cent. Kids are poorer, their success rate should be lower, not higher. It went down in other school boards in the area.


    “The laptops acted like a catalyst,” Karsenti said. “The kids have pen pals in South America. They’re really excited about being in school. Even kids who are failing feel more competent. Enjoying school can only encourage them to keep going.”


    It was in 2002 that the school board decided it had to do something, Karsenti said. “They were 67th out of 70 school boards in (end-of-year departmental) exams. You couldn’t go much lower,” he said in an interview Friday at the 20th International Symposium on Education, held this week in Montreal.


    The board did more than hand out laptops. It provided teachers with as much training as they needed; it trained technicians to work with teachers; it never tried to close down social network sites like Facebook; it insisted laptops were for learning; and it never gave up.


    “A lot of technicians are happiest working in the summer when the school is closed,” Karsenti said. “But their job is to take care of a roomful of people. The board told them it wasn’t about them, it was about what teachers need.”


    Karsenti is disappointed that almost no other board in the province is copying the Townships example.


    “It’s right here, in our own backyard,” he said, “and what they’re doing is so good.”


    Townships students have the most mature approach to technology he has come across, he said.


    “The students use it for school work. Using a laptop for recreation in class is seen as a waste of time. They’re aware of being on Facebook. Most other kids aren’t even aware.”


    Karsenti is convinced the board’s decision to not shut down social network sites is partly responsible.


    “Listen, you can’t stop kids from texting or going onto Facebook, anyway,” he said, giving as an example a private school in east-end Montreal that asked its computer technicians to shut off access to Facebook. “It took the students eight minutes to bypass what it took the technicians five days to do,” said Karsenti, laughing. “And one minute more to text instructions to all their friends.”


    Is it possible for students to concentrate on studies when they’re texting or on Facebook?


    “If they’re aware of what they’re doing,” Karsenti said. “Sometimes, if their teacher is boring, going over things they read the night before, they’ll go on Facebook. But when the teacher says, ‘This is important,’ they know to pay attention.”


    jbagnall@montrealgazette.com



    © Copyright (c) The Montreal Gazette

    [2013-08-29]

  • Nouvelle parution de Philippe Maubant intitulée : Apprendre en situations : un analyseur de la professionnalisation dans les métiers adressés à autrui

    La volonté puissante et omniprésente de réorganiser la formation initiale et continue dans les métiers s’adressant à autrui s’oriente autour d’une idéologie claire : celle de la professionnalisation. Si les différents systèmes et dispositifs de formation sont aujourd’hui appelés à se professionnaliser, il convient de décrire et d’analyser les différentes situations formatives à visée professionnalisante, mais, avant tout, de définir les conditions d’un apprentissage professionnel. Quelles sont les conditions nécessaires pour qu’une situation formative soit en mesure de faire apprendre un métier et de soutenir efficacement un projet de professionnalisation ?


    Philippe Maubant cherche à comprendre ce que peut être ou pourrait être une situation d’apprentissage professionnel, en prenant pour objet de recherche les métiers relationnels et d’interaction humaine, autrement dit ceux s’adressant à autrui : métiers de l’éducation et de la formation, du conseil, de l’accompagnement, de l’intervention sociale, de la santé. Pour asseoir son analyse, il commence par décrire les caractéristiques de ces professions en ce qui a trait aux contextes de travail, aux situations d’exercice de l’activité, aux tâches et pratiques déployées ainsi qu’aux savoirs professionnels élaborés et mobilisés dans l’activité en situation de travail. Il s’intéresse ensuite aux différentes situations qu’un professionnel en développement peut rencontrer – production, formation, analyse réflexive, apprentissage, construction ou développement de compétences, évaluation – afin d’étudier leur potentiel d’apprentissage, c’est-à-dire leur portée professionnalisante. Enfin, il conclut sa réflexion par une mise en valeur de l’alternance en formation comme figure pédagogique réinventée. Son approche, en dehors de toute lecture opératoire de la professionnalisation, vise à appréhender le travailleur en devenir, dans ces métiers en particulier, tout autant que son activité de travail pensée comme une activité d’apprentissage en situations.

    [2013-08-29]

  • Madame Adriana Morales, étudiante à l’Université de Montréal au département d’administration et de fondements de l’éducation, a obtenu le Recognition Award for Dissertations on Teacher Education de la Canadian Association for Teacher Education (CATE)

    Le mémoire de maîtrise de Mme Morales portait sur une comparaison des systèmes de formation des enseignants du primaire au Québec et en Finlande. Son directeur de maîtrise est le professeur Maurice Tardif. La CATE lui remettra son prix le 3 juin 2013 à l’Université de Victoria en Colombie-Britannique. Mme Morales est maintenant étudiante au doctorat et boursière d’excellence du CRSH et du FQRSC.

    [2013-05-21]

  • Vicky Potvin représentera l'UQAM au concours Votre soutenance en 180 secondes

    Vicky Potvin, étudiante à la maîtrise en sciences de l'éducation, a été choisie par un jury pour représenter l’UQAM à la grande finale du concours Votre soutenance en 180 secondes, qui se tiendra lors du 81e congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas), du 6 au 10 mai prochains, à l'Université Laval. Elle a reçu une bourse de 500 dollars.


    L'étudiante et ses dix concurrents (un autre de la Faculté des sciences de l'éducation, cinq de la Faculté des sciences, trois de la Faculté des sciences humaines et un de la Faculté de science politique et de droit) disposaient de 180 secondes, pas une de plus, pour exposer leur projet de mémoire ou de thèse dans le cadre de la finale uqamienne du concours, qui a eu lieu aujourd’hui à l’Université, devant public. Celui-ci pouvait voter pour son candidat préféré, une première cette année. Lisandre Labrecque-Lebeau, étudiante au doctorat en sociologie, a été l'heureuse élue et a reçu un montant de 100 dollars.


    La présentation de Vicky Potvin avait pour titre : «S'attaquer à la crédulité des adolescents sur Internet». L'étudiante a souligné l'importance de mettre en place une intervention pédagogique permettant d'évaluer la fiabilité des sources d'information sur Internet et de développer un sens critique chez les jeunes, connus pour être de grands consommateurs de contenus sur le Web.

    [2013-04-11]

  • Nous vous invitons à vous inscrire au Colloque international en éducation : enjeux actuels et futurs de la formation et de la profession enseignante, Montréal, Canada, les 2 et 3 mai 2013

    Il nous fait plaisir de vous inviter à participer au Colloque international en éducation : enjeux actuels et futurs de la formation et de la profession enseignante, qui aura lieu les 2 et 3 mai 2013, au Centre Sheraton de Montréal (Canada). Ce colloque est également l’occasion pour le CRIFPE, un des plus importants centres de recherche scientifique dans le domaine de l’éducation au Canada, de célébrer ses 20 ans. Dans le cadre de ce colloque, nous souhaitons amener les chercheurs de divers horizons à présenter les résultats de leurs travaux de recherche en lien avec cette thématique. Les communications scientifiques présentées seront organisées selon quatre axes à la fois complémentaires et distincts. Ajoutons qu’à ces axes viennent se greffer les thématiques reliées aux trois Chaires de recherche du Canada associées au CRIFPE.


    C’est donc un rendez-vous les 2 et 3 mai 2013, à Montréal.


     

    [2013-03-26]

  • Nous vous invitons à personnaliser votre programme du Colloque international en éducation : enjeux actuels et futurs de la formation et de la profession enseignante

    Veuillez vous connecter pour personnaliser votre programme. Il s'agit d'une fonction originale qui vous permet de concevoir un programme personnalisé en PDF, en quelques minutes, et qui inclut spécifiquement les conférences auxquelles vous souhaitez participer.

    [2013-03-21]

  • Sommet de l'iPad en éducation : être prêts aujourd'hui pour les innovations de demain, Hôtel Sheraton, Montréal, Canada, 1er mai 2013. Nous vous invitons à vous inscrire en cliquant sous l’onglet Inscription à http://www.sommetipad.ca/pages/inscription

    Nous avons le plaisir de vous inviter au premier sommet francophone sur l’iPad en éducation. Ce sommet aura lieu le 1er mai au centre Sheraton de Montréal (Canada). Il est organisé par le Centre de Recherche Interuniversitaire sur la Formation et la Profession Enseignante (CRIFPE)  et la Chaire de recherche du Canada sur les technologies de l'information et de la communication (TIC) en éducation. Ce sommet, le premier dans ce domaine, réunira différents intervenants issus du monde de l’éducation qui réfléchissent sur l’utilisation de l’iPad comme moyen d’enseignement et d’apprentissage. Nous présenterons également les résultats d’une recherche menée à travers le Québec sur les usages et les impacts de l’iPad en salle de classe. Nous espérons à travers ce sommet, rassembler différents acteurs scolaires intéressés par cette thématique afin de permettre un échange et une réflexion autour de cet outil à la fois novateur et prometteur.

    [2013-03-21]

  • Nouvelle parution sous la direction de Thierry Karsenti et Simon Collin intitulée : TIC, technologies émergentes et Web 2.0 Quels impacts en éducation?

     


     


     


     


    Les technologies de l’information et de la communication (TIC) jouent un rôle de plus en plus central dans l’évolution des sociétés et affectent significativement les modes de vie. Sur le plan éducatif, ces changements se manifestent par l’appari-tion de nouvelles caractéristiques chez les apprenants. La réussite scolaire, qui se mesurait principalement en termes cognitifs, semble désormais de plus en plus déterminée par les habiletés technocognitives des jeunes, soit leur compétence à maîtriser les technologies qui les entourent et à les mettre au service de leurs apprentissages plutôt que de les subir ou d’y réagir.  


    Dans cette perspective, cet ouvrage réunit 15 textes qui portent tous, bien que dans des approches et des contextes variés, sur l’intégration des TIC. Ils sont le fruit du colloque TIC, technologies émergentes et Web 2.0 : quels impacts en éducation ?, organisé par le Groupe de recherche sur l’intégration pédagogique des TIC en 2011 dans le cadre du congrès de l’ACFAS. Des chercheurs du Canada et de l’Afrique – un continent qui connaît des développements technopédagogiques très intéressants et recèle un potentiel scientifique en puissance – y traitent ainsi des TIC en situation d’enseignement-apprentissage, mais aussi de développement professionnel. La méthodologie de recherche en éducation en regard des TIC est également abordée. En somme, l’ouvrage dégage les tendances actuelles et à venir en ce qui a trait aux usages des TIC et de leurs incidences sur l’enseignement, l’apprentissage et le développement de compétences, de même qu’aux innovations technologiques tels le Web 2.0, l’apprentissage mobile et les réseaux sociaux.


    2013, 436 pages, D3683, ISBN 978-2-7605-3683-8

    [2013-03-11]

  • Nouvelle parution sous la direction de Christian Maroy d'un numéro thématique de Recherches sociologiques et anthropologiques (RS&A, vol.43,no.2-2012) intitulé : Réguler les systèmes scolaires par les connaissances : instruments, usages, effets

     


     


     


     


    Christian Maroy ◊ Présentation. Performance scolaire et régulation par les connaissances en éducation


    Xavier Pons ◊ De nouvelles connaissances pour une nouvelle gouvernance par les résultats ? L'exemple de l'éducation en France et de trois outils d'évaluation


    Jenny Ozga, Sotiria Grek  ◊  Governing through Learning. School Self-Evaluation as a Knowledge-based Regulatory Tool


    Natercio Afonso, Estela Costa ◊ Les politiques  d'évaluation des écoles. Le cas du Portugal


    Adel Kiss, Ildiko Fejes ◊ The Local Reception of the Quality Assurance System in the Romanian Pre- University Education. Between Resistance and Compliance


    Christian Maroy, Catherine Mangez, Xavier Dumay, Branka Cattonar ◊ Processus de traduction et institutionnalisation d'outils de régulation basés sur les connaissances dans l'enseignement primaire en Belgique


     

    [2013-03-07]

  • Parution du numéro d'hiver 2013 de Vivre le primaire

     


     


     


     


     


    À lire plus particulièrement les articles suivants des membres du CRIFPE :


     Le concept de démocratie : qu'en retenir pour la classe ?  Marie-Claude Larouche, David Lefrançois et Marie-Christine Loyer


      S'engager en recherche-action : une démarche gagnante pour développer ses compétences professionnelles   Carole Raby, Brigitte Gagnon et Annie Charron


      La civilité et le vivre-ensemble  Denis Jeffrey


     Enseigner autrement la grammaire, c'est possible, intéressant et fécond   Suzanne G. Chartrand


      L'enseignement de la grammaire au secondaire : quelques pistes de réflexion pour les enseignants du primaire Marie-Andrée Lord


      Le symbole   =   comment en favoriser une compréhension riche ? (partie 2) Louis Côté et Diane Biron


      L'interprétation des difficultés d'apprentissage en mathématiques, quelle  perspective  adopter ? Thomas Rajotte


     Regard sur les pratiques inspirantes Entrevue avec Geneviève Brassard, une enseignante passionnée de la grammaire Mylène Leroux


    Passion : chansons  Le gros bon sens   Martin Lépine et Mathieu Comeau


     

    [2013-03-07]

  • Changement de dates du Microprogramme* en intégration pédagogique des TIC

    Principales dates à retenir


    • 21 février 2013
    Date limite pour effectuer une demande d'admission
    • 23 février 2013, de 9 h à 17 h
    Première rencontre en présentiel
    • 21 septembre 2013, de 9 h à 17 h
    Seconde et dernière rencontre en présentiel


    Microprogramme offert à distance avec l’appui des
    technologies de l’information et de la communication
    Sous la direction du Pr. Thierry Karsenti
    Faculté des sciences de l’éducation
    Département de psychopédagogie et d'andragogie
    Université de Montréal


    Pour toute question, merci de communiquer
    par courriel avec les responsables du programme :
    microtic@scedu.umontreal.ca


    * 15 crédits universitaires, pouvant être intégrés
    à une maîtrise en éducation


    Les TIC pour développer le jugement critique… mais aussi pour apprendre, comprendre, communiquer, partager, rechercher, motiver, entreprendre, présenter, exposer, interagir, échanger, collaborer, vaincre la distance, distribuer le savoir. Tels sont les thèmes abordés dans le Microprogramme en intégration pédagogique des TIC de l’Université de Montréal. Offert (surtout) à distance avec l’appui des technologies, ce programme vise à offrir au enseignants du primaire, du secondaire ou du collégial, conseillers pédagogiques ou répondants TIC une
    ouverture aux études supérieures à l'intérieur d'une formation de courte durée. D’une durée approximative de neuf mois, ce programme débute par des activités qui aident à identifier, à clarifier et à préciser les besoins de formation en matière d’intégration pédagogique des TIC. L'objectif poursuivi est à la fois de développer le jugement critique des participants face aux TIC, mais également de les soutenir dans l'élaboration de projets applicables et transférables à leur pratique professionnelle. Au cours de cette formation, les apprenants auront
    l’occasion de se familiariser et de former leur jugement critique face aux applications pédagogiques d’un grand nombre d’outils technologiques: de l’iPad en passant par les TBI, Facebook, Dropbox ou encore les eportfolios. Des exemples de projets développés par les participants seront analysés. Les étudiants souhaitant s’inscrire à cette formation doivent posséder un ordinateur portatif.

    [2013-01-21]

  • Prix d'excellence en enseignement - Toutes nos félicitations à Martin Riopel

    Une Fête de reconnaissance a été organisée le 29 novembre au Studio-théâtre Alfred-Laliberté afin de rendre hommage aux 72 professeurs, maîtres de langue et chargés de cours lauréats de prix et distinctions au cours de la dernière année. Lors de cet événement, le recteur Claude Corbo et la vice-rectrice au Soutien académique et à la vie, Diane L. Demers, ont remis un Prix d'excellence en enseignement à Martin Riopel, professeur au Département de didactique.


    Martin Riopel enseigne les sciences et les technologies au Département de didactique. Il s'intéresse aux recherches sur les environnements informatisés d’enseignement, d’apprentissage et d’évaluation dans le contexte des sciences, des mathématiques et des langages. «On le décrit comme un professeur brillant et passionnant qui, nous dit-on, arrive à faire s'allumer les regards, a souligné Diane L. Demers en lui remettant le prix. Par son implication, ses initiatives personnelles et sa vision novatrice, il contribue à améliorer la qualité de l'enseignement.»

    [2012-12-03]

  • Une nouvelle cohorte du Microprogramme en intégration pédagogique des TIC débutera le 23 février prochain. La date limite d’inscription est le 21 février 2013. Pour plus d’information, consultez le http://micro-tic.crifpe.ca/.

    Les TIC pour développer le jugement critique… mais aussi pour
    apprendre, comprendre, communiquer, partager, rechercher, motiver,
    entreprendre, présenter, exposer, interagir, échanger, collaborer, vaincre
    la distance, distribuer le savoir. Tels sont les thèmes abordés dans le
    Microprogramme en intégration pédagogique des TIC de l’Université
    de Montréal. Offert (surtout) à distance avec l’appui des technologies,
    ce programme vise à offrir au enseignants du primaire, du secondaire
    ou du collégial, conseillers pédagogiques ou répondants TIC une
    ouverture aux études supérieures à l'intérieur d'une formation de
    courte durée. D’une durée approximative de neuf mois, ce programme
    débute par des activités qui aident à identifier, à clarifier et à préciser
    les besoins de formation en matière d’intégration pédagogique des
    TIC. L'objectif poursuivi est à la fois de développer le jugement critique
    des participants face aux TIC, mais également de les soutenir dans
    l'élaboration de projets applicables et transférables à leur pratique
    professionnelle. Au cours de cette formation, les apprenants auront
    l’occasion de se familiariser et de former leur jugement critique face
    aux applications pédagogiques d’un grand nombre d’outils technologiques
    : de l’iPad en passant par les TBI, Facebook, Dropbox ou encore
    les eportfolios. Des exemples de projets développés par les participants
    seront analysés. Les étudiants souhaitant s’inscrire à cette formation
    doivent posséder un ordinateur portatif.

    [2013-02-06]

  • Avis du Conseil supérieur de l'éducation - Mieux accueillir et éduquer les enfants d'âge préscolaire, une triple question d'accès, de qualité et de continuité des services

    Le 24 octobre 2012


    Le Conseil supérieur de l'éducation rend public aujourd'hui un avis intitulé Mieux accueillir et éduquer les enfants d'âge préscolaire, une triple question d'accès, de qualité et de continuité des services. De quelle façon la société québécoise répond-elle actuellement aux besoins d'éducation et d'accueil des enfants de 4 et 5 ans? Que devrait-elle faire pour mieux favoriser leur développement et leur apprentissage? Telles sont les questions centrales de cet avis.

    Le Conseil constate que le Québec a fait des progrès remarquables au cours des quinze dernières années en matière de services éducatifs aux jeunes enfants et de mesures favorables aux familles. Même si, comparativement aux autres sociétés d'Amérique du Nord, le Québec fait bonne figure, il subsiste des difficultés en matière d'accès, de qualité et de continuité des services d'éducation et d'accueil des jeunes enfants.

    Pour favoriser le bien-être, le développement optimal et l'apprentissage des enfants d'âge préscolaire, le Conseil croit que quatre principes doivent guider l'organisation des services d'éducation et d'accueil qui leur sont offerts : l'accessibilité universelle de ces services, l'égalité des chances, la recherche de la qualité et de son amélioration continue dans tous les types de services de même que la concertation dans les interventions pour assurer la continuité de l'expérience éducative des jeunes enfants.

    Dans son avis, le Conseil se prononce en faveur de l'accessibilité universelle des enfants de 4 ans à des services d'éducation et d'accueil de qualité. Il recommande au gouvernement de se donner pour objectif que, d'ici 5 ans, 90 % des enfants québécois de 4 ans fréquentent les services d'éducation réglementés par l'État. Il considère en ce sens que l'État doit accorder la priorité aux enfants issus de milieux défavorisés. De plus, le Conseil recommande l'amélioration de l'accès aux services de garde en milieu scolaire et appelle à la concertation interministérielle pour trouver des solutions concernant la prise en charge des jeunes enfants pendant la période estivale.

    En plus d'assurer l'accès des jeunes enfants aux services d'éducation et d'accueil, le Conseil est d'avis qu'il faut aussi maintenir et améliorer la qualité de ces services en soutenant une approche pédagogique appropriée au développement des enfants et en favorisant la qualité des interactions adulte-enfant. À cet effet, le Conseil propose d'agir sur les aspects structurels de la qualité, comme le nombre d'enfants par adulte, la taille des groupes ainsi que la formation des intervenantes et des intervenants.

    À cet égard, le Conseil recommande à la ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, au Comité d'agrément des programmes de formation à l'enseignement (CAPFE) et aux facultés des sciences de l'éducation des universités de revoir le programme de formation menant au baccalauréat en éducation préscolaire et en enseignement primaire pour mieux prendre en compte les particularités du préscolaire, notamment par l'instauration d'un stage obligatoire au préscolaire.

    Par ailleurs, le Conseil suggère de poser un regard global sur les transitions que vivent les enfants au moment des passages à la maternelle et à la première année, et de prendre les mesures nécessaires pour assurer la continuité de leur expérience éducative. En plus de se préoccuper de la préparation de l'enfant à l'école, les différents milieux de vie et d'éducation des enfants doivent travailler de concert pour assurer des transitions en douceur, tout en tenant compte des besoins des parents. Un meilleur arrimage des approches pédagogiques du préscolaire et du primaire s'impose aussi.

    Le Conseil constate enfin que la continuité de l'expérience éducative des jeunes enfants dépasse la question du préscolaire et de la collaboration entre acteurs locaux lors des transitions et qu'elle soulève des enjeux de coordination des services. Ainsi, le Conseil invite les ministères qui interviennent dans le champ de l'enfance et leurs partenaires de la société civile à réfléchir à la continuité éducative de la naissance à l'âge de 8 ans. Il les appelle à mieux coordonner leurs actions en faveur des enfants.

    Rappelons que le Conseil supérieur de l'éducation du Québec est constitué de 22 membres nommés par le gouvernement et issus du monde de l'éducation ou d'autres secteurs d'activité de la société québécoise. Le Conseil a été institué en tant que lieu de réflexion en vue du développement global de l'éducation à moyen et à long terme. Il a pour fonction de conseiller la ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport sur toute question relative à l'éducation. La réflexion du Conseil est le fruit de délibérations entre les membres bénévoles de ses instances, lesquelles sont alimentées par des études documentaires ainsi que par des consultations menées auprès d'experts et d'acteurs de l'éducation engagés directement sur le terrain.
     


     
    Pour plus d'informations: Organisation:
    Le Conseil supérieur de l'éducation
    Adresse:
    1175, avenue Lavigerie, bureau 180
    Québec, Québec
    Canada, G1V 5B2
    www.cse.gouv.qc.ca

    [2012-10-25]

  • Avis du CSE sur les services éducatifs des enfants d'âge préscolaire - Pour la CSQ et ses fédérations du secteur de l'éducation, il est incontournable d'investir dans les services d'éducation et d'accueil de qualité

    Le jeudi 25 octobre 2012


    C'est avec grand intérêt que la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ), la Fédération des professionnels et professionnelles de l'éducation (FPPE-CSQ) et la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) ont pris connaissance de l'avis du Conseil supérieur de l'éducation (CSE) intitulé Mieux accueillir et éduquer les enfants d'âge préscolaire, une triple question d'accès, de qualité et de continuité des services.

    « Nous souscrivons pleinement à la suggestion du Conseil supérieur de l'éducation à l'effet de viser, d'ici à 5 ans, à ce que 90 % des enfants québécois de 4 ans fréquentent les services d'éducation réglementés par l'État. Que ce soit dans des centres de la petite enfance, en maternelle 4 ans ou encore le développement des services de garde en milieu scolaire, il est primordial de miser sur l'ensemble des services d'éducation et d'accueil pour préparer ces enfants à la vie scolaire », a déclaré Mme Louise Chabot, présidente de la CSQ.

    « L'accent que le CSE porte aux milieux défavorisés, tout comme sa recommandation de diminuer les ratios dans les maternelles 4 ans, va dans le sens de ce que nous revendiquons depuis plusieurs années dans une optique de prévention des difficultés scolaires. De plus, si le gouvernement allait de l'avant avec la révision de la formation initiale du personnel enseignant, celui-ci souhaiterait être associé aux travaux », a déclaré Mme Manon Bernard, présidente de la FSE.

    « Nous saluons le fait que le Conseil supérieur de l'éducation recommande la gratuité totale des services de garde pour les enfants de 4 ans, particulièrement dans les milieux défavorisés, là où l'impact des services de garde éducatifs se fait davantage sentir et où le coût peut demeurer un obstacle à sa fréquentation », a ajouté Mme Sylvie Tonnelier, présidente de la FIPEQ.

    La présidente de la FPPE, Mme Johanne Pomerleau, se réjouit quant à elle de la recommandation faite par le CSE à l'effet de favoriser le développement du service d'animation Passe-Partout sur tout le territoire québécois.

    Saluant de façon générale la perspective sociale de cet avis, les organisations syndicales estiment important que le gouvernement s'assure de l'accès à ces services, de leur qualité et de leur continuité dans la vie des enfants, qui sont les trois enjeux soulevés par le CSE.



    Pour plus d'informations:


    Organisation:
    CSQ - Siège social - Montréal
    Adresse:
    9405, rue Sherbrooke Est
    Montréal, Québec
    Canada, H1L 6P3
    www.csq.qc.net


     

    [2012-10-25]

  • Parution du rapport final État de la situation en matière de formation initiale des enseignantes et des enseignants en formation générale des adultes et problèmes dans les programmes actuels de formation à l’enseignement au Québec. Analyse, Constats et pistes de solution. Document de travail

    Le but de ce rapport est de produire un état de la situation de la formation initiale universitaire pour la préparation à l’enseignement en formation générale des adultes (FGA). Il s’intéresse aux problèmes rencontrés dans le milieu universitaire, depuis le début des années 2000, pour assurer une offre de formation adéquate aux futurs enseignantes et enseignants de la FGA ainsi qu’aux demandes du milieu de l’éducation qui souhaitent une meilleure préparation de ces enseignantes et enseignants. Préparé par le sous-comité de la Table MELS-Universités sur la formation à l’enseignement à la formation générale des adultes, ce rapport vise à analyser la situation de ces enseignantes et enseignants, à informer les membres de la Table des principaux constats en la matière et à formuler des recommandations pour améliorer la préparation à l’enseignement en formation générale des adultes.


     


    Ce rapport comprend quatre parties principales subdivisées en 12 chapitres. La première partie comprend deux chapitres. Le chapitre premier expose la situation à l’étude. Le chapitre deux décrit le cadre de référence privilégié pour l’analyse de la situation et, ensuite, la démarche méthodologique. La deuxième partie est consacrée à l’analyse du travail enseignant en formation générale des adultes et à son contexte : elle comprend cinq chapitres. Cette partie débute avec le chapitre trois qui traite du contexte de la formation générale des adultes, ses origines et son champ d’action. Le chapitre quatre décrit les caractéristiques des élèves adultes qui étudient dans les centres d’éducation des adultes. Le chapitre cinq s’intéresse au fonctionnement et à l’organisation de ces centres. Le chapitre six dresse le portrait des enseignantes et enseignants de la FGA alors que chapitre sept traite de la spécificité de leur travail : il porte sur leurs fonctions et leurs tâches. La troisième partie du rapport est dédiée à l’analyse de la formation visant la préparation à l’enseignement de la formation générale des adultes. Cette partie débute avec le chapitre huit : il décrit quatre modèles de formation initiale pour la préparation des enseignantes et enseignants de la FGA. En plus de s’intéresser aux modèles antérieurs et actuels de formation initiale, il traite de la formation continue. Au chapitre neuf, on explique les facteurs qui ont contribué au passage du modèle du certificat en andragogie vers les modèles actuels, soit le baccalauréat et la maîtrise en enseignement. Ce chapitre résume également les avis formulés par différents acteurs. Le chapitre dix rapporte l’existence de modèles de formation initiale et de référentiels de compétences pour l’enseignement de la FGA déjà envisagés par certains acteurs et il en dresse les grandes lignes. Puis, vient ensuite la quatrième partie du rapport. Subdivisée en deux chapitres, cette partie expose les fruits de l’analyse du sous-comité. Le chapitre dix expose les principes et les critères retenus par le sous-comité pour l’établissement de pistes de solutions. Enfin, le rapport présente les propositions concrètes du sous-comité qui concernent trois voies possibles de formation universitaire.


    Voyer, B., Brodeur, M., Meilleur, J-F. et Sous-comité de la Table MELS-Universités de la formation à l’enseignement des adultes. (2012). État de la situation en matière de formation initiale des enseignantes et des enseignants en formation générale des adultes et problèmes dans les programmes actuels de formation à l’enseignement au Québec. Analyse, Constats et pistes de solution. Document de travail. Rapport final préparé par les membres du sous-comité de la Table MELS-Université sur la formation à l’enseignement à la formation générale des adultes. Montréal : 25 mai 2012.

    [2013-03-07]

  • Parution du numéro de septembre 2012 du Bulletin << Formation et profession >>

    Parution du numéro de septembre 2012 du Bulletin << Formation et profession >> incluant un dossier sur << Les changements en éducation ces 20 dernières années >>.

    [2012-10-10]

  • Nouvelle parution d’un collectif chez De-Boeck : Écoles en mouvements et réformes : enjeux, défis et perspectives

     


     


     


     


     


    Dans un contexte de tension, voire de distance entre les propositions des réformes curriculaires et des pratiques sur le terrain des écoles, cet ouvrage regroupe les contributions de différents acteurs, en provenance de divers milieux de l’éducation issus de toute la francophonie (Amérique du Nord, Europe et Afrique de l’Ouest) qui tentent de mettre leurs écoles et leurs unités administratives en mouvement. L’ouvrage vise donc à mettre de l’avant les nombreuses initiatives individuelles ou collectives, témoignant de l’ingéniosité didactique et pédagogique d’enseignants, de conseillers pédagogiques, ainsi que de la créativité des gestionnaires des établissements scolaires. En traitant des enjeux globaux comme des thématiques spécifiques à un contexte ou un pays donné, les auteurs présentent leur propre perspective des enjeux, des défis et des perspectives de différentes réformes curriculaires en cours dans le monde. Auteurs: Patrick Charland, professeur au département d’éducation et de pédagogie de l’Université du Québec à Montréa. Il est spécialisé en didactique des sciences et de la technologie, ainsi qu’en éducation relative à l'environnement. Ses intérêts de recherche sont principalement centrés sur les enjeux théoriques et pratiques associés au mouvement des réformes éducatives, au Québec et à l’international. Claude Daviau, directeur de la Commission scolaire de Montréal. Athanase Simbagoye, professeur et chercheur à l'Université Laurentienne à Sudbury, Ontario. Stéphane Cyr, professeur et chercheur à l'Université du Québec à Montréal. Philippe Jonnaert Ph.D., il est professeur titulaire à l'Université du Québec à Montréal où il dirige le CIRADE (Centre interdisciplinaire de Recherches sur l'Apprentissage et le Développement en éducation). Directeur de l’Observatoire des réformes en éducation (ORÉ) à Montréal, il est consultant auprès des organismes internationaux pour les questions de développement curriculaire. Il est titulaire de la Chaire UNESCO.

    [2013-03-07]

  • Colloque international en éducation : enjeux actuels et futurs de la formation et de la profession enseignante

    Il nous fait plaisir de vous inviter à participer au Colloque international en éducation : enjeux actuels et futurs de la formation et de la profession enseignante, qui aura lieu les 2 et 3 mai 2013, à Montréal (Canada). Ce colloque est également l’occasion pour le CRIFPE un des plus importants centres de recherche scientifique dans le domaine de l’éducation au Canada, de célébrer ses 20 ans. Dans le cadre de ce colloque, nous souhaitons amener les chercheurs de divers horizons à présenter les résultats de leurs travaux de recherche en lien avec cette thématique. Les communications scientifiques présentées seront organisées selon quatre axes à la fois complémentaires et distincts. Ajoutons qu’à ces axes viennent se greffer les thématiques reliées aux trois Chaires de recherche du Canada associées au CRIFPE.

    [2012-10-05]

  • Nouvelle parution sous la direction de Maurice Tardif, Cécilia Borges et Annie Malo : << Le virage réflexif en éducation : où en somme-nous 30 ans après Schön ? >>

    Dans les années 1980, Donald Schön propose, avec ses idées de praticien réflexif et de réflexion, une nouvelle manière d’envisager le travail et la formation des professionnels. Ses idées sont rapidement reprises par des milliers de chercheurs et de formateurs à travers le monde. Le modèle du praticien réflexif gagne l’Europe dès le début des années 1990, mais aussi les pays latino-américains et, progressivement, la plupart des systèmes de formation des enseignants qui, partout à travers le monde, prétendent aujourd’hui former des enseignants réflexifs. La recherche en éducation subit le même impact. Bref, tant sur le plan scientifique que professionnel, dès la fin des années 1980, autant à travers les adhésions que les réactions critiques qu’elle suscite, la conception de Schön devient une référence obligée, voire un quasi-paradigme au sein de la recherche internationale sur l’enseignement et la profession enseignante.

    Près de trente ans plus tard, cet ouvrage collectif s’efforce de prendre la mesure du virage réflexif initié par Schön. Quel sens faut-il donner à ce virage réflexif ? Quelles ont été son importance et ses retombées pour la profession enseignante et la formation à l’enseignement ? Cette orientation réflexive est-elle encore pertinente de nos jours pour penser l’activité et la formation professionnelle des enseignants ? Telles sont les questions qui sont au cœur de cet ouvrage, fruit d’une collaboration internationale entre des chercheurs nord-américains et européens.

    [2012-10-03]

  • Nouvelle parution sous la direction de Jean-Fançois Desbiens, Cécilia Borges, Carlo Spallanzani : J'ai mal à mon stage, problèmes et enjeux de la formation pratique en enseignement

    Le stage supervisé constitue la première véritable occasion pour le futur maître de se mettre dans la peau d’un enseignant, de commencer à réfléchir comme lui, de rencontrer de véritables problèmes d’apprentissage et d’enseignement. Pour ces raisons, il est souvent considéré comme l’activité la plus signifiante de la formation à l’enseignement, comme l’une des expériences qui marquent durablement le stagiaire. S’il s’agit d’un moment enrichissant et motivant, c’est aussi un moment stressant, voire, pour certains, anxiogène ; un véritable test d’endurance qui ne se conclut pas toujours heureusement. Pourquoi arrive-t-il parfois que le stage en enseignement se déroule mal ? Que faire pour prévenir cette situation ? Quelles conditions et quelles ressources mettre en place pour assurer la bonne relance du stage ?

    Cet ouvrage présente 21 cas qui illustrent les difficultés rencontrées par des stagiaires, sans manquer d’interpeller au passage les conceptions et les pratiques de leurs accompagnateurs. Ancrés dans la réalité du stage supervisé, ces cas présentés par des formateurs du Brésil, de la France et du Québec touchent à la fois à l’enseignement au secteur professionnel, au primaire et au secondaire ainsi qu’à l’ensei-gnement de l’éducation physique. Ils portent sur des sujets variés comme les relations avec les élèves, la planification des activités d’apprentissage, l’établissement et le maintien de règles de vie dans un groupe, les conflits entre le stagiaire et l’enseignant associé ou la conciliation entre les attentes de ce dernier et celles du superviseur universitaire.

    Le stage supervisé n’est pas une panacée, mais un moyen de formation qui, selon les circonstances, peut être bien ou mal utilisé. Pour cette raison, il doit faire l’objet d’une réflexion constante de la part du stagiaire, de l’enseignant associé, du superviseur universitaire et de la direction d’établissement afin d’en faire une expérience constructive.

    2012, 160 pages, D3504, ISBN 978-2-7605-3504-6 18,00 $


    Éditeur

    Presses de l'Université du Québec

    Collaborateurs

    * Larissa Cerignoni Benites
    * Monica Cividini
    * Nadia Cody
    * Samuel de Souza Neto
    * Claudia Gagnon
    * Colette Gervais
    * Robert Goyette
    * Monique L\'Hostie
    * Michel Lepage
    * Denis Loizon
    * Carole Séguin
    * Guillaume Serres
    * Ahmed Zourhlal

    [2012-09-17]

  • Concours « Fais une demande de bourse ! »

    Le Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE) lance le concours « Fais une demande de bourse ! »

    [2012-09-07]

  • Colloque scientifique international sur les TIC en éducation : bilan, enjeux actuels et perspectives futurs les 3 et 4 mai 2012 à Montréal

    Grand colloque scientifique international sur les TIC en éducation organisé par M. Thierry Karsenti et M. Simon Collin avec la participation de plusieurs conférenciers principaux dont Mme. Nancy Hafkin, M. Morten Flate Paulsen, M. Daniel Peraya, M. Christian Depover, M. Alain Jaillet et plusieurs autres.

    Pour de plus amples informations rendez vous sur notre site à ticeducation.org

    [2012-04-27]

  • 80e Congrès de l'ACFAS : Colloque n° 537 - Rapports actuels et futurs entre la recherche, la formation et les milieux de pratiques en éducation

    Ce colloque explore, identifie et propose des innovations en matière de pratiques de transfert et de diffusion entre la recherche, la formation et la profession enseignante et les divers secteurs de l’éducation. Ces activités de diffusion et de transfert sont des préoccupations majeures pour les chercheurs, car elles sont au cœur des changements, de la mouvance de notre domaine.

    Les pratiques de transfert sont diverses (Landry et al, 2008) et peuvent prendre plusieurs formes : recherches collaboratives, recherches développement, partenariats, etc. Le développement de telles méthodologies nécessite des compétences particulières pour les chercheurs. L’exploration de modèles méthodologiques, de stratégies de collecte et l’identification des compétences nécessaires, par exemple au développement de partenariats, sont quelques exemples d’exercices qui seront rendus possibles à travers ce colloque.

    La préoccupation d’arrimage entre la recherche et son milieu qui fonde ce colloque, nous amène aussi à interroger les canaux de diffusion. La recherche, tout comme les milieux éducatifs, possède ses propres canaux de diffusion. La synergie de communication entre ces deux domaines soulève donc une question au plan des arrimages et de la circulation de l’information. En plus d’inviter les participants à explorer différentes pratiques de diffusion en compagnie d’experts, issus tant du milieu scientifique que de la pratique, le colloque se veut être en soi un lieu de convergences et d’échanges, un réel carrefour et non seulement une vitrine de connaissances scientifiques.

    C’est à travers les initiatives de transfert et de diffusion que ce colloque explorera les réussites et les enjeux de cet arrimage.

    Lieu
    Palais des congrès - local 520E, Montréal, Canada

    Date du colloque
    8 mai 2012

    [2012-04-27]

  • 80e du Congrès de l'Acfas : Colloque 447 - Les instruments d'action publique en éducation : orientations, usages, effets

    Ce colloque est le premier jalon d’un partenariat scientifique entre la Chaire de recherche du Canada en politiques éducatives, le CRIFPE (Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante) et le CREN (Centre de recherche en éducation de Nantes).

    Dans un contexte de montée de nouvelles formes de gouvernance des systèmes d’enseignement, l’action publique en éducation s’appuie de plus en plus sur des outils qui se présentent comme techniques (ie. tests, évaluations externes, indicateurs, contrats de partenariat). Ce colloque présentera des recherches interrogeant la signification socio-politique, les usages, les effets concrets de ces instruments d'action publique basés sur les connaissances.

    Il réunira des conférenciers du Québec et de France : Yves Dutercq, Pierre-Yves Bernard (CREN, Université de Nantes), Xavier Pons (LARGOTEC, Université Paris-Est), Frédéric Saussez (CRIFPE, Université de Sherbrooke), Martial Dembélé, Christian Maroy et Annelise Voisin (CRIFPE,Université de Montréal). Discussion : Pierre Doray (CIRST, Université du Québec à Montréal).

    Lieu
    Salle 515 c du Palais des congrès de Montréal, Canada

    Date du colloque
    10 mai 2012

    [2012-04-27]

  • Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution d'une troisième édition de l'ouvrage de Clermont Gauthier et Maurice Tardif intitulé: " La Pédagogie : théories et pratiques de l’Antiquité à nos jours"

    Comment les idées et les pratiques pédagogiques ont-elles évolué et continuent-elles d’évoluer? Quelles sont leurs influences et leurs répercussions sur la formation des jeunes, des adultes et des enseignants eux-mêmes?

    La troisième édition de La pédagogie : théories et pratiques de l’Antiquité à nos jours répond à ces questions avec clarté et précision. Elle jette un regard éclairant sur l’histoire et l’évolution des théories et pratiques pédagogiques, de l’Antiquité à la naissance de l’école au Moyen Âge, de l’éducation humaniste de la Renaissance à la pédagogie nouvelle du XXe siècle. Fruit de la collaboration de plusieurs spécialistes, cet ouvrage examine les grands courants et présente certaines figures ayant marqué l’évolution de la pédagogie en Occident.

    Cette édition offre également au lecteur toutes les clés nécessaires pour exercer son jugement critique et réfléchir aux finalités éducatives actuelles de la profession enseignante. Elle propose en outre des outils pédagogiques destinés à être utilisés dans un contexte d’enseignement :

    * Un résumé et des questions de révision à la fin de chaque chapitre;
    * Une activité d'apprentissage et de réflexion en lien avec le chapitre (accompagnée des éléments de réponse, accessibles en ligne et destinés à l’enseignant);
    * Des objectifs d’apprentissage en début de chapitre.



    Les enseignants, les étudiants et les autres intervenants en éducation trouveront ici un ouvrage de référence bien documenté et stimulant.

    Table des matières


    Partie 1 - L’évolution des idées et des pratiques pédagogiques de l’Antiquité au xxe siècle

    Chapitre 1 - Les Grecs anciens et la fondation de la tradition éducative occidentale

    Chapitre 2 - La Rome antique et la naissance de l’école au Moyen Âge

    Chapitre 3 - La Renaissance et l’éducation humaniste

    Chapitre 4 - Le xviie siècle et la naissance de la pédagogie

    Chapitre 5 - La pensée éducative de Jean-Jacques Rousseau

    Chapitre 6 - De la pédagogie traditionnelle à la pédagogie nouvelle

    Partie 2 - Des figures marquantes de la pédagogie au xxe siècle

    Chapitre 7 - John Dewey : apprendre par l’action

    Chapitre 8 - Maria Montessori : l’enfant et son éducation

    Chapitre 9 - Alexander S. Neill et la pédagogie libertaire

    Chapitre 10 - Célestin Freinet : un créateur engagé au service de l’école populaire

    Chapitre 11 - Carl Rogers et la pédagogie ouverte

    Chapitre 12 - Paulo Freire ou quand l’éducation devient un acte politique

    Partie 3 - Les grandes théories psychologiques et scientifiques de la pédagogie

    Chapitre 13 - Le béhaviorisme et l’approche scientifique de l’enseignement

    Chapitre 14 - Jean Piaget et le constructivisme en éducation

    Chapitre 15 - Lev Vygotsky et le socioconstructivisme en éducation

    Chapitre 16 - Les sciences cognitives et l’enseignement

    Chapitre 17 - La pédagogie de demain

    Bibliographie

    Index

    [2012-04-20]

  • Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution d’un ouvrage dirigé, entre autres, par Cecilia Borges, chercheure réguliere du CRIFPE, intitulé: "Identité professionnelle en éducation physique : parcours des stagiaires et enseignants novices".

    L'enseignement est de moins en moins souvent la vocation de toute une vie. Nombreux sont les collègues qui ne font plus carrière à l'école et qui la quittent après une expérience très courte. L'interdisciplinarité, la collégialité, le travail collaboratif modifient profondément l'exercice de la profession. Cette évolution a des répercussions sur l'attrait du métier d'enseignant ainsi que sur la formation initiale et continue. L'éducation physique n'échappe pas à ces transformations du paysage éducatif et scolaire. En particulier, l'enseignant novice est mis à l'épreuve par les nouvelles exigences, qui questionnent d'emblée ses capacités de maîtrise du processus d'enseignement-apprentissage.

    Ce livre rassemble douze contributions internationales francophones qui respectent l'itinéraire chronologique des futurs professionnels : étudiants, stagiaires, novices, formation continue. Outre des thématiques comme le plaisir d'apprendre ou d'enseigner et les interactions langagières, il aborde une réflexion plus générale à propos du processus de construction d'une identité d'enseignant en éducation physique, vue en tension sous différents aspects socioprofessionnels.

    [2012-04-19]

  • Intervention de Thierry Karsenti à La Presse du 1er mars 2012 dans l'article d'André Noël et Vincent Marissal "Une ombre au tableau blanc"

    Selon Thierry Karsenti, directeur de la chaire de recherche du Canada sur les technologies de l'information et de la communication en éducation, aucune étude indépendante n'existe pour justifier l'achat massif et rapide de tableaux blancs interactifs. «Les seules études sur les TBI ont été subventionnées par les fabricants», précise-t-il.

    [2012-03-02]

  • Entrevue accordée par Thierry Karsenti à l'émission "Maisonneuve en direct" sur la première chaîne de Radio-Canada le 1er mars

    Les tableaux blancs interactifs à l’école… Notes rédigées pour l’entrevue du 1er mars 2012 à l’émission de Radio-­‐Canada Maisonneuve en direct Par Thierry Karsenti, M.A., M.Ed., Ph.D. Professeur, Université de Montréal Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies en éducation Qu’est-­‐ce qu’un TBI ? C’est un tableau, sur lequel on projette le contenu d’un ordinateur, avec la particularité que l’on peut contrôler le tout à même le tableau, à partir d’un crayon, d’un stylet ou même d’un doigt. Il s’agit d’un outil dont le prix dépasse les 3500$, en moyenne. Pourquoi les TBI au Québec ? Ce qui est mis de l’avant, tant par le gouvernement que par les entreprises qui vendent de tels produits, c’est que les Tableaux blancs vont permettre d’augmenter la réussite éducative ou scolaire des élèves, en améliorant la pratique pédagogique des enseignants. Et de l’extérieur, cela montre (en surface du moins) que le Québec aura (enfin) pris le virage technologique, que nous innovons, car nous aurons dans nos classes la toute dernière technologie. Sommes-­‐nous uniques? Non, loin de là. Nous avons même 10 ans de retard sur d’autres pays. Il faut comprendre que nous ne sommes pas les seuls au monde à avoir de telles initiatives… Dans certains états américains, en Australie, mais aussi et surtout en Angleterre, les TBI sont très présents. En 2004, on comptait une salle de classe sur 4 qui avait un TBI… selon les dernières données obtenues, on parle de 99% des salles de classe… depuis 2007. Mais les élèves du Royaume-­‐Uni se classent pourtant moins bien aux examens internationaux (PISA) que nous. Qu’en disent les recherches? 1. Peu de résultats… parfois contradictoires… 2. Selon la London Challenge Study… aucun impact… 3. Selon le Departement of Education (Angleterre)… Certains impacts… mais à long terme… 4. Selon d’autres études, les enseignants passent plus de temps à gérer les défis technologiques… qu’à se préoccuper de ce que les élèves apprennent. 5. Le seul résultat concluant, c’est la motivation accrue des élèves… mais l’engouement disparaît aussi rapidement selon plusieurs. 6. Nous avons réalisé une étude, qui ne portait pas sur les TBI per se. Nos résultats préliminaires montrent une motivation accrue… des élèves, et des enseignants… En bout de ligne (Conclusion)? 1. C’est un outil qui a un grand potentiel, tant cognitif (apprendre plus) qu’affectif (avoir du plaisir à apprendre). Son potentiel interactif est important, mais encore faut-­‐il pouvoir l’exploiter. Il faut toutefois être prudent… Est-­‐ce que l’on doit adopter la technologie parce qu’elle est disponible… ou parce qu’elle répond à un besoin en éducation? Le TBI, c’est peut-­‐être aussi vouloir faire en sorte que la salle de classe traditionnelle (où l’enseignant est devant, et qu’il est au tableau) perdure… Pendant longtemps, on a vanté les pédagogies ouvertes, l’apprentissage en petits groupes, etc. Et là, on met le TBI… pour limiter ces autres formules pédagogiques. Il faut donc être prudent. 2. Il faut à la fois une formation adéquate… et du temps pour que les enseignantes et enseignants apprennent à bien maîtriser cet outil. Ce n’est pas un simple ordinateur 3. Important de mener des études sur les impacts réels des TBI dans nos écoles.

    [2013-04-05]

  • Un reportage sur les travaux du LabMECAS de l'UQAM avec la participation de Martin Riopel sera diffusé à l'émission Découverte, à Radio-Canada ce dimanche 5 février entre 18h30 et 19h30

    Ce reportage portera sur les effets de l'utilisation d'un jeu vidéo sur l'apprentissage de la physique. Vous pourrez y voir François Boucher-Genesse et notre collègue du CRIFPE, Martin Riopel.
    En rediffusion le samedi suivant à RDI à 20h00.

    [2012-01-31]

  • La méritocratie : seule en cause ? Discussion de l’ouvrage de Marie-Duru-Bellat par Christian Maroy, "Le Mérite contre la justice", Paris, Presses de Sciences Po, 2009

    Les travaux de Marie Duru-Bellat ont porté de longue date sur les transformations de l’école et les mécanismes de production des inégalités sociales face et par l’école. Que ce soit avec des travaux analytiques et empiriques – comme par exemple Les Inégalités sociales à l’école. Genèse et mythes (Duru-Bellat, 2002) ou en 2010 avec François Dubet et Antoine Véretout, Les Sociétés et leur école. Emprise du diplôme et cohésion sociale, ou encore dans des essais plus politiques – L’Hypocrisie scolaire avec François Dubet (Dubet & Duru-Bellat, 2000) ou l’inflation des diplômes (Duru-Bellat, 2006) – le travail de Marie Duru-Bellat s’inscrit ainsi dans un des programmes majeurs de la sociologie de l’éducation.





    Auteur
    Christian Maroy

    Chaire de recherche du Canada en politiques éducatives, Université de Montréal, Qc, Canada - christian.maroy@umontreal.ca


    Voir hyperlien ci-contre pour la suite.

    [2012-01-27]

  • Soutenance de thèse de Steve Masson intitulée : "Étude des mécanismes cérébraux liés à l'expertise scientifique en électricité à l'aide de l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle" le 31 janvier à 14h, UQAM, pavillon Paul-Gérin Lajoie, local N-3785

    Cette étude utilise l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) dans le but d’obtenir de nouvelles connaissances sur les mécanismes cérébraux liés aux processus de changement conceptuel. Puisqu’il s’agit d’une des conceptions les plus fréquentes, cette recherche se concentre sur une conception répandue et difficile à changer selon laquelle un seul fil est suffisant pour allumer une ampoule. Pour étudier les mécanismes cérébraux liés au changement conceptuel en électricité, des experts (étudiants du baccalauréat en physique) et des novices en sciences (étudiants d’un baccalauréat en sciences humaines) ont répondu à des questions liées à des circuits électriques simples à l’intérieur d’un appareil d’IRMf. Les données permettent d’identifier quelles sont les régions cérébrales plus activées lors de la réalisation de cette tâche chez les experts et chez les novices.



    Comme les experts sont familiers avec ce type de questions portant sur l’électricité, on pourrait s’attendre à ce que la tâche cognitive demandée ne soit pas exigeante et ne mobilise pas de façon importante leur cerveau. On pourrait également s’attendre à ce que la tâche soit plus difficile pour les novices et mobilise davantage certaines régions cérébrales. Pourtant, les résultats obtenus ne s’accordent pas avec cette hypothèse. Lorsqu’on leur présente des circuits électriques où une ampoule liée à une pile par un seul fil s’allume, les experts en sciences activent significativement plus que les novices différentes régions de leur cerveau, dont notamment le cortex préfrontal et le cortex cingulaire antérieur. Puisque ces régions sont reconnues pour jouer un rôle dans l’inhibition, ces résultats suggèrent que cette dernière joue un rôle dans l’expertise scientifique en électricité. Si tel est le cas, il se pourrait donc que les experts en sciences n’aient pas effacé de leur cerveau les conceptions inappropriées qu’ils possédaient peut-être avant leur formation scientifique, mais aient plutôt réussi à développer leur capacité d’inhiber (c’est-à-dire contrôler ou désactiver) ces conceptions pour arriver à répondre de manière scientifiquement correcte aux questions posées.



    Mots clés : didactique des sciences, changement conceptuel, inhibition, neuroéducation, imagerie par résonance magnétique fonctionnelle

    [2012-01-24]

  • Parution en ligne du numéro de décembre 2011 de Formation et profession

  • Soutenance de thèse de Pierre Antoine Etzer France le 13 décembre à 11h au B-328 intitulée : "TIC et formation des enseignants du fondamental en Haiti : barrières et facteurs facilitants"

    Cette recherche étudie les caractéristiques internes des enseignants haïtiens des deux premiers cycles de l’enseignement fondamental (primaire) en tant qu’apprenants, caractéristiques susceptibles de constituer des barrières ou des facteurs habilitants internes à une intégration efficace des TIC dans leur formation.
    Dans une première phase quantitative, une enquête a été administrée à 176 enseignants. Elle a fait ressortir quelques tendances fortes : une attitude positive par rapport aux innovations et aux TIC, des sources intrinsèques de motivation, une forte distance hiérarchique, peu de familiarité avec l’ordinateur et une capacité d’adoption rapide de technologies. Les réponses étaient plus partagées au niveau de la conception de l’enseignement et de l’apprentissage et de la dimension individualisme- collectivisme. Une analyse factorielle a fait émerger quatre facteurs : la capacité d’utiliser les TIC, le désir de changement, la conception du rôle du formateur et la distance hiérarchique.
    Par la suite, une phase qualitative comportant sept entrevues avec des spécialistes et trois groupes de discussion avec des enseignants du fondamental a largement contribué à enrichir, compléter, expliquer, confirmer et illustrer les résultats quantitatifs.

    [2011-12-08]

  • Première conférence TEDx Wilfrid-Bastien consacrée à l'éducation et aux idées novatrices pour transiter vers une éducation adaptée au 21e siècle.

    Pour plus d'informations, consulter l'hyperlien.

    [2011-12-06]

  • Soutenance de thèse de Viateur Karwera le 19 décembre à 14h : Université du Québec à Chicoutimi Vidéoconférence: Chicoutimi, Local: P0-5120 Montréal, Local: J-2625

    TITRE DE LA THÈSE:
    La transposition didactique du concept de citoyenneté à travers les pratiques pédagogiques d'enseignement de l'histoire au secondaire.

    RÉSUMÉ:
    Cette thèse s’intéresse au processus de la transposition didactique du concept de citoyenneté en enseignement de l’histoire au premier cycle du secondaire. L’exploration et la réflexion s’inscrivent dans le contexte du renouveau pédagogique en vigueur au Québec où l’on a choisi d’arrimer l’éducation à la citoyenneté à l’enseignement de l’histoire. Le projet de jumelage de ces deux domaines de formation se base sur le postulat que l’histoire est un terrain fertile pour la formation à la pensée critique (Martineau, 1999). Bien que tous les domaines d’apprentissage aient le mandat de contribuer au développement de l’identité personnelle, sociale et culturelle de l’élève (MEQ, 2001), c’est aux enseignants d’histoire que revient prioritairement la tâche d’éduquer formellement à la citoyenneté. Cependant, les prescriptions du programme ne sont pas très claires quant aux dimensions de la citoyenneté à considérer et à la nature des liens à établir entre les contenus historiques et l’éducation à la citoyenneté. Les enseignants ont alors à sélectionner, à choisir et à décider des activités à proposer aux élèves. Cette recherche soulève la question de cet arrimage afin d’explorer les pratiques en développement dans ce domaine. La question de recherche est la suivante : comment le concept de citoyenneté est-il transposé dans la pratique par des enseignant(e)s d’histoire et éducation à la citoyenneté au premier cycle du secondaire ?

    La méthodologie relève de l’étude de cas multiples et elle combine plusieurs stratégies de collecte de données à l’intérieur d’une recherche qualitative. L’échantillon est composé de six enseignants d’histoire et éducation à la citoyenneté, tous des hommes ayant une expérience entre 1 et 5 ans dans ce domaine. Quatre stratégies ont été mises à contribution pour collecter, trianguler et assurer la saturation des données. Les enseignants ont reçu un questionnaire autoadministré, ils ont été observés en action dans leur classe, puis ils ont été rencontrés en entrevue d’explicitation et finalement une analyse de quelques documents a été effectuée pour compléter et corroborer les pratiques déclarées.

    Parmi les résultats, il ressort que les enseignants transposent les objets d’enseignement historique en objets d’éducation à la citoyenneté en fonction de leur vision contextuelle de leur milieu d’intervention. Ils privilégient la socialisation, le rapport au pouvoir et la participation au détriment du rapport critique à la réalité sociale. Enfin, l’ensemble des résultats a permis de tracer un portrait des pratiques en développement qui sera utile aux formateurs et aux concepteurs de programme afin de favoriser cet arrimage entre l’histoire et l’éducation à la citoyenneté.

    Mots clés : Transposition didactique, citoyenneté, éducation à la citoyenneté, décision didactique, pratique enseignante, multiculturalisme, interculturalisme.

    [2011-12-05]

  • Félicitations au professeur Christian Maroy pour l'obtention d'une subvention du FRQSC-ANR pour son projet de recherche ayant trait aux "Politiques de gouvernance par les résultats en éducation : une comparaison France-Québec"

    Ce projet de recherche, avec l'équipe d'Agnès van Zanten de Sciences Po, Paris, représente un des 8 projets financés sur les 96 évalués. Outre Christian Maroy, deux chercheurs réguliers du CRIFPE en font partie, à savoir Martial Dembélé et Claude Lessard.

    [2011-12-12]

  • Remise du Prix d’excellence et d’innovation pour l'amélioration des pratiques d'accompagnement des étudiants des cycles supérieurs au professeur Thierry Karsenti

    Le 3 novembre dernier, Thierry Karsenti recevait le prix de l'Association canadienne pour les études supérieures (ACES) et de la société Educational Testing Service (ETS) pour le projet de doctorat à distance en Afrique qu'il a mis en place et dirigé avec les Pr. Colette Gervais et Michel Lepage. Toutes nos félicitations à nos trois membres du CRIFPE.

    Sur la photo, de gauche à droite: Doug Ronson, ETS Canada, Thierry Karsenti et Roch Chouinard.

    [2011-11-03]

  • Présentation le 15 novembre prochain de Maurice Tardif, directeur du CRIFPE-Montréal et professeur titulaire de la Faculté des sciences de l’éducation comme nouveau membre de la Société royale du Canada

    Le 15 novembre prochain, la grande communauté de l’Université de Montréal et de ses écoles affiliées recevra le professeur Roderick A. Macdonald de l’Université McGill, président de la Société royale du Canada (SRC) : Les Académies des arts, des lettres et des sciences du Canada. L’événement sera l’occasion d’honorer tous les membres de la SRC appartenant à la communauté de l’Université de Montréal, tout en présentant les nouveaux membres et récipiendaires de distinctions de la SRC. Maurice Tardif, directeur du CRIFPE-Montréal et professeur titulaire de la Faculté des sciences de l’éducation fera partie de ces nouveaux membres.

    Félicitations!

    [2011-10-28]

  • Nouvelle parution de Patrice Potvin intitulée : Manuel d'enseignement des sciences et de la technologie Pour intéresser les élèves du secondaire

  • Conférence de l'Institut de statistique de l’UNESCO (UIS) :Journée mondiale des enseignants : Un enseignant qualifié et motivé pour chaque fille et chaque garçon: répondre aux défis des effectifs et de la qualité du corps enseignant afin d’atteindre les objectifs internationaux de l’éducation d’ici 2015

    Journée mondiale des enseignants
    5 octobre 2011, 14h00
    Institut de statistique de l’UNESCO (UIS)
    5255 avenue Decelles, 7ème étage
    Montréal, Québec H3T 2B1 Canada
    Téléphone: (1-514) 343-6880
    Un enseignant qualifié et motivé pour chaque fille et chaque garçon: répondre aux défis des effectifs et de la qualité du corps enseignant afin d’atteindre les objectifs internationaux de l’éducation d’ici 2015
    Présentée par: Martial DEMBÉLÉ (Université de Montréal), Thierry KARSENTI (Université de Montréal), Aliou DIOP (Université de Bourgogne), Claudia MITCHELL (Université McGill) and Peter WALLET (Institut de statistique de l’UNESCO)
    Les enseignants sont souvent considérés comme l’apport le plus important pour assurer le succès des résultats scolaires. Néanmoins, les enseignants sont trop souvent sous-évalué et sous-estimé par rapport à leur contribution à un environnement d’apprentissage positif nécessaire pour les accomplissements de haut niveau. La Journée mondiale des
    enseignants est une occasion de sensibiliser les enseignants, l’enseignement et les difficultés rencontrées par les pays pour établir et maintenir un effectif enseignant qualifié. À l’approche de l’année butoir 2015, le rôle des enseignants sera de plus en plus mis sous la loupe si la communauté internationale vise à atteindre les objectifs de l’éducation fixés par les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et l’Éducation pour tous (EPT).
    Que ce soit la réalisation des objectifs quantifiables de l’enseignement primaire universel (EPU) et de la parité entre les sexes, ou des objectifs plus abstraits tels que l’amélioration de la qualité de l’enseignement, les enseignants jouent un rôle essentiel. Par exemple, pour s’assurer que tous les enfants reçoivent un programme complet d’enseignement primaire, plusieurs pays auront besoin de former et recruter un grand nombre d’enseignants pour répondre à une demande croissante et rapide alors que l’amélioration de la qualité de l’enseignement peut se rapporter à une variété d’options politiques qui auront un impact sur les enseignants et leurs conditions de travail.
    Le thème de cette Journée des enseignants est l’égalité entre les sexes. Une exploration des questions de genre pour les enseignants et l’enseignement sera mis à l’avant à travers
    une série de présentations fondées sur des méthodologies de recherche quantitatives et qualitatives dans le domaine de l’éducation. Il y aura du temps alloué pour les discussions. Cet événement est gratuit et ouvert au public. Pour des informations supplémentaires au sujet de l’Institut de statistique de l’UNESCO, veuillez visiter www.uis.unesco.org.

    [2011-10-04]

  • Soutenance de thèse de Stéphane Villeneuve le 5 octobre à la salle B-328 du Pavillon Marie-Victorin intitulée : L’évaluation de la compétence professionnelle des futurs maîtres du Québec à intégrer les technologies de l'information et de la communication (TIC) : maîtrise et usages

    Résumé

    Au Québec, la compétence professionnelle à intégrer les technologies de l’information et de la communication (TIC) est une compétence professionnelle à acquérir par les étudiants en enseignement. Cependant, son acquisition est problématique à plusieurs niveaux. Afin d’évaluer la compétence, cette thèse atteindra trois objectifs : 1) décrire le degré de maitrise des TIC et leurs usages dans les salles de classe 2) identifier les facteurs qui influencent l’intégration des TIC en fonction de la compétence professionnelle, et finalement 3) décrire le niveau d’atteinte des composantes de la compétence.

    Pour atteindre les objectifs de l’étude, une méthodologie mixte fut employée. Ce sont 2065 futurs enseignants du Québec provenant de neuf universités québécoises qui ont complété le questionnaire en plus de 34 participants (n = 5 groupes de discussion).
    Cette thèse rédigée sous forme d’articles, répondra à chacun des objectifs visés. Dans le but de mieux comprendre l’utilisation actuelle des TIC par les futurs maîtres, le premier article fournira un aperçu de la maîtrise d’outils technologiques susceptibles d’être utilisés lors des stages. Le deuxième article visera à identifier les variables externes ainsi que les différentes composantes de la compétence qui ont une influence sur l’intégration des TIC lors des stages. Dans le troisième article, afin de comprendre où se situent les forces et les faiblesses des futurs maîtres quant à la compétence professionnelle à intégrer les TIC, une description du niveau d’atteinte de chacune des composantes sera réalisée afin d’en dégager une appréciation globale.

    Les principaux résultats montrent que pour la moitié des répondants, seuls cinq outils sur 12 sont intégrés en stage et ce sont principalement les outils peu complexes qui sont bien maîtrisés. Le logiciel de présentation Power Point, est le plus fréquemment utilisé. Les données considérées dans le premier article suggèrent ainsi l’importance d’augmenter, de façon générale, la maîtrise technique des futurs enseignants.
    Les résultats du second article ont permis de constater que la « prévision d’activités faisant appel aux TIC » est une variable prédictive majeure pour l’intégration des TIC. L’analyse des résultats suggèrent le besoin d’enseigner aux futurs maîtres comment développer le réflexe d’inclure les TIC dans leurs plans de leçons. De plus, l’appropriation de la sixième composante de la compétence joue un rôle important sur la probabilité d’intégrer les TIC.

    Les résultats du troisième article indiquent que la maîtrise des composantes 2, 4, 5 et 6 de la compétence sont partiellement atteintes. La mieux maîtrisée est la première composante. Finalement, la troisième composante de la compétence s’est avérée être encore non atteinte et reste à être développer par les futurs enseignants.
    Cette thèse nous apprend que des efforts considérables restent encore à accomplir quant à la maîtrise de la compétence professionnelle à intégrer les TIC. Ces efforts doivent être accomplis au niveau des individus mêmes (futurs enseignants) et de la part des universités au niveau de la structure des cours de technologies en formation initiale des maîtres.

    [2011-10-04]

  • Lancement hier le 29 septembre à l'UQAM de « L'Île Physica » et de ses jeux vidéo produits et réalisés par l'équipe CREO en collaboration avec deux chercheurs du CRIFPE Martin Riopel et Patrice Potvin

    L'Université du Québec à Montréal invitait hier le grand public au lancement de Physica. Cette plateforme réunit trois jeux réalisés conjointement par CREO, une entreprise québécoise de production de jeux sérieux, et par le LabMÉCAS, le Laboratoire mobile pour l'étude des cheminements d'apprentissage en science de l'UQAM.



    Des jeux destinés aux ados pour mieux intégrer les notions de physique apprises en classe.

    Intéresser les jeunes aux sciences est une tâche ardue. CREO et une équipe de professeurs et d'étudiants chercheurs de l'UQAM s'y sont consacrés avec succès.

    Venez découvrir et tester le fruit de leur travail : Mécanika, Mécanique Animée et Spatiopet.

    Caroline Julien présidente de CREO présentera le monde virtuel Science en jeu, dont fait partie Physica.

    De plus l'équipe du professeur Patrice Potvin, directeur du LabMÉCAS, dévoilera les résultats d'une étude qui démontre l'efficacité du jeu dans l'apprentissage de la physique.

    Des postes de travail vous permettront de tester les trois jeux de l'Île Physica. Vous pourrez « gagner des neurones ou encore rencontrer une baleine qui pète! ».



    -30-

    Source: 
Rose-Aline LeBlanc, conseillère en relations de presse
    Division des relations avec la presse et événements spéciaux
    Service des communications
    Tél. : 514 987-3000, poste 2248
    leblanc.rose-aline@uqam.ca

    [2011-09-30]

  • Soutenance de thèse de Catherine Duquette le 3 octobre à 14h00 à la salle Jean-Paul-Tardif, Pavillon La Laurentienne, Université Laval et intitulé : "Le rapport entre la pensée et la conscience historiques. Élaboration d’un modèle d’interaction lors de l’apprentissage de l’histoire chez les élèves de cinquième secondaire des écoles francophones du Québec"

    COMITÉ/JURY :
    • Mme Annie Pilote, vice-doyenne et présidente
    Département des fondements et pratiques en éducation, Université Laval
    • M. Jean-François Cardin, directeur de recherche
    Département d'études sur l'enseignement et l'apprentissage, Université Laval
    • M. Christian Laville, codirecteur
    Département d'études sur l'enseignement et l'apprentissage, Université Laval
    • M. Jean-Pierre Charland, examinateur
    Département de didactique, Université de Montréal
    • Mme Nicole Tutiaux-Guillon, examinatrice
    Institut universitaire de formation des maîtres, université d’Artois
    • M. Peter Seixas, examinateur externe
    Department of Curriculum and Pedagogy , University of British Columbia


    RÉSUMÉ

    Le programme par compétences mis en place dans les écoles secondaires par le ministère de l’Éducation, des loisirs et du sport (MELS) en 2003, souligne l’importance de l’apprentissage d’une pensée historique en classe d’histoire. Miser sur l’apprentissage de la pensée historique, c’est, en somme, favoriser une vision de l’histoire comme la science qui permet l’interprétation du passé plutôt que de valoriser un apprentissage factuel de la discipline (mémorisation de dates, de lieux et de personnages). Cependant, de nombreuses recherches (Barton, 1997; VanSledright, 2001; Martineau, 1999 et Sandwell, 2005) tendent à montrer que les élèves parviennent difficilement à maîtriser cette forme de pensée et qu’ils préfèrent conserver une vision de l’histoire comme un récit véridique et inchangeable. Ce problème a donné lieu à un engouement dans le milieu de la didactique de l’histoire pour la conscience historique (la compréhension du présent grâce à l’interprétation du passé permettant d’envisager le futur) dont le développement semble être une solution possible aux difficultés mentionnées (Seixas, 2004, 2006; Charland, 2003 et Angvik et von Borris, 1997). Cependant, aucun auteur ne définit clairement le rapport que la conscience historique entretient avec la pensée historique. C’est à cette question que notre recherche a voulu répondre.
    Cette thèse de doctorat s’est tout d’abord constituée d’une recherche théorique qui a permis d’élaborer un modèle des possibles interactions entre les concepts. Puis, nous avons procédé à une recherche empirique de nature qualitative avec 148 élèves de cinquième secondaire fréquentant des établissements scolaires francophones au Québec. Dans le protocole, basé en partie sur le modèle d’interactions issu de la recherche théorique, les participants étaient invités à répondre à un questionnaire et à participer à une entrevue. Les résultats de cette recherche laissent entrevoir la possibilité de quatre niveaux de développement de la conscience historique. On constate également une forte corrélation entre les stades les plus réflexifs de la conscience et le développement de la pensée historique. Les précisions apportées au rapport étudié permettent d’ailleurs de mieux comprendre la progression des apprentissages en lien avec la pensée historique. Enfin, les différents stades de conscience historique peuvent être considérés comme un outil prometteur pour l’évaluation de la progression des apprentissages des élèves en classe d’histoire.

    [2011-09-29]

  • Nous avons le plaisir de vous annoncer la nomination du Professeur Claude Lessard, membre fondateur du CRIFPE, à la présidence du Conseil supérieur de l'éducation

    Claude Lessard, professeur retraité de la Faculté des sciences de l'éducation, a été nommé président du Conseil supérieur de l'éducation pour un mandat de quatre ans.

    Il a été codirecteur et membre du Bureau de direction du CRIFPE de 1995 à 2008 où il a contribué grandement au développement de la professionnalisation de la formation et de l'enseignement. Il a été également doyen de la Faculté des sciences de l'éducation de 1991 à 1995 et titulaire de la Chaire senior de recherche du Canada sur le personnel et les métiers de l'éducation de 2001 à 2008.

    [2011-09-30]

  • Nouvelle parution d'Érik Falardeau et Denis Simard intitulée : La culture dans la classe de français. Témoignages d'enseignants

    Comment des enseignants de français s’y prennent-ils pour initier les élèves à la culture dans la classe ? Quand ont-ils eux-mêmes été initiés à la culture, dans leur vie ou leur parcours scolaire ? Existe-t-il une relation entre leur initiation à la culture, leur façon de la vivre et de la comprendre et ce qu’ils font en classe avec leurs élèves ?

    Ce sont là quelques-unes des questions examinées dans ce livre, qui présente des portraits d’enseignants de français qui vivent la culture au quotidien dans leur classe. Ces portraits ne doivent pas être lus comme de petits manuels du « bon prof » pour articuler formation culturelle et formation langagière, mais comme des témoignages authentiques qui rendent compte de la complexité du métier d’enseignant et de la tâche du « passeur culturel » dans la classe de français. Ils montrent aussi que le rehaussement culturel à l’école et dans la classe, s’il n’est ni facile ni évident, peut constituer le cœur et la finalité de la pratique pédagogique des enseignants.


    Biographie :

    Érick Falardeau

    Érick Falardeau est professeur de didactique du français. Ses travaux de recherche portent principalement sur l’articulation de l’approche culturelle de l’enseignement à l’enseignement du français ; il s’intéresse aussi à l’évaluation de l’enseignement et à l’évaluation de la lecture au secondaire ainsi qu’à l’enseignement de la lecture littéraire.

    Denis Simard

    Denis Simard est professeur en fondements de l’éducation. Ses travaux portent sur les théories éducatives, la pédagogie et son histoire, l’approche culturelle de l’enseignement et l’herméneutique en éducation. Il est notamment l’auteur de L’enseignement, profession intellectuelle (en collaboration avec M’hammed Mellouki, 2005) et d’Éducation et herméneutique. Contribution à une pédagogie de la culture (2004).

    [2011-09-19]

  • Jean-Pierre Proulx participe à l'émission "Maisonneuve en direct"

    Jean-Pierre Proulx, professeur retraité au Département d’administration et fondements de l’éducation, a participé à la discussion entourant l’évaluation et la rémunération des enseignants en fonction de leur performance, à l’émission Maisonneuve en direct sur les ondes de Radio-Canada.

    [2011-09-15]

  • Séminaire du CRIFPE sur invitation les 15 et 16 septembre 2011 au Centre de villégiature Jouvence à Orford

    Ce séminaire sera consacré à une journée de travail sur les vocations «Internationalisation», «Rapprochement
    recherche-société» et «Installation de recherche». La deuxième journée se tiendra la réunion du comité scientifique.

    [2011-09-13]

  • Nouvelle parution par Diane Gérin-Lajoie : Youth, Language and Identity: Portraits of Students from English-language High Schools in the Montreal Area aux Canadian Scholars’ Press

    Gérin-Lajoie, D. (2011) Youth, Language and Identity: Portraits of Students from English-language High Schools in the Montreal Area.  Toronto: Canadian Scholars’ Press, 212 pages.

    August 2011
    ISBN-13: 978-1-55130-395-6
    Format:
    216pp, Paperback

    This book is a path-breaking examination of identity construction among minority-language youth. Based on a three-year study at two English-language high schools in the Montreal area, it builds on Diane Gérin-Lajoie's previous work on Francophone minority identity in Ontario and extends her analysis to Canada's other official language minority: Anglophones living in Quebec.

    The book begins with an overview of the social and educational reality of Quebec's Anglophone minority, and then presents the findings on students' language practices. The central chapters sketch identity portraits of the study's participants, and the later chapters pursue analyses of the themes raised by the study. The result is an original contribution to the understanding of language and identity that will be of interest to school administrators and teachers working in minority-language communities in Canada, and to scholars working on issues of minorities in the social sciences.
    Reviews and Comments

    "The youths' portraits are uniformly structured, yet very different one fron the other. One really gets to the heart of the different life conditions and experiences of the youth, their differing representations of language and linguistic communities, and their different ensuing identity positioning."
    - Normand Labrie, Ontario Institute for Studies in Education

    "This is a comprehensive, well written and well researched study. Working within a critical postmodern perspective, the author demonstrates the limitations of classic sociological theories, and carefully identifies the problems associated with essentialist notions of individual identity. The study is particularly interesting because it demonstrates in the students' own words that one's identity is not fixed in its development; instead, identity is fluid, situational, and highly influenced by specific contexts of interactions. A lovely breakthrough in thinking."
    - Cecille DePass, University of Calgary
    Diane Gérin-Lajoie
    Diane Gérin-Lajoie

    Diane Gérin-Lajoie is Professor in the Department of Curriculum, Teaching and Learning at the Ontario Institute for Studies in Education at the University of Toronto and she is cross-appointed tot the Centre for Franco-Ontarian Studies. She teaches graduate courses in the areas of minority education and qualitative research.

    [2011-09-06]

  • Nomination de David Lefrançois à la Commission de l’enseignement et de la recherche universitaires du Conseil supérieur de l'éducation

    La présidente du Conseil supérieur de l’éducation, Mme Nicole Boutin, annonce la nomination de M. David Lefrançois, professeur à l’Université du Québec en Outaouais, campus de Saint-Jérôme, qui siégera à la Commission de l’enseignement et de la recherche universitaires. Il mettra ses connaissances et son expertise en matière d’éducation au profit du Conseil jusqu’au 31 août 2014.

    [2011-09-07]

  • Appel à communications : date limite 22 septembre 2011, Colloque international des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté à Québec, les 27 et 28 octobre 2012

    De nouvelles voies pour la recherche et la pratique en HGEC

    Appel à communications

    Depuis 2007, les colloques internationaux des didactiques de l'histoire, de la géographie et de l'éducation à la citoyenneté, et avant eux les colloques de l'INRP (1986-1996), puis les journées d'études des didactiques (2000-2006), ont été le vecteur de diffusion des recherches en français, mais aussi en d’autres langues, notamment en Europe. Or, les recherches en didactique de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté se sont multipliées depuis trente ans, en anglais comme en français, en Europe comme ailleurs, et ont tenté d’influencer les pratiques d’enseignement ou les curriculums. Quelles nouvelles voies s’ouvrent à la recherche et à la pratique en didactique de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté à travers le monde dans des contextes sociopolitiques et scolaires qui s'avèrent instables et, pour les seconds, en recomposition souvent profonde ?

    Axe 1 : progression des apprentissages et évaluation des compétences



    Axe 2 : Les pratiques de classe



    Axe 3 : Moyens didactiques et appuis à l’enseignement



    Axe 4 : La formation initiale et continuée.



    Les propositions de communication peuvent être :
    - une communication fondée sur une recherche (incluant les recherches-actions)
    - une communication fondée sur l’analyse d’une expérience pratique relative à tel ou tel axe
    - une communication fondée sur l’analyse de textes officiels, manuels, évaluation, etc. qui ne prétend pas au cadrage théorique et méthodologique rigoureux d’une recherche, mais fait état d’une réflexion argumentée.

    Elles devront parvenir conjointement à marc.andre.ethier@umontreal.ca et carolinefrezal@wanadoo.fr au plus tard le 22 septembre 2011 (un accusé réception vous sera envoyé) et devront respecter les consignes suivantes :

    - Ne pas excéder les 6000 signes.
    - Inclure le nom, la fonction, l’adresse professionnelle et électronique de l’(des) auteur(s) en tête du document.
    - Contenir un titre concis et significatif.
    - Indiquer l’axe choisi et le type de communication.
    - Inclure cinq mots clés à la fin du document.
    - Être composées avec une police Arial 11 au format Word ou PDF.
    - Être écrites en français ou en anglais, mais peut être accompagnée d’un texte dans la langue de l’auteur, s’il ne s’agit pas de l’une de ces deux langues.

    Les communicants disposeront de 20 minutes.
    Les propositions seront examinées en septembre 2011 par le comité scientifique du colloque.
    Les auteurs des propositions recevront l’avis de ce comité à la tard mi-octobre 2011.
    Les auteurs retenus pour le colloque pourront proposer un texte en septembre 2012 en vue de la publication des Actes. Une sélection sera effectuée par le comité scientifique.

    Il est possible de proposer un symposium (dont la durée ne pourra excéder une session de 90 minutes).
    Dans ce cas, les propositions doivent contenir :
    - Un résumé de la problématique du symposium (6000 signes environ).
    - Un résumé de chaque communication proposée (6000 signes), maximum 4 communications.
    - Le nom d’un discutant, extérieur aux laboratoires/équipes concernés, et dont la tâche sera de problématiser et questionner les contributions du symposium, afin de favoriser une discussion commune.
    Les participants du symposium doivent provenir d’au moins deux laboratoires/équipes de recherche différents.




    Une invitation de Marc-André Éthier, chercheur régulier au CRIFPE.

    [2011-08-29]

  • Soutenance de thèse de Dominic Bizot intitulé "L'apprentissage de la masculinité" le 25 août 2011 à 10h au B-328, pavillon Marie-Victorin

    JURY

    Président-rapporteur Rondeau, Gilles
    Directrice de recherche Solar, Claudie
    Membre du jury Loiola, Francisco A.
    Examinateur externe Ntetu, Antoine N
    Représentant Bowen, François
    de la Doyenne de la Faculté Professeur titulaire
    Fac.Sc.Educ. – Psychopéd. Andragogie






    RÉSUMÉ

    Dans un contexte social où se renégocie le contrat de genre, l’exploration des voies empruntées par les hommes pour (apprendre à) changer leur comportement, aussi bien que leurs croyances et leurs connaissances sur la masculinité, est particulièrement importante.
    Située dans le champ des études sur le genre masculin et de l’andragogie, l’étude explore le processus d’apprentissage d’adultes faisant partie du Réseau Hommes Québec (RHQ). En utilisant une méthodologie qualitative, des entretiens semi-dirigés ont été effectués auprès de 16 membres de cette organisation d’entraide visant la remise en question des rôles de genre traditionnels masculins et encourageant le développement personnel des hommes. Si la plupart des répondants n’ont pas transformé radicalement leur conception de la masculinité, qui demeure souvent abstraite, leur façon de se voir comme homme a changé radicalement. Les émotions et les relations ont joué un rôle prépondérant dans le développement d’une réflexion critique sur le genre, le leur comme celui des autres. Cela a représenté, pour pratiquement tous les répondants, une véritable révolution intérieure qui leur a fait prendre conscience qu’ils étaient sensibles, qu’ils avaient besoin d’autrui et qu’ils pouvaient approcher d’autres hommes sans que leur orientation (hétéro)sexuelle soit menacée.

    Mots-clés : masculinité, adulte, apprentissage, transformation de perspective, Réseau Hommes Québec, groupes pour hommes, réflexion critique.

    [2011-08-23]

  • Le projet de formation à distance, dirigé par Thierry Karsenti avec la collaboration de Colette Gervais et Michel Lepage, recevra le prestigieux prix d’excellence et d’innovation 2011, remis par l’Association canadienne pour les études supérieures (ACES).

    L’ACES et la société Educational Testing Service (ETS) offrent chaque année le Prix d’excellence et d’innovation pour l'amélioration des pratiques d'accompagnement des étudiants des cycles supérieurs. Le prix est remis à une école membre de l’ACES ou à un programme d’une école en reconnaissance de sa contribution administrative et/ou programmatique remarquable pour l'amélioration des pratiques d'accompagnement et des résultats des étudiants des cycles supérieurs.

    La Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal recevra ainsi un certificat de mérite accompagné d’une bourse de 2 500 $, ainsi qu’une reconnaissance publique lors du prochain congrès de l’ACES, qui se tiendra à Vancouver du 2 au 5 novembre 2011.

    Ce premier doctorat à distance a été conçu et mis en place par Thierry Karsenti, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les TIC en éducation, en partenariat avec des universités africaines dans sept pays du Sahel : le Cameroun, la Côte-d'Ivoire, le Burkina-Faso, le Mali, le Bénin, le Niger et le Sénégal. Financé par l'Agence universitaire de la francophonie (AUF), ce programme a pour objectif de développer l'expertise locale dans le domaine de l'intégration des TIC en éducation.

    Félicitations à Thierry Karsenti et à son équipe !

    Pour en savoir plus : http://www.cags.ca/pages/fr/activites/prix-aces-ets.php

    [2011-06-22]

  • Soutenance de thèse de Candide Achille Kouawo le 20 juin 2011 à 11h15 intitulée : "Que pensent les enseignants et les élèves du secondaire des TIC ? Une étude des représentations sociales au Niger ".







    [2011-06-16]

  • Nouvelle parution sous la direction de P. Maubant et S. Martineau : "Fondements des pratiques professionnelles des enseignants"

    Maubant, P., Martineau, S. (Dir.) (2011). Fondements des pratiques professionnelles des enseignants. Ottawa : PUO. 349 pages.

    Ce recueil examine ce qui fonde les pratiques de l’enseignement et les processus d’apprentissage professionnel par lesquels on maîtrise la situation d’enseignement-apprentissage. Les auteurs visent à proposer des modifications à la manière dont on approche la formation à l’enseignement et à mettre à jour les mécanismes de transfert entre la formation professionnelle et la pratique de l’enseignement.
    Cet ouvrage témoigne de la centralité de la question des fondements des pratiques de professionnelles des enseignants dans les grandes problématiques éducatives et vise à ajouter au discours sur la pédagogie de l’enseignement.
    Note biographique

    Philippe Maubant est professeur à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke et directeur de l’Institut de recherche sur les pratiques éducatives.
    Stéphane Martineau est professeur titulaire au Département des sciences de l’éducation à l’Université du Québec à Trois-Rivières.
    Table des matières

    Préface : Pour une reconceptualisation de la formation initiale à l’enseignement au primaire
    -- Yves Lenoir (Université de Sherbrooke)
    Introduction
    -- Philippe Maubant (Université de Sherbrooke) et Stéphane Martineau (Université du Québec à Trois-Rivières)
    D’une approche impressionniste des pratiques enseignantes à une lecture compréhensive des fondements des savoirs professionnels des enseignants
    -- Philippe Maubant
    Maîtrise de la situation d’enseignement-apprentissage et savoirs professionnels des futurs enseignants
    -- Jacqueline Beckers (Université de Liège)
    Les étudiants comme usagers et coconcepteurs des dispositifs pédagogiques : Proposition d’un cadre épistémologique et d’une méthodologie d’investigation de l’usage des dispositifs de formation dans le cadre de l’alternance
    -- Daniel Faulx (Université de Liège) et Gilles Leclercq (Université de Lille 1)
    Des savoirs enseignants : des savoirs-processus en prise avec les acteurs, les dispositifs et les théories
    -- Michel Grangeat (Université Pierre-Mendès) et Grégory Munoz (Université de Nantes)
    Quels sont les savoirs mobilisés dans le discours et dans les pratiques de soutien au transfert des apprentissages des élèves par les enseignants ?
    -- Annie Presseau, Stéphane Martineau et Liliane Portelance (Université du Québec à Trois-Rivières)
    La situation : pour une meilleure compréhension du processus d’apprentissage professionnel dans la formation des maîtres
    -- Lucie Roger (Université de Sherbrooke)
    Les concepts de représentations de la tâche en ergonomie pour la formation professionnelle des enseignants débutants
    -- Hélène Veyrac et Marie-Hélène Bouiller-Oudot (École nationale de formation agronomique)
    Une modélisation des régulations et de la médiation dans la construction des savoirs professionnels des enseignants
    -- Alexandre A.J. Buysse (Université de Genève et Haute École pédagogique du Valais)
    Quel fondement épistémologique pour la pratique enseignante ?
    -- Jean-Pierre Astolfi (Université de Rouen)
    Travail, apprentissage et expérience, trois notions critiques dans la conception de la formation des enseignants
    -- Patrick Mayen (Établissement national d’enseignement supérieur agronomique de Dijon)
    Postface : Théorie et contraintes dans la pratique enseignante
    -- Bernard Rey (Université libre de Bruxelles)

    [2011-05-24]

  • Félicitations pour le refinancement du Laboratoire d’analyse du développement et de l’insertion professionnels en enseignement  (LADIPE) sous la direction de Stéphane Martineau

     

    Refinancement du «Laboratoire d’analyse du développement et de l’insertion professionnels en enseignement  (LADIPE)». S. Martineau (responsable), Liliane Portelance, Christine Lebel, Louise Bélair, Bruce Maxwell, co-chercheurs par le Fonds Institutionnel de recherche, programme Développement des Laboratoires de Recherche (2011-2012), UQTR au montant de 
    10 633,33 $.

    [2011-05-24]

  • Rencontre des chercheurs de l’antenne "Université du Québec" du CRIFPE (CRIFPE-UQ)

    Des chercheurs de l’antenne “Université du Québec” du CRIFPE (CRIFPE-UQ) se sont réunis à l’Université du Québec à Montréal lundi le 30 mai 2011 pour se réseauter, discuter de projets communs et établir des règles de fonctionnement interne à leur regroupement local. Étaient présents des membres de l’UQAM, de l’UQO et de l’UQTR. Des membres de l’UQAC se sont également joints à la rencontre par vidéoconférence. Thierry Karsenti, directeur du CRIFPE est venu en avant-midi présenter aux membres certains aspects liés au financement du Centre et de ses regroupements locaux.

    [2011-06-06]

  • Soutenance de thèse d'Issa Boro le 20 juin 2011 9h15 Pavillon Marie-Victorin, B-328 intitulée : "Utilisation des technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement secondaire et développement des compétences des élèves en résolution de problèmes mathématiques au Burkina Faso"

    La présente étude intitulée « utilisation des technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement secondaire et développement des compétences des élèves en résolution de problèmes mathématiques au Burkina Faso » est une recherche descriptive de type mixte examinant à la fois des données qualitatives et quantitatives. Elle examine les compétences en résolution de problèmes mathématiques d’élèves du Burkina Faso pour révéler d’éventuelles relations entre celles-ci et l’utilisation des TIC par les élèves ou leur enseignant de mathématiques. L’intérêt de cette recherche est de fournir des informations aussi bien sur la réalité des TIC dans l’enseignement secondaire au Burkina que sur les effets de leur présence dans l’enseignement et l’apprentissage des mathématiques.
    Les éléments théoriques ayant servi à l’analyse des données sont présentés suivant trois directions : la résolution des problèmes, le développement des compétences, et les relations entre les TIC, le développement de compétences et la résolution de problèmes. Du croisement de ces éléments émergent trois axes pour le développement de la réponse apportée à la préoccupation de l’étude : 1) Décrire l’utilisation de l’ordinateur par les élèves du Burkina Faso pour améliorer leur apprentissage des mathématiques ; 2) Identifier des rapports éventuels entre l’utilisation de l’ordinateur par les élèves et leurs compétences en résolution de problèmes mathématiques ; 3) Identifier des rapports entre les compétences TIC de l’enseignant de mathématiques et les compétences de ses élèves en résolution de problèmes.
    Les processus de la résolution de problèmes sont présentés selon l’approche gestaltiste qui les fait passer par une illumination et selon l’approche de la théorie de la communication qui les lie au type de problème. La résolution de problèmes mathématiques passe par des étapes caractéristiques qui déterminent la compétence du sujet. Le concept de compétence est présenté selon l’approche de Le Boterf.
    Les données révèlent que les élèves du Burkina Faso utilisent l’ordinateur selon une logique transmissive en le considérant comme un répétiteur suppléant de l’enseignant. Par la suite, il n’y a pas de différence significative dans les compétences en résolution de problèmes mathématiques entre les élèves utilisant l’ordinateur et ceux qui ne l’utilisent pas. De même, l’étude révèle que les enseignants présentant des compétences TIC n’ont pas des élèves plus compétents en résolution de problèmes mathématiques que ceux de leurs collègues qui n’ont pas de compétences TIC.

    Mots-clés : résolution de problèmes, compétences, Burkina Faso, enseignement secondaire, mathématiques

    [2011-06-21]

  • Nouvelle parution sous la direction de F. Lacourse , S. Martineau et T. Nault : "Profession enseignante. Démarches et soutien à l’insertion professionnelle"

    Lacourse, F., Martineau, S., Nault, T. (Dir.) (2011). Profession enseignante. Démarches et soutien à l’insertion professionnelle. Anjou : CEC. 191 pages.


    Comment bien se préparer à l’enseignement? Être embauché? Exercer avec plaisir? Des chercheurs et des praticiens, préoccupés par l’insertion professionnelle des enseignantes et des enseignants, proposent dans cet ouvrage une analyse éclairante sur les différents aspects à considérer pour en assurer la réussite.

    Profession enseignante est une référence indispensable pour les enseignants et enseignantes en formation, et ceux nouvellement en exercice. Ils y trouveront un outil d’analyse réflexive sur le devenir enseignant et quantité de ressources pour les accompagner dans cette étape déterminante.

    Cet ouvrage constitue également une source d’informations précieuses pour tous les professionnels oeuvrant dans l’accompagnement du nouveau personnel enseignant.

    [2011-05-24]

  • La revue Éducation et francophonie au congrès de l’ACFAS

    Le 11 mai dernier, lors du Cocktail/lancement du CRIPFE, dans le cadre du 79e congrès de l’ACFAS, a eu lieu le lancement du plus récent numéro d’Éducation et francophonie, « Recherche sur la formation professionnelle en alternance. Repères théoriques et méthodologiques ». La directrice de la revue, Mme Chantal Lainey, a présenté la publication en compagnie de la rédactrice invitée du numéro, Mme Liliane Portelance, professeure à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

    [2011-05-17]

  • "Information et communications - Il existe des logiciels pour toutes les recherches", entrevue avec Thierry Karsenti parue dans Le Devoir du 7 mai 2009 en page G 6-7

    [2011-05-26]

  • Nomination de Simon Collin, chercheur au CRIFPE, lauréat de la médaille académique d’or du Gouverneur Général du Canada.

    M. Collin s’est mérité la mention exceptionnelle pour sa thèse soutenue en octobre 2010. Son projet d’étude, effectué sous la direction de Thierry Karsenti, portait sur : L’interaction en ligne comme soutien à la pratique réflexive des enseignants-stagiaires.

    M. Collin est également professeur en didactique du français langue seconde, au département de didactique des langues de l'Université du Québec à Montréal.

    La médaille lui sera décernée lors de la Collation solennelle des grades de doctorat qui se tiendra le 27 mai prochain.

    [2011-05-04]

  • Invitation au Cocktail/Lancement du CRIFPE dans le cadre du 79e Congrès de l'ACFAS 1 1 m a i 2 0 1 1 1 6 h 3 0 Campus de l'Université de Sherbrooke salle L’Ombre d’Orford du Pavillon multifonctionnel (B5-3002)

    Dans le cadre du 79e congrès de l’ACFAS le Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE) a l’honneur de vous inviter à un cocktail accompagné d’un lancement de livres publiés par les membres du CRIFPE.

    [2011-05-04]

  • Entretien avec Maurice Tardif dans Recherche et Formation, dossier n°65

    Entretien avec Maurice TARDIF « Les influences internationales » par Régis MALET dansa revue “Recherche et Formation” de l’Institut National de la Recherche Pédagogique France vient de publier son dernier numéro intitulé “Former sous influence internationale : circulation, emprunts et transferts”.

    Ce numéro présente un entretien avec Maurice Tardif, professeur au Département d’administration et fondements de l’éducation, sur les « Influences internationales et évolutions de la formation des enseignants dans l'espace francophone».

    L’entretien est disponible en version papier et courte dans la Revue Recherche et Formation, dossier n°65, p. 105-108, tandis que la version longue, que vous trouverez en pièce jointe, est disponible à l’adresse suivante : http://www.inrp.fr/editions/revues/recherche-et-formation

    [2011-04-26]

  • La thèse de Janvier Ngnoulaye intitulée : Étudiants universitaires du Cameroun et les technologies de l'information et de la communication : usages, apprentissages et motivations" est disponible dans Papyrus à l'adresse suivante : http://hdl.handle.net/1866/4924

    Notre thèse porte sur les usages des TIC des étudiants universitaires du Cameroun. Elle se situe dans un contexte de l’enseignement supérieur camerounais en pleine mutation par les TIC. Elle vise donc à mieux comprendre les utilisations des TIC qui influencent l’apprentissage et la motivation académique chez les étudiants universitaires du Cameroun. Pour atteindre cet objectif, quatre principaux axes d’étude sont envisagés : -Les usages des TIC des étudiants universitaires camerounais; -Les perceptions des étudiants sur l’usage des TIC dans leur formation; -L’impact des TIC sur l’apprentissage des étudiants universitaires du Cameroun; -L’impact des TIC sur la motivation académique des étudiants universitaires en apprentissage. La typologie de De Vries (2001) adoptée, qui est bâtie sur plusieurs variables d’apprentissage en lien avec les TIC (lire, faire des exercices, dialogue, jouer, explorer, manipuler, observer, construire et discuter), a facilité l’élaboration d’un portrait des usages des TIC des étudiants universitaires camerounais. Pour vérifier si les TIC ont un lien avec l’acquisition du savoir visée par un cours chez les étudiants camerounais, nous avons eu recours à la taxonomie de Bloom (1956) révisée par Lorin (2001). Cette taxonomie est constituée des verbes d’action qui décrivent des opérations cognitives d’apprentissage et spécifient des activités d’apprentissage liée aux TIC en terme de « capacité à ». Aussi, les résultats de Barrette (2005) sur les effets des TIC sur l’apprentissage (amélioration des résultats académiques, développement des opérations cognitives, amélioration de la motivation et intérêt des étudiants) nous ont servi de balises pour mieux comprendre les influences des TIC sur l’apprentissage des étudiants universitaires. La littérature sur l’impact des TIC sur la motivation académique a révélé que les sentiments d'autodétermination, de compétence et d'affiliation influencent la motivation des étudiants. Ainsi la théorie retenue de l'autodétermination de Deci et Ryan (1985, 1991, 2000) nous permet de mieux cerner le concept de la motivation dans cette étude. Cette recherche se fonde sur une méthodologie de type mixte, comportant plusieurs sources de données collectées (Savoie-Zajc et Karsenti (2000)): entrevues individuelles semi dirigées avec des étudiants (n = 9), observations participantes d’étudiants (n=2), observations participantes de groupes d’étudiants (n = 3), questionnaire (n=120). La thèse suit un mode de présentation par articles, chacun des articles étant en lien avec l’un des objectifs de la recherche. Les résultats obtenus confortent l’hypothèse d’une utilisation des TIC à des fins académiques par des étudiants dans le campus ainsi que dans les cybercafés. Autrement dit, la recherche dresse un portrait des usages des TIC des étudiants universitaires camerounais en mettant en évidence les types d’utilisation multivariés rencontrés. Les résultats font aussi ressortir que les TIC sont des outils didactiques efficaces pour faciliter la compréhension des situations complexes des cours suivis par les étudiants. Cette recherche a donné lieu à l’adaptation de l’échelle de mesure EMITICE, un instrument de mesure de la motivation lors de l'intégration des TIC dans l'enseignement, qui a permis de déterminer les variations de la motivation des étudiants et de mettre en évidence une comparaison de l'évolution du type de leur motivation. Mots-clé : TIC, usage des TIC, perception, apprentissage, motivation, impact des TIC.

    [2011-04-26]

  • Soutenance de thèse de Valèse Mapto Kengne le 26 avril à 14h00 au Pavillon Marie-Victorin, salle B-328 intitulée : "Analyse de leurs trajectoires, représentations sociales de l’école et résilience à travers leurs récits biographiques"

    Candidat Valèse Mapto Kengne

    Grade postulé Ph.D.

    Programme Éducation comparée et fondements de
    l’éducation

    Département Administration et fondements de
    l’éducation
    Sciences de l’éducation

    Sujet Les filles sur le chemin de l’enseignement supérieur
    en Afrique Subsaharienne : Analyse de leurs
    trajectoires, représentations sociales de l’école et
    résilience à travers leurs récits biographiques.

    Jury Président-rapporteur Dembélé, Martial

    Directeur de recherche Lessard, Claude

    Co-directeur Lamontagne, Jacques

    Membre du jury Solar, Claudie Jeanne

    Examinatrice externe Thésée, Gina
    Professeure
    UQAM
    Département d’éducation
    et pédagogie
    Représentant du Doyen de
    la Faculté Bowen, François
    Professeur titulaire
    Fac. Sc. Éduc. – Psychoped.
    Andragogie


    Date MARDI 26 avril 2011

    Heure 14h00

    Endroit Pavillon Marie-Victorin
    Salon de la recherche
    Local : B-328

    [2011-04-21]

  • Soutenance de thèse d'Abdoul Diallo intitulée : "LES TIC A L’ECOLE ELEMENTAIRE : ETUDE DU PROCESSUS DE CONSTRUCTION DES USAGES PEDAGOGIQUES DES TIC CHEZ DES INSTITUTEURS SENEGALAIS", le 7 avril 2011 à 10h00 à la salle B-328

    Le choix du Sénégal de faire des TIC un des leviers stratégiques de rénovation de l’école soulève des questions dont la nécessité de voir comment les enseignants se les approprient afin que l’école en tire les avantages attendus. Pour mieux comprendre comment et pourquoi se construisent les usages pédagogiques des TIC, la présente recherche vise à décrire et à analyser le processus et les facteurs d’intégration des TIC dans les pratiques d’enseignement des instituteurs sénégalais. La difficulté à retracer le processus a conduit à nous appuyer sur un modèle descripteur des processus d’intégration pédagogique des TIC inspiré de Sandholtz, Ringstaff et Dwyer (1997), de Karsenti, Savoie-Zajc et Larose (2001) et de Poellhuber et Boulanger (2001). Six instituteurs de l’Inspection d’Académie de Dakar qui développent depuis quatre ans au moins des TIC en classe ont été sélectionnés pour une étude multi-cas. Six entrevues individuelles semi-dirigées ont été réalisées complétées par un questionnaire, l’observation des pratiques d’intégration des TIC et une analyse documentaire. Les résultats du traitement des données recueillies sont présentés en trois articles abordant chacun un des volets de l’objectif de la recherche.
    Il ressort des résultats que les usages des TIC des six participants sont portés par des profils et des contextes d’usages particulièrement favorables à des pratiques d’information, de communication et de préparation de la classe à la maison et à des activités de recherche et de documentation, d’édition et de publication et d’apprentissages disciplinaires ou thématiques en classe avec les élèves. Par ailleurs, les analyses comparatives montrent que les formations (initiales et en cours d’emploi) qu’ils ont suivies ne les ayant pas suffisamment préparés à intégrer les TIC dans leurs pratiques d’enseignement, c’est dans le cadre des équipes pédagogiques portant leurs projets d’établissement d’intégration pédagogique des TIC et par des stratégies individuelles d’autoformation et d’organisation, collectives et coopératives de co-formation qu’ils ont construit leurs usages et surmonté les difficultés du parcours. Ce processus est porté par divers facteurs contextuels, institutionnels et sociaux particulièrement favorables. En plus, Ils partagent des dispositions d’esprit, des croyances et des postures épistémiques et psychosociales qui les poussent à toujours aller plus loin dans leurs pratiques d’intégration des TIC En permettant de mieux comprendre le processus menant un instituteur des usages personnels des TIC à leurs usages professionnels et pédagogiques et comment les facteurs d’influence jouent sur les processus de cooptation et d’appropriation par lesquels il les construit, la présente recherche fournit des modèles de tracés et d’étapes d’intégration des TIC susceptibles d’être partagés et intégrés dans les référentiels de formation des enseignants à l’intégration pédagogique des TIC. Elle permet également de mieux dessiner les contours des contextes d’usages à développer et de définir les axes et les leviers pédagogiques et psychosociaux que des formateurs peuvent utiliser afin d’amener des enseignants en situation de construction des usages pédagogiques des TIC à développer les comportements et les attitudes favorables à l’intégration des TIC dans leurs pratiques d’enseignement.
    Mots-clés: École élémentaire, pratique d’enseignement, intégration pédagogique des TIC, facteur d’intégration des TIC, usage des TIC.

    [2011-04-05]

  • Entrevue avec Thierry Karsenti parue dans le Soleil du 23 février 2011, page 10 intitulé: "Des ordinateurs portables contre le décrochage"

    Daphnée Dion-Viens
    Le Soleil

    (Québec) En Estrie, le taux de décrochage de la commission scolaire Eastern Townships a chuté de façon spectaculaire, passant de 39 % à 23 % en quatre ans seulement. La recette du succès : l'ordinateur portable en classe.

    C'est du moins ce qu'en conclut le chercheur Thierry Karsenti, à la lumière des résultats préliminaires de l'enquête qu'il a réalisée sur le sujet. «C'est vraiment un des facteurs qui permettent d'expliquer la baisse spectaculaire du taux de décrochage. Les avantages sont immenses», affirme le titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies de l'information en éducation à l'Université de Montréal.

    Il y a huit ans, la commission scolaire Eastern Townships a été la première au Canada à doter tous ses élèves d'ordinateurs portables. Environ 5600 jeunes de la troisième année du primaire à la cinquième secondaire les utilisent. Quelque 2432 élèves et 272 enseignants ont participé à l'étude de M. Karsenti, qui s'est déroulée à partir d'avril 2010.

    Cette enquête a permis d'identifier une douzaine d'avantages à l'utilisation de portables en classe. En plus d'accroître la motivation, le développement de l'autonomie et les compétences informatiques des élèves, l'ordinateur permet aussi de faciliter le travail des enseignants et d'améliorer l'interaction entre les parents, les élèves et les enseignants.

    Plusieurs conditions

    Le portable n'a toutefois rien de «magique», nuance M. Karsenti. «Ce n'est pas la machine toute seule qui fait ça.» Plusieurs conditions doivent être réunies pour que la recette fonctionne, indique-t-il.

    Dans cette commission scolaire, la très grande majorité des enseignants sont favorables à l'utilisation des portables en classe. Mais il y a plus : selon l'évaluation de M. Karsenti, «dans ces écoles, 95 % des enseignants semblent être des champions de l'utilisation des nouvelles technologies», ce qui est beaucoup plus que ce qu'on retrouve dans les autres commissions scolaires. Parallèlement à l'achat d'ordinateurs, la commission scolaire a d'ailleurs mis en place un programme de formation pour les enseignants. Les deux ingrédients-clés de la recette miracle reposent sur le travail des profs et le potentiel de la machine, avance M. Karsenti.

    L'autorégulation

    Le chercheur reconnaît qu'il y aura toujours des élèves qui en profiteront pour mettre à jour leur profil Facebook pendant leur cours de français, mais il s'agit d'une minorité, avance-t-il. «Lorsqu'on parle à des élèves, ils nous disent qu'ils sont capables de s'autoréguler. Ils ont acquis une maturité liée à l'usage des technologies à l'école que d'autres enfants n'ont pas», affirme-t-il.

    Mais une telle mesure a évidemment un coût. La commission scolaire y a investi 15 millions $, sans l'aide financière du ministère de l'Éducation. M. Karsenti estime toutefois que le jeu en vaut la chandelle.

    «On a dépensé au Québec des millions de dollars pour lutter contre le décrochage scolaire, mais dans certaines écoles, il y a des programmes pour le décrochage que les élèves ne connaissent même pas, dit-il. Mettez un ordinateur entre les mains d'un élève et il se passe tout de suite quelque chose. Cette commission scolaire prépare mieux les enfants à la société de demain.»

    [2011-02-23]

  • Thèse de Vicky Roy défendue avec succès, intitulée "Représentations sociales d’enseignantes et d’enseignants du collégial au regard de la médiation pédagogique et du processus de médiatisation lors du recours aux TIC en formation mixte et distante"

    La thèse a été réalisée sous la direction de François Larose et la codirection d’un professeur chercheur associé au Centre, Daniel Peraya de l’Université de Genève.

    [2011-02-21]

  • Conférence de presse de Thierry Karsenti le 9 février 2011 sur l'impact de l'utilisation du portable en classe pour contrer le décrochage scolaire

    Le 9 février 2011 s'est tenue une conférence de presse donnée par Thierry Karsenti sur l'impact de l'utilisation du portable en classe pour contrer le décrochage et favoriser la réussite scolaire.

    [2011-02-15]

  • Livre du mois des Cahiers pédagogiques : "La division du travail éducatif " de Maurice Tardif et Louis Levasseur

    • Les livres du mois
    La division du travail éducatif
    Maurice Tardif et Louis Levasseur, PUF, 2010, 192 p.
    mercredi, 2 février 2011



    Chacun le constate confusément, la pédagogie traditionnelle achoppe devant l’invention de ses formes démocratiques. La « forme scolaire », comme on la nomme souvent, règne partout avec des réussites contrastées. Si elle passe bien dans les milieux favorisés, elle est impuissante devant une masse d’élèves qui rejettent l’école ou que l’école rejette.
    C’est la raison pour laquelle, depuis une trentaine d’années, l’institution suscite des dispositifs complémentaires sensés compenser les difficultés de la scolarisation dans les milieux défavorisés. Or sans que l’on s’en soit aperçu, ces dispositifs parallèles modifient radicalement le paysage de l’enseignement. Ils interrogent nos pratiques scolaires et les finalités mêmes que nous poursuivons. Comme le montrent deux chercheurs canadiens, Maurice Tardif et Louis Levasseur, à propos des États-Unis et du Canada, mais aussi ailleurs en Europe et notamment en France, ces « aménagements » transforment profondément « la division du travail éducatif ».
    Cette recherche se penche sur l’essor de différents groupes d’agents qui, depuis trente ans, se sont approprié une partie du travail enseignant au risque de voir le territoire de l’enseignant redéfini. Avec l’extension du secondaire, de nouveaux agents sont chargés de répondre aux problèmes de l’hétérogénéité. D’abord professionnels spécialisés (conseiller d’orientation, directeur adjoint, psychologue, bibliothécaire, orthophonistes, animateur de la vie éducative), ces personnels non enseignants sont rejoints par ce que Tardif et Levasseur appellent des « techniciens de services éducatifs » qui n’ont pas de statut universitaire reconnu, mais déchargent les enseignants des aspects les plus pénibles de leur travail.
    Ces agents techniques sont de plus en plus nombreux. Mais au-delà de leur nombre, ce qui frappe est le paradoxe de leur faible qualification et leur hyper polyvalence. Évoluant dans une école qui change, face à des élèves difficiles, ils peuvent tout faire. Confinés dans l’espace parascolaire, ils informent, guident, recadrent le comportement des élèves, renforcent le lien à l’école, aident aux devoirs à la maison, etc. Ils compensent en grande partie, les carences parentales et les insuffisances pédagogiques qui se traduisent par les situations délicates, les incidents dans la classe, les élèves en difficulté, les conflits multiculturels, les insolences, etc.
    L’enquête de Tardif et Levasseur montre comment ce phénomène transforme « la forme scolaire ». La montée en puissance des agents non enseignants met en évidence la dualisation du métier d’enseignant et la nécessité de compétences transversales pour prendre en charge une part de la socialisation. Enseigner c’est aussi travailler sur les valeurs, la citoyenneté, le civisme, bref, faire autre chose que le programme, être capable de jouer d’autres rôles  : coordonner des équipes, piloter des innovations, relever le défi de l’éducation.
    La multiplication des agents non enseignants fait exploser le modèle traditionnel de l’enseignant en mettant en tension deux styles de pratiques, voire deux objectifs contradictoires  : la mission d’instruction d’une part, celle de la socialisation d’autre part. Les auteurs analysent les fonctions, les méthodes et les conséquences de cette sous-traitance éducative. Installés dans les interstices de l’organisation, sans formation, avec des statuts précaires, des rémunérations minimales, déconsidérés, ces techniciens « envahissent » l’école pour répondre aux difficultés d’intégration scolaire, sociale et personnelle des élèves. Sur le terreau de la misère sociale dans l’école démocratique, ils sont là pour rapiécer le lien scolaire, reconstruire la règle, relancer le jeu de la scolarité. On ne s’étonnera donc pas qu’ils travaillent au plus près des élèves, dans la proximité en s’appuyant d’abord sur le relationnel. Là où l’élève en résistance refuse le cadre scolaire, il ne s’agit pas d’en rajouter dans le conflit et la coercition. Il faut au contraire se situer dans l’écoute, la bienveillance, le développement de capacités sociales.
    Cette nouvelle division du travail éducatif montre l’apparition d’un nouveau paradigme communicationnel qui vient se substituer au modèle durkheimien basé sur la discipline et l’autorité. Aux limites du territoire de l’enseignant, dans des zones d’indétermination, dans l’ombre de l’informel, dans l’incertitude, dans l’isolement, dans l’urgence, tâchant d’éviter la surenchère et l’exacerbation du conflit, ces nouveaux venus dans le paysage pédagogique sont le signe d’une crise de la socialisation scolaire que nous ne voulons pas voir. Une véritable révolution de la forme scolaire. Comment en effet donner accès aux compétences communicationnelles, comment prendre en compte la personnalité de l’élève, comment guider l’autonomie  ? Toutes ces interrogations issues de cette recherche renvoient à la question radicale du sujet  : enseigner, oui, mais à qui  ? La forme scolaire n’est-elle pas, de fait, définitivement dépassée  ?

    Christian Vitali




    Questions à Maurice Tardif

    Se dessine aujourd’hui la nécessité d’assurer des fonctions de socialisation autant que pédagogiques. Pensez-vous que ces fonctions actuellement non qualifiées puissent se professionnaliser  ?

    Dans la plupart des pays où l’on constate une croissance importante du personnel technique qui assure des fonctions non qualifiées, on observe divers efforts pour structurer ce champ de travail et définir le statut de ses agents. Historiquement, les agents techniques sont apparus dans les années 1960 comme une main-d’œuvre sans formation universitaire ou tertiaire, et à statut précaire  : à forfait, à durée déterminée, etc. Or, leur nombre croissant ainsi que leur responsabilité, ces agents ont créé des associations et syndicats pour défendre leurs droits. Dans les décennies 1980 et 1990, ils ont réussi, du moins pour une partie d’entre eux, à pérenniser et formaliser leur fonction au sein des systèmes scolaires. Cependant, nous sommes encore très loin d’une professionnalisation, notamment parce que ces agents sont considérés selon la terminologie américaine comme des paraprofessionnels  : ils sont composés majoritairement de femmes, ils sont moins instruits que les professionnels et les enseignants, ils coutent moins cher et leur tâche est beaucoup plus flexible, tandis que leur statut et pouvoir restent faibles dans les établissements scolaires.
    Dans notre recherche, nous avons justement essayé de montrer que ce qu’on appelle la professionnalisation de l’enseignement et de certains autres agents scolaires se double, depuis trente ans, d’une véritable déqualification voire d’une prolétarisation d’une partie du personnel scolaire. À notre avis, il faut donc cesser de mythifier la professionnalisation des enseignants et regarder vraiment ce qui se passe sur le terrain du travail scolaire et de son organisation. Trop d’universitaires et de chercheurs nous rebattent les oreilles depuis trop longtemps avec « l’enseignant professionnel »  : or, ce que notre livre montre, c’est que cet « enseignant professionnel » ne peut exister qu’à condition de diviser le travail éducatif et de déléguer à d’autres le sale boulot.

    Pensez-vous que les enseignants devront à terme intégrer cette fonction de socialisation dans leur métier, ou va-t-on au contraire séparer de plus en plus métier d’enseignant et « nouveaux métiers »  ?

    Ces deux tendances sont partout à l’œuvre. Par exemple, au Canada, aux États-Unis ou en France, les enseignants des écoles publiques situées dans des régions et quartiers difficiles assument déjà depuis longtemps une fonction de socialisation. En réalité, ils ne peuvent pas enseigner, c’est-à-dire faire leur boulot, sans prendre en charge une relation d’aide avec leurs élèves, relation qui outrepasse bien souvent leur mission d’instruction. Cependant, ces enseignants finissent aussi par être débordés par cette prise en charge relationnelle et réclament du soutien soit de professionnels, soit d’agents techniques. De manière générale, à peu près dans tous les pays, les enseignants sont soumis à une injonction contradictoire  : assurer la réussite des apprentissages scolaires en mettant l’accent sur la maitrise des savoirs formels par les élèves, tout en assumant une fonction de socialisation auprès des élèves en difficulté, quelle que soit la nature de cette difficulté (intellectuelle, émotionnelle, culturelle, comportementale, familiale, etc). Dans certains pays, on constate que cette injonction conduit à une dualisation du réseau scolaire  : des enseignants travaillent dans de bonnes écoles publiques ou privées et se limitent à l’apprentissage des savoirs formels, tandis que d’autres enseignants œuvrant dans des établissements difficiles assument des fonctions d’instruction et d’éducation, tout en demandant du soutien auprès de « nouveaux métiers ».

    Cette situation que vous décrivez découle de l’éducation néolibérale. Jusqu’où peut-elle aller  ?

    Cette éducation ira aussi loin qu’on lui permettra d’aller  ! Il en va de même dans toutes les sphères d’activité où s’applique aujourd’hui la logique néolibérale  : de l’exploitation des ressources terrestres jusqu’à la marchandisation systématique de la culture, en passant par l’exploitation du travail humain sous toutes ces formes. Notre livre se veut une invitation à résister à cette logique. Il dit  : cessons de créer des mythes avec l’enseignant professionnel, le pédagogue expert, le praticien réflexif, allons voir ce qui est train de se passer sur le terrain scolaire.

    [2011-02-07]

  • Article de Stéphane Martineau paru dans le Nouvelliste, édition du 13 janvier 2011, p.21

    "Contrer le décrochage des jeunes enseignants grâce à des programmes d'insertion professionnelle"

    [2011-01-19]

  • Lancement du site Internet EDUCQ: des données universitaires accessibles à tous

    Le 22 novembre dernier, la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) a annoncé la mise en ligne d'un nouveau site Internet où peuvent être consultées des données fiables et comparables sur les établissements universitaires du Québec.

    Le site EDUCQ, acronyme de «Ensemble de données universitaires communes – Québec», présente des données décrivant les grandes étapes de la formation universitaire ainsi que de l'information fréquemment demandée, notamment sur les professeurs, la recherche et les finances des universités.

    Au Québec, les systèmes d'information universitaires sont très bien conçus, mais les accès à chacun d'entre eux comportent des exigences particulières rendant ainsi le repérage difficile pour un usager occasionnel. «Ce projet s'inscrit dans notre volonté de rendre publics des renseignements et des statistiques portant sur les activités universitaires. En fait, le site devrait permettre de répondre à un grand nombre de questions que peuvent se poser les étudiants, leurs familles, les médias et le grand public», a déclaré le président du conseil d'administration de la CREPUQ, Denis Brière, recteur de l'Université Laval.

    [2010-12-15]

  • Soutenance de thèse de Marie-Pierrette Pono Ntyonga intitulée : Contribution à l’étude de la construction des concepts scientifiques au cours de l’apprentissage par problème en médecine

    Grade postulé: Ph.D.

    Programme Sciences de l’éducation -
    Psychopédagogie

    Département/Faculté/École Psychopédagogie et andragogie
    Sciences de l’éducation

    Sujet Contribution à l’étude de la construction des
    concepts scientifiques au cours de l’apprentissage
    par problème en médecine.

    Jury Président-rapporteur Rahm, Jrène

    Directeur de recherche Loiola, Francisco A.

    Membre du jury Millette, Bernard

    Examinateur externe Cunha Barreto,Ivana
    Cristina
    Professeure
    Médecine
    pédiatrique - RIPPAS

    Représentant du Doyen Bowen, François
    de la Faculté Professeur titulaire
    Fac.Sc.Educ. -
    Psychoped.Andragogie

    Date LUNDI 13 décembre 2010

    Heure 12:00

    Endroit B-328
    Pavillon Marie-Victorin

    [2010-12-10]

  • Nouvelle parution: À la hauteur : Résultats canadiens de l’étude PISA de l’OCDE, La performance des jeunes du Canada en lecture, en mathématiques et en sciences, Premiers résultats de 2009 pour les Canadiens de 15 ans

    Qu’est-ce que le PISA 2009?
    Soixante-cinq pays et économies, dont les 33 pays membres de l’OCDE4, ont participé au PISA 2009. De façon générale, entre 5 000 et 10 000 élèves âgés de 15 ans d’au moins 150 écoles ont été évalués dans chaque pays. Au Canada, quelque 23 000 élèves de 15 ans sélectionnés dans un millier d’écoles des dix provinces ont pris part au programme.

    Un vaste échantillon canadien était requis afin de produire des estimations fiables relatives à chaque province ainsi qu’aux systèmes scolaires anglophone et francophone de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau- Brunswick, du Québec, de l’Ontario, du Manitoba, de l’Alberta et de la Colombie-Britannique. Il convient de souligner que le PISA a été administré en anglais ou en français, selon le système scolaire.


    L’évaluation du PISA 2009 a été menée dans les écoles, durant les heures normales de cours, en avril et en mai 2009. Cette évaluation a pris la forme d’un test papier-crayon d’une durée totale de deux heures. Les élèves ont également rempli un questionnaire contextuel de 20 minutes permettant de recueillir des renseignements à leur sujet et sur leur vie à la maison, ainsi qu’un questionnaire de 10 minutes sur la technologie de l’information et des communications, tandis que les directeurs ont rempli un questionnaire de 20 minutes
    portant sur leur école. Le PISA 2009 permettait également la mise en oeuvre d’options nationales. Le Canada a donc choisi d’ajouter comme composante nationale un questionnaire contextuel de 20 minutes à faire remplir par les élèves, afin de recueillir des renseignements plus complets sur l’expérience scolaire des jeunes de 15 ans, leur travail et leurs relations avec autrui.


    Objectifs et organisation du rapport
    Le présent rapport est le premier de deux rapports qui
    présentent les résultats initiaux de l’évaluation du PISA
    2009 pour le Canada et les provinces. Ce rapport fait état des premiers résultats pancanadiens de l’évaluation du PISA 2009 des compétences en lecture, en mathématiques et en sciences. Les données, présentées à l’échelle nationale et provinciale, visent à compléter l’information qui figure dans le rapport international du PISA 20096. Les résultats comparatifs sont donc présentés au niveau international et au niveau des provinces du Canada.


    Le chapitre 1 présente les données sur le rendement en lecture des élèves canadiens de 15 ans à l’évaluation du PISA 2009. Le chapitre 2 présente les résultats du rendement dans les domaines secondaires des mathématiques et des sciences. Enfin, les principales conclusions et possibilités d’études ultérieures sont présentées en conclusion.

    Un deuxième rapport sera diffusé au printemps 2011. Il portera sur la relation entre les caractéristiques de base des élèves, les facteurs liés à l’école et l’engagement des élèves à l’endroit du rendement en lecture

    [2010-12-09]

  • Soutenance de thèse de Sabrina Moisan intitulée : Fondements épistémologiques et représentations sociales d'enseignants d'histoire du secondaire à l'égard de l'enseignement de l'histoire et de la formation citoyenne

    Cette thèse s’intéresse aux fondements épistémologiques et à la vision que des enseignants d’histoire au secondaire entretiennent à l’égard de l’enseignement de l’histoire et de la formation citoyenne. La réflexion s’inscrit dans le contexte de la refonte des programmes d’enseignement de l’histoire qui engage dorénavant les maîtres d’histoire à éduquer à la citoyenneté démocratique. Ce projet éducationnel repose sur le postulat suivant : l’apprentissage de l’histoire, de sa pensée et de sa méthode permet de former des individus capables de réflexion critique autonome et informée.

    Cette vision de l’enseignement de l’histoire implique que les élèves s’exercent à la pensée historienne, à l’analyse des sources et à la construction d’interprétations historiques. Ce faisant, ils développeraient une compréhension du monde fondée sur la maîtrise de concepts et une pensée complexe, ce qui servirait de ce fait la citoyenneté. La recherche a par ailleurs démontré que les maîtres avaient recours à des méthodes pédagogiques plus traditionnelles (Charland, 2003; Martineau, 1997).

    C’est donc à des changements de pratiques qu’appelle le ministère de l’Éducation. Or un tel changement ne se déclare pas « d’en haut ». Les convictions des maîtres sont lentes à se transformer et ce sont elles qui déterminent la formation historienne et citoyenne que recevront les élèves. Nous en avons fait notre objet d’étude pour cette recherche en recourant à la théorie des représentations sociales. Nous avons adopté le modèle du noyau central (Abric, 1994) et celui des principes organisateurs qui permet d’identifier les relations existantes entre plusieurs représentations.

    Nous avons effectué une recherche exploratoire de type qualitative. Des entretiens individuels semi-dirigés d’une durée moyenne de 120 minutes ont été réalisés avec un échantillon comptant 18 enseignants d’histoire au secondaire de Montréal, de Québec et de communautés amérindiennes du Québec. L’outil de cueillette et d’analyse des données s’inspire grandement des développements méthodologiques réalisés par la recherche sur les représentations sociales (évocation hiérarchisée continuée ou limitée, schémas conceptuels) (Abric, 1994; 1997).

    Les résultats permettent d’identifier les fondements épistémologiques et didactiques, le contenu et la structure, de même que les relations existant entre les représentations de l’enseignement de l’histoire et de la formation à la citoyenneté. Ils ont également mis en lumière les convictions idéologiques et pédagogiques des maîtres d’histoire.

    [2010-12-08]

  • Nouvelle parution: Regards sur l'éducation 2010 : Les indicateurs de l'OCDE

    Regards sur l'éducation 2010 : Les indicateurs de l'OCDE

    Dans tous les pays de l’OCDE, les gouvernements cherchent à accroître l’efficacité de leur système éducatif tout en s’employant à trouver les ressources supplémentaires pour faire face à la demande grandissante de formation.

    Conçue pour permettre aux pays d’évaluer la performance de leur système d’enseignement à la lumière de celle d’autres pays, l’édition 2010 de Regards sur l’éducation : Les indicateurs de l’OCDE présente une imposante batterie d’indicateurs actualisés et comparables sur les résultats des systèmes éducatifs. Ces indicateurs sont le fruit d’une concertation entre spécialistes sur la façon de mesurer l’état actuel de l’éducation à l’échelle internationale.

    Les indicateurs montrent qui participe aux activités éducatives, quelles dépenses leur sont affectées, comment les systèmes éducatifs fonctionnent et quels sont les résultats obtenus. Les indicateurs de résultats portent sur des aspects très variés, allant de la comparaison des performances des élèves dans des disciplines fondamentales jusqu’à l’analyse de l’impact de la formation sur les revenus et sur les possibilités d’emploi à l’âge adulte.

    Les feuilles de calcul ExcelTM qui ont servi à créer les graphiques dans cette édition sont également accessibles en ligne via les StatLinks fournis.

    Nouveau

    * des indicateurs sur le droit au libre choix des établissements scolaires et l’influence des parents sur les structures d’éducation de leur(s) enfant(s) ;
    * un indicateur ciblant l’impact économique à long terme d’une amélioration des résultats d’apprentissage ;
    * un indicateur comparant les coûts de main-d’œuvre des pays de l’OCDE selon le niveau de formation ;
    * un examen de l’évolution des niveaux de formation ;
    * des données récentes sur les ressources humaines et financières investies dans l’éducation ;
    * un indicateur comparant les salaires des enseignants à ceux des actifs diplômés de l’enseignement tertiaire ; et
    * une étude de la participation des adultes aux activités de formation.

    [2010-12-07]

  • Atelier sur le cadre de compétences en TIC pour les enseignants lundi 6 décembre 2010

    Atelier sur le cadre de compétences en TIC pour les enseignants
    lundi 6 décembre 2010


    L’atelier sur le volet “Intensification du savoir” des compétences en TIC des enseignants s’est déroulé cette semaine au Siège de l’UNESCO à Paris. Il a réuni des experts internationaux des TIC dans l’éducation pour mettre au point le programme et les critères d’évaluation pour le projet de l’UNESCO de cadre de compétences en TIC pour les enseignants.


    Aujourd’hui, les enseignants doivent être formés pour offrir à leurs élèves des méthodes d’apprentissage basées sur les nouvelles technologies. Le cadre de compétences en TIC pour les enseignants de l’UNESCO constitue un pas important dans ce sens. Les principaux objectifs du projet sont les suivants :

    constituer un socle commun, définissant un ensemble de compétences en matière de TIC pour les enseignants, qui pourra servir de référence pour préparer des ressources de formation ;
    proposer un socle fondamental de qualifications permettant aux enseignants d’intégrer les TIC dans leur pratique ;
    étendre le perfectionnement professionnel des enseignants afin de développer les compétences pédagogiques, la collaboration et les pratiques innovantes à l’aide des TIC ;
    harmoniser les différentes approches et le vocabulaire concernant l’utilisation des TIC dans la formation des enseignants.


    L’atelier a réuni pendant cinq jours des experts internationaux pour approfondir le développement des modules TIC de la Phase I, en définissant un programme plus précis et des critères d’évaluation. L’ouverture de la réunion était présidée par le sous-directeur général de l’UNESCO pour la communication et l’information, Jānis Kārkliņš, et le sous-directeur général pour l’éducation, Qian Tang, qui a déclaré : “Ce programme est très important pour l’UNESCO, car les enseignants font partie de nos priorités et sont l’élément clé pour atteindre les objectifs de l’Education pour tous (EPT). Les compétences en TIC des enseignants sont une composante fondamentale de l’enseignement et de la formation au XXIe siècle.”


    Les débats se sont nourris des différentes expériences des experts internationaux, issus de divers horizons et de pays de toutes les régions du monde ayant différents niveaux de développement économique et technologique.


    Jānis Kārkliņš a rappelé que “le cadre de compétences en TIC est déjà un document de référence à l’échelle internationale ; le travail des experts internationaux va garantir qu’il continue à être une précieuse ressource pour les Etats membres”. Le programme fera l’objet d’un examen en ligne par environ 150 experts internationaux, ainsi que d’une réunion d’examen financée par l’UNESCO.


    Le projet de cadre de compétences en TIC pour les enseignants a été entrepris en partenariat avec Cisco, Intel, ISTE et Microsoft. La Phase I a abouti à la définition d’un cadre d’orientation, d’un module de compétences et d’un guide de mise en œuvre, proposant des approches pour la définition des programmes dans trois grands domaines : l’alphabétisation technologique, l’intensification du savoir et la création du savoir. La Phase II, qui a démarré en avril 2010, a pour objet de mettre au point de nouvelles versions des programmes, en commençant par le volet d’alphabétisation technologique. La Phase II se poursuit aujourd’hui avec le volet d’intensification du savoir. Le dernier atelier, prévu au printemps 2011, approfondira le volet de création du savoir, afin de proposer un cadre de référence international complet pour la formation des enseignants.


    Les trois brochures préparées dans le cadre de la Phase I du projet sont disponibles en ligne :

    Policy Framework
    Competency Standards Modules
    Implementation Guidelines


    Source : Unesco

    [2010-12-07]

  • Soutenance de thèse de Janvier Ngnoulaye intitulée : Etudiants universitaires du Cameroun et les technologies de l’information et de la communication : usages, apprentissages et motivations

    Notre thèse porte sur les usages des TIC des étudiants universitaires du Cameroun. Elle se situe dans un contexte de l’enseignement supérieur camerounais en pleine mutation
    par les TIC. Elle vise donc à mieux comprendre les utilisations des TIC qui influencent l’apprentissage et la motivation académique chez les étudiants universitaires du Cameroun. Pour atteindre cet objectif, quatre principaux axes d’étude sont envisagés : -Les usages des TIC des étudiants universitaires camerounais; -Les perceptions des étudiants sur l’usage des TIC dans leur formation; -L’impact des TIC sur l’apprentissage des étudiants universitaires du Cameroun; -L’impact des TIC sur la motivation académique des étudiants universitaires en apprentissage.


    La typologie de De Vries (2001) adoptée, qui est bâtie sur plusieurs variables d’apprentissage en lien avec les TIC (lire, faire des exercices, dialogue, jouer, explorer, manipuler, observer, construire et discuter), a facilité l’élaboration d’un portrait des usages des TIC des étudiants universitaires camerounais. Pour vérifier si les TIC ont un lien avec l’acquisition du savoir visée par un cours chez les étudiants camerounais, nous avons eu recours à la taxonomie de Bloom (1956) révisée par Lorin (2001). Cette taxonomie est
    constituée des verbes d’action qui décrivent des opérations cognitives d’apprentissage et spécifient des activités d’apprentissage liée aux TIC en terme de « capacité à ». Aussi, les résultats de Barrette (2005) sur les effets des TIC sur l’apprentissage (amélioration des résultats académiques, développement des opérations cognitives, amélioration de la motivation et intérêt des étudiants) nous ont servi de balises pour mieux comprendre les influences des TIC sur l’apprentissage des étudiants universitaires. La littérature sur l’impact des TIC sur la motivation académique a révélé que les sentiments d'autodétermination, de compétence et d'affiliation influencent la motivation des étudiants. Ainsi la théorie retenue de l'autodétermination de Deci et Ryan (1985, 1991, 2000) nous permet de mieux cerner le
    concept de la motivation dans cette étude.


    Cette recherche se fonde sur une méthodologie de type mixte, comportant plusieurs sources de données collectées (Savoie-Zajc et Karsenti (2000)): entrevues individuelles semi
    dirigées avec des étudiants (n = 9), observations participantes d’étudiants (n=2), observations participantes de groupes d’étudiants (n = 3), questionnaire (n=120). La thèse suit un mode de présentation par articles, chacun des articles étant en lien avec l’un des objectifs de la
    recherche.


    Les résultats obtenus confortent l’hypothèse d’une utilisation des TIC à des fins académiques par des étudiants dans le campus ainsi que dans les cybercafés. Autrement dit, la recherche dresse un portrait des usages des TIC des étudiants universitaires camerounais en mettant en évidence les types d’utilisation multivariés rencontrés. Les résultats font aussi ressortir que les TIC sont des outils didactiques efficaces pour faciliter la compréhension des situations complexes des cours suivis par les étudiants. Cette recherche a donné lieu à l’adaptation de l’échelle de mesure EMITICE, un instrument de mesure de la motivation lors de l'intégration des TIC dans l'enseignement, qui a permis de déterminer les variations de la motivation des étudiants et de mettre en évidence une comparaison de l'évolution du type de leur motivation.


    Mots-clé : TIC, usage des TIC, perception, apprentissage, motivation, impact des TIC.

    [2010-12-02]

  • Résumé de la thèse acceptée de Philippe Chaubet intitulée : La réflexion, processus déclenché et constructeur Cas d’enseignants de FLS en formation ou en exercice et d’aspirants coopérants internationaux

    Depuis les années 1990, les formations à visée professionnelle adoptent peu à peu le paradigme du praticien réflexif. C’est le cas de formations à l’enseignement.
    Ainsi, au Québec, le référentiel de compétences proposé par le ministère de l’Éducation introduit l’idée que tout futur enseignant doit apprendre à « réfléchir sur sa pratique » (MEQ, 2001). En dépit de nombreuses études sur la réflexion menées partout sur le globe, le concept reste flou et polysémique. Sur le plan de l’intervention éducative, cela questionne la capacité des dispositifs pédagogiques mis
    en place à « faire réfléchir ». Des chercheurs contemporains de pratique réflexive, dans la mouvance éducative, humaniste et pragmatique de Dewey (1933), aboutissent toutefois à des conceptions convergentes de l’apprentissage par réflexion sur
    l’expérience (Osterman et Kottkamp, 2004; Brouwer et Korthagen, 2005; Loughran, 2006; Brockbank et McGill, 2007; Donnay et Charlier, 2008, entre autres). De leurs points communs est synthétisée une définition de la réflexion qui peut aider à clarifier son rôle dans une formation. Par delà le défi méthodologique de « saisir » des événements réflexifs pour pouvoir les étudier, la recherche se donne comme
    objectif d’élucider comment des formations universitaires contribuent à développer des mécanismes de réflexion favorables à un autorenouvellement professionnel à long terme.



    La démarche est qualitative, l’approche interprétative-compréhensive. Des entrevues semi-structurées collectives puis individuelles ont permis de recueillir des données auprès de trois échantillons : 14 finissants en enseignement du français langue seconde (FLS), 6 en coopération internationale, à l’Université de Montréal, ainsi que 5 enseignants de FLS expérimentés qui venaient de finir un projet de refonte de leurs plans de cours dans une université québécoise. Le traitement des données, effectué en un mouvement déductif-inductif, a permis d’isoler un corpus
    d’« occurrences de réflexion » dont ont émergé les significations que les acteurs donnaient à leur expérience d’apprentissage ou de travail.




    Les résultats sont présentés sous forme de trois articles. Le premier décrit la méthodologie construite pour repérer des occurrences de réflexion. Le second met au jour deux grandes caractéristiques de dispositifs qui, croisées à des conditions
    précises et appréciées, la stimulent particulièrement: 1) l’agir en situation de travail authentique (travail ou stages) ou vraisemblable (situations-problèmes à résoudre); 2)
    la confrontation interactive à l’altérité (les pairs et la clientèle). Le troisième article se penche sur les changements de perspective que la réflexion provoque chez l’acteur et qui l’amènent à intégrer et construire des représentations plus riches, nuancées et critiques de la profession, l’Autre et soi-même. L’étude documente aussi les effets de ces reconceptualisations sur l’acteur et l’action. Elle produit également des typologies des préoccupations des (futurs) professionnels et des objets réfléchis.



    Des pistes de recherche et d’application sont dégagées pour
    la formation à l’enseignement ou d’autres formations
    professionnalisantes, mais aussi pour le développement
    professionnel en milieu de travail.



    Mots clés: réflexion,réflexivité,pratique réflexive,réflexion
    sur la pratique, enseignement, enseignant, professionnel,
    apprentissage,

    [2010-11-19]

  • Entrevue avec Maurice Tardif et Louis Levasseur sur le site Café pédagogique ayant trait à leur dernier livre "La division du travail éducatif"

    Maurice Tardif : Résister à l'école à deux vitesses

    La personnalisation de l'enseignement, la montée des aides de toutes sortes sont-elles en train de créer une école à deux vitesses ? Pour Maurice Tardif et Louis Levasseur " une partie des élèves (près du tiers en fait) est de plus en plus encadrée par du personnel technique. En ce sens, on peut soutenir que les populations défavorisées le sont doublement : par leur origine et par le traitement scolaire qu’elles reçoivent". A l'appui de leur thèse, notamment, une étude sur les Teaching Assistants anglais, ces aides recrutés pour assister les enseignants dans le suivi des élèves en difficulté. Elle a montré que leur arrivée aurait amélioré le climat scolaire mais aussi élargi l'écart entre les élèves. Les enseignants leur aurait délégué l'encadrement des élèves faibles alors qu'ils sont moins bien formés pour enseigner.

    Pour M Tardif et L Levasseur s'instaurerait " l’instauration d’une école à deux vitesses" y compris à l'intérieur de l'école publique. "Comment faire en sorte que la différenciation (des établissements, des pédagogies, des personnels, etc.) n’engendre pas de l’inégalité?", interroge Maurice Tardif. "Nous ne le savons pas. Cependant, ce que nous savons, c’est que les évolutions scolaires actuelles ne vont pas vers davantage d’égalité : il faut donc leur résister."

    [2010-11-16]

  • Soutenance de thèse de Philippe Chaubet intitulée : La réflexion, processus déclenché et constructeur : cas d’enseignants de FLS en formation ou en exercice et d’aspirants coopérants internationaux

    Le CRIFPE vous invite à la soutenance de thèse de :

    Philippe Chaubet, Département de psychopédagogie et
    andragogie,
    Faculté des sciences de l’éducation.


    Sujet : La réflexion, processus déclenché et constructeur : cas d’enseignants de FLS en formation ou en exercice et d’aspirants coopérants internationaux.


    Le Jeudi 4 novembre 2010, 11h
    Université de Montréal, Pavillon Marie Victorin, salle B-328.


    Jury
    Présidente-rapporteure :
    Annie Malo
    Directrice de recherche: Colette Gervais
    Membre du jury: Claude Lessard
    Examinateur externe: Jean Donnay,
    Professeur émérite, Facultés universitaires Nd De La Paix de Namur

    Représentant du doyen de la Faculté: Daniel Daigle

    [2010-11-01]

  • Soutenance de thèse de Simon Collin intitulée : L'interaction en ligne comme soutien à la pratique réflexive des enseignants-stagiaires

    Parce qu’elle est intimement liée à l’action professionnelle (Schön, 1983), la pratique réflexive est souvent associée aux stages d’enseignement qui ponctuent la formation initiale des maîtres. Parmi les dispositifs de soutien à la pratique réflexive en stage d’enseignement, l’interaction en ligne semble particulièrement pertinente dans la mesure où : (1) elle permet de répondre à la dispersion géographique des enseignants-stagiaires (Karsenti, Lepage et Gervais, 2002) ; (2) elle couvre un potentiel sociocognitif (Depover, Karsenti et Komis, 2007) susceptible d’être mis au profit du développement de la pratique réflexive. Pourtant le rapport entre l’interaction en ligne et la pratique réflexive, bien qu’il semble positivement perçu lorsqu’il est évoqué (Barnett, 2002 ; Zhao et Rop, 2001), reste toutefois peu abordé dans la littérature scientifique et peu problématisé au niveau théorique. Or ce rapport pose question dans la mesure où la pratique réflexive réfère à un processus intra-personnel alors que l’interaction en ligne est inter-personnelle par définition. Ce paradoxe apparent est à l’origine de la présente recherche, dont l’objectif général consiste à mieux comprendre le rapport entre la pratique réflexive et l’interaction en ligne en stage d’enseignement. En vue de répondre à cet objectif, nous présentons le cadre conceptuel de la pratique réflexive interactionnelle, lequel a été élaboré par un arrimage de la théorique de la médiation sémiotique (Vygotsky, 1962) à la pratique réflexive (Schön, 1983). La méthodologie mixte à dominante qualitative pour laquelle nous avons opté a inclus la participation de trois groupes d’enseignants-stagiaires de quatrième année en enseignement secondaire (N=34) et leurs superviseurs respectifs (N=3).


    Puisqu’il s’agit d’une thèse par articles, les résultats obtenus auprès des trois groupes d’enseignants-stagiaires sont présentés dans trois articles distincts. Le premier d’entre eux s’attache à examiner comment la pratique réflexive se construit dans l’interaction en ligne des enseignants-stagiaires. Les résultats empiriques auxquels il donne lieu indiquent que deux types d’interaction (interaction inter-personnelle et interaction intra-personnelle) semblent intervenir conjointement dans le processus réflexif des enseignants-stagiaires. Dès lors, nous sommes amenés à proposer une bonification du cadre conceptuel de la pratique réflexive interactionnelle en passant d’un mouvement circulaire du processus réflexif à un mouvement binaire. Ayant ainsi précisé le processus réflexif propre à la pratique réflexive interactionnelle, l’article 2 vise à établir les limites de cette dernière et à en déduire les conditions d’efficacité, dans la perspective de son opérationnalisation en contexte de stage d’enseignement. Quatre types de limites sont identifiés (limites académiques, sociales, développementales et interactionnelles). Ils donnent lieu à certaines conditions d’efficacité, ce qui permet de compléter le cadre conceptuel de la pratique réflexive interactionnelle par des considérations liées à son opérationnalisation en stage d’enseignement. Enfin, l’article 3 a pour but de déterminer le rôle de l’interaction en ligne pour la pratique réflexive des enseignants-stagiaires. Il s’agit donc de « confronter » l’interaction en ligne à d’autres soutiens à la pratique réflexive des enseignants-stagiaires, en vue de déterminer sa place. Il en ressort que l’interaction en ligne semble jouer un rôle secondaire mais néanmoins positif, tant pour la pratique réflexive des enseignants-stagiaires que pour d’autres dimensions du stage d’enseignement tels que la dimension sociale ou la dimension psychologique et émotionnelle. Finalement, des recommandations à l’intention du milieu de formation et des pistes de recherches futures sont offertes en conclusion.


    Mots-clés : pratique réflexive, interaction en ligne, stage d’enseignement

    [2010-10-20]

  • Conférence: "Enfant, élève, apprenant" par Bertrand Daunay, Professeur à l’Université de Lille III (Équipe Théodile) Jeudi 19 août 2010 12h30 à 14 h, local 1222 DES Université Laval

    Bertrand Daunay se propose de présenter un projet de recherche envisagé actuellement, sous sa direction, en partenariat avec les équipes de recherche Théodile CIREL (Lille, France), EDA (Paris, France), LIDIFRA (Rouen, France) sur les relations entre l’enfant, l’élève, l’apprenant, dans les recherches comme dans les pratiques sociales. Cette recherche vise à :

    - comprendre les manières dont diverses disciplines de recherche (particulièrement les didactiques) construisent les catégories d’enfant, d’élève, d’apprenant ainsi que leurs relations ;

    - identifier comment des sphères sociales, au sens large, appréhendent, dans leurs discours ou leurs pratiques, les diverses dimensions du « sujet » ou, plus précisément, identifier quelle est l’influence des configurations sociales, scolaires, pédagogiques, disciplinaires non seulement sur la détermination des catégories mais sur la prise en compte de ces dernières et sur les modes d’activité des sujets ;

    - appréhender les manières dont les acteurs du système scolaire (élèves, enseignants, autres personnels) ou les acteurs « périphériques » au système scolaire (parents, travailleurs sociaux, orthophonistes, etc.) construisent – mettent en œuvre et/ou conscientisent – ces catégories et leurs relations, selon leur statut, leur âge, leur formation…


    Courte biographie

    Bertrand Daunay est professeur en sciences de l'éducation à l'université Charles-de-Gaulle – Lille 3, directeur du CIREL, Centre interuniversitaire de recherche en éducation de Lille (ÉA 4354), et de l'équipe interne Théodile-CIREL (Théories didactiques de la lecture-écriture).

    Ancien professeur agrégé de lettres classiques, spécialiste de didactique du français, particulièrement de l'approche didactique de la littérature, Bertrand Daunay mène des activités de recherche qui le conduisent à interroger les fondements épistémologiques et méthodologiques de la didactique du français et plus généralement des didactiques des disciplines.

    [2010-08-16]

  • Élection de Maurice Tardif à la Société royale du Canada

    Le CRIFPE a l'honneur de vous annoncer la toute récente élection de Monsieur Maurice Tardif à titre de membre de la Société royale du Canada (SRC) à l’Académie des sciences sociales.


    La SRC avec ses Académies des arts, des lettres et des sciences du Canada est le principal organisme regroupant d’éminents scientifiques, chercheurs et gens de lettres au Canada. Considérée comme l’académie nationale du Canada, la SRC a pour objectif premier de promouvoir l’acquisition du savoir et la recherche en arts et en sciences. Ses membres sont choisis par leurs pairs pour leurs réalisations exceptionnelles dans leur domaine scientifique.


    En qualité d’académie nationale du Canada, la SRC s’attache à reconnaître l’excellence, à conseiller les gouvernements et les organisations, ainsi qu’à promouvoir la culture canadienne.


    La cérémonie d'intronisation de M. Tardif aura lieu au cours de l’année.

    [2010-08-24]

  • Nouvelle parution de Maurice Tardif et Louis LeVasseur intitulée La division du travail éducatif aux PUF.

    Depuis la Seconde Guerre mondiale, les politiques éducatives et la recherche en éducation ont reposé sur la croyance que le personnel enseignant formait la profession centrale du système scolaire. Fondé sur l’étude de tendances internationales lourdes en matière d’organisation et de division du travail éducatif, ce livre montre que cette croyance ne correspond plus à la réalité dans un grand nombre de systèmes éducatifs.
    Le travail enseignant traditionnel est désormais entré en phase de décomposition et de recomposition avec l’essor de nouveaux métiers et professions de l’éducation dont les agents s’accaparent de plus en plus des fonctions et tâches dévolues jadis aux enseignants réguliers : soutien affectif aux élèves, surveillance et contrôle, socialisation aux normes scolaires, intégration sociale, aide à l’apprentissage… Cette phase se caractérise par l’introduction dans l’école publique d’une nouvelle division du travail éducatif entre diverses catégories d’agents enseignants et non enseignants. Parmi ces derniers, ce livre met en évidence et analyse la croissance exponentielle depuis les années 1960 de nouveaux groupes de techniciens de la pédagogie qui s’approprient progressivement des territoires de travail habituellement réservés aux enseignants.
    Cette nouvelle division du travail éducatif, tout en remettant en cause la centralité de la profession enseignante, amène en dernier ressort à réfléchir à la manière différenciée dont l’école contemporaine traite les élèves à travers l’organisation du travail éducatif et la division des métiers et professions de l’éducation qu’elle met en place pour les instruire et les socialiser.

    [2010-07-19]

  • Colloque international Professionnalisation de la formation des enseignants : état de la recherche et visions des formateurs

    30 juin, 1er et 2 juillet 2010

    Haute école pédagogique
    45, ch. de la Ciblerie
    2503 Bienne

    Inscription et renseignements
    www.hep-bejune.ch

    Contact:

    Mhammed.mellouki@hep-bjune.ch


    La Haute école pédagogique de Berne, du Jura et de Neuchâtel (HEP-BEJUNE) et le Centre de recherche
    interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante de l’Université Laval (CRIFPE-Laval) organisent
    un colloque international de trois jours sur la question de la professionnalisation de la formation des
    enseignants qui représente la toile de fond d’un bon nombre de politiques et de programmes actuels de
    formation. Chercheurs et formateurs d’enseignants sont invités à venir partager leurs analyses et leurs
    réflexions pour une meilleure compréhension de ce phénomène.

    [2010-05-28]

  • ACFAS 2010, Colloque 533 Réflexion et réflexivité dans la formation et la profession enseignante: regards théoriques et critiques

    Acfas - Association francophone pour le savoir

    533 - Réflexion et réflexivité dans la formation et la profession enseignante:
    regards théoriques et critiques

    Responsables
    Maurice TARDIF, Université de Montréal
    Cecilia BORGES, Université de Montréal
    Annie MALO, Université de Montréal

    Informations sur le colloque
    Catégorie :

    Description du colloque :
    Depuis les années 1980, dans la foulée des travaux de Schön (1983, 1987), le modèle du praticien réflexif
    inspire, sur la scène mondiale, toutes les réformes de la formation des enseignants. Dans le même sens, ce
    qu’on appelle la professionnalisation de l’enseignement se fonde sur l’idée que la réflexivité est au coeur des
    pratiques enseignantes. Bref, réflexion et réflexivité sont des notions centrales de la profession enseignante et
    de sa formation depuis près de 30 ans. Pourtant l’examen de leur aire et usage sémantiques montre qu’il
    s’agit de concepts très complexes possédant des significations disparates provenant aussi bien de la
    philosophie, de la sociologie, de la psychologie, de la littérature professionnelle, des recherches en éducation,
    des politiques éducatives, etc. Ces deux concepts mettent fortement en exergue la dimension cognitive de
    l’apprentissage et de l’exercice de l’enseignement, dans la mesure où ils affirment que le savoir-enseigner
    passe par la maîtrise de capacités réflexives de haut niveau : mises en mots de la pratique, prise de distance
    critique, arrêt sur l’action pour mieux la penser, rétro-réflexion, réflexion-dans-l'action, etc. L’objectif de ce
    colloque est de dresser, dans une perspective épistémologique et critique, un état de lieux des conceptions de
    la réflexion et de la réflexivité dans le domaine de l’enseignement. Tant sur le plan des programmes de
    formation que des pratiques enseignantes, qu’avons-nous appris de sérieux et d’important depuis Schön, voire
    Dewey (1933) avec ce modèle du praticien réflexif? Après 30 ans de réformes, savons-nous mieux ce qu’est
    une activité et un acteur dotés de réflexivité? Savons-nous mieux former à la réflexion? Et laquelle? La
    réflexion reste-t-elle une voix d’accès théorique privilégiée pour analyser et comprendre l'activité enseignante?
    Telles sont les questions qui nourriront ce colloque.

    [2010-05-21]

  • 2010 : Odyssée des classes-portables… du primaire au post-secondaire (ACFAS 2010, Colloque 526)

    Mardi 11 mai 2010, 9h00 - 16h30, salle B-328, Pavillon Marie-Victorin /


    En 1936, année d'invention du Z1, le premier ordinateur qui avait la taille d'un terrain de football, qui aurait pensé qu'un jour tous les élèves d'une école, voire d'un regroupement d'écoles auraient chacun leur propre ordinateur en salle de classe ? Pourtant, les classes-portables représentent une modalité techno-pédagogique à la pointe de l'intégration pédagogique actuelle des TIC (Technologies de l'information et de la communication) et laissent loin derrière les formules plus traditionnelles telles que les laboratoires informatiques. Ce faisant, elles renouvellent considérablement le potentiel techno-pédagogique. Il s'agit également d'une tendance en puissance que l'on retrouve dans plusieurs contextes éducatifs québécois, tels que l'école primaire publique Perce-Neige ou encore la Commission scolaire Eastern Townships (CSET). Mais que sait-on des impacts des classes-portables sur les élèves ? Sur leur attitude face à l'école ? Sur les compétences développées ? Ce colloque cherchera à apporter des éléments de réponse à ces questions autour du concept de capital techno-pédagogique, lequel repose sur l'idée que les TIC, et notamment les classes-portables, représentent une compétence transversale clef pour permettre aux jeunes de mieux réussir à l'école, et plus largement dans la société du savoir. Nous estimons par ailleurs que ce colloque arrive à un moment charnière de l'incursion des classes-portables dans les écoles des pays industrialisés. En ce sens, le colloque que nous proposons se trouve à l'avant-garde des innovations en éducation et vise à attirer l'attention sur cet aspect de l'éducation en plein développement. Il réunira l'expertise de nombreux chercheurs mais également l'expérience de plusieurs acteurs éducatifs ayant été au premier plan de cette innovation pédagogique. Nous entrevoyons donc ce colloque comme une occasion de réflexion commune entre les milieux scientifique et de pratique autour d'un objet dont l'enjeu pédagogique va croissant : les classes-portables.

    [2010-05-21]

  • Conférence : "Ton directeur et toi : un partenariat vers la réussite"

    6 mai 2010 14h00, salle A-133 du pavillon Marie-Victorin, Université de Montréal

    Conférenciers: Richard Patry, Université de Montréal
    Christian Bégin, UQAM

    La relation entre l'étudiant et son directeur de recherche est la pierre angulaire de la réussite. Une bonne relation peut amener l'étudiant à réussir et à se dépasser ; une mauvaise relation peut démotiver tant l'étudiant que le professeur et créer une situation qui mène à l'échec.

    Vous êtes étudiant aux cycles supérieurs ? Vous avez été admis dans un programme de 2e ou de 3e cycle à l'automne 2010 ? Vous êtes professeur à l'Université de Montréal ? Cette conférence est pour vous !

    Quelles sont les bases d'une telle relation ?
    Comment choisir un directeur ? (ou comment choisir un étudiant)
    Quels sont les droits et obligations de chacun ?
    A quoi suis-je en droit de m'attendre ?
    Comment gérer un conflit ?
    Comment faire un plan d'études qui réponde aux attentes de chacun... et plus encore !

    [2010-05-21]

  • Soutenance de thèse d'Emmanuel BERNET intitulée : Engagement affectif, comportemental et cognitif des élèves du primaire dans un contexte pédagogique d’intégration des TIC : une étude multicas en milieux défavorisés

    Lundi 19 avril 2010,
    10h30,
    Pavillon Marie-Victorin, B-328;

    JURY :
    président-rapporteur : François Bowen,
    directeur de recherche : Thierry Karsenti,
    membres du jury : Serge J. Larivée,
    examinateur externe : Gilles Thibert
    professeur titulaire, UQAM - dép. Éducation et Pédagogie,
    représentante du Doyen de la Faculté : Roseline Garon.

    [2010-05-21]

  • Soutenance de thèse de Dodzi AMEMADO intitulée : Changements et évolution des universités conventionnelles sous l’influence des technologies de l’information et de la communication (TIC) : le cas du contexte universitaire nord-américain

    Mardi 20 avril 2010,
    10h00,
    Pavillon Marie-Victorin,
    B-328;

    JURY :
    président-rapporteur : Bruno Poellhuber,
    directeur de recherche : Thierry Karsenti,
    membres du jury : Rhoda Weiss-Lambrou,
    examinateur externe : Vassilis Komis
    professeur agrégé, Université De Patras – Dép. Sciences Éduc. & Early Child,
    représentant du Doyen de la Faculté : François Bowen.

    [2010-05-21]

  • Les enseignants et leur réalité - Des enseignants discutent avec Christiane Charette

    Selon une étude, les enseignants québécois seraient au bord de la crise de nerfs. Salaires peu élevés, heures irrégulières, détresse psychologique : la situation serait telle que plusieurs d'entre eux se disent au bord de jeter l'éponge. Quatre enseignants du milieu répondent à nos questions.

    Lorraine Pagé, ex-présidente de la Centrale d'enseignement du Québec (CEQ), et les professeurs Louise Lafortune, Claude Lessard et Jenel Desgroseillers participent à la discussion.

    Nos invités font remarquer que le domaine enseignant, qui est majoritairement féminin et dont les membres travaillent en relation d'aide, vit des écueils qui se comparent à ceux vécus en milieu infirmier.

    Selon Lorraine Pagé, la reconnaissance du métier d'enseignant est à son plus bas niveau.

    « Les directeurs, les parents d'élèves, le gouvernement, la ministre, tout le monde veut nous dire quoi faire. »

    Louise Lafortune est professeure à l'Université du Québec à Trois-Rivières. Claude Lessard enseigne à la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université de Montréal.

    Jenel Desgroseillers enseigne au primaire. Elle a complété une maîtrise en administration de l'éducation sur la création d'un ordre professionnel des enseignants.

    [2010-05-21]

  • Soutenance de thèse de doctorat de Modibo Coulibaly le 15 décembre 2009 à 9.30h au Pavillon Marie-Victorin, B-328

    Titre:
    Impact des TIC sur le sentiment d’auto-efficacité
    des enseignants du secondaire au Niger et leur processus
    d’adoption d’une innovation.

    JURY:
    Président-rapporteur : Colette Gervais
    Directeur de recherche : Thierry Karsenti
    Membre du jury : Martial Dembelé
    Examinateur externe : Mohamed Maiga
    Professeur, Université de Bamako
    Faculté des sciences et techniques
    Représentant du doyen : François Bowen

    [2010-05-21]

  • Éditorial du New-York Times du 2 novembre 2009 intitulé: Teach Your Teachers Well

    November 2, 2009
    OP-ED CONTRIBUTOR
    Teach Your Teachers Well
    By SUSAN ENGEL
    New Marlborough, Mass.
    ARNE DUNCAN, the secretary of education, recently called for sweeping changes to the way we select and train teachers. He’s right. If we really
    want good schools, we need to create a critical mass of great teachers. And if we want smart, passionate people to become these great educators,
    we have to attract them with excellent programs and train them properly in the substance and practice of teaching.
    Our best universities have, paradoxically, typically looked down their noses at education, as if it were intellectually inferior. The result is that the
    strongest students are often in colleges that have no interest in education, while the most inspiring professors aren’t working with students who
    want to teach. This means that comparatively weaker students in less intellectually rigorous programs are the ones preparing to become
    teachers.
    So the first step is to get the best colleges to throw themselves into the fray. If education was a good enough topic for Plato, John Dewey and
    William James, it should be good enough for 21st-century college professors.
    These new teacher programs should be selective, requiring a 3.5 undergraduate grade point average and an intensive application process. But
    they should also be free of charge, and admission should include a stipend for the first three years of teaching in a public school.
    Once we have a better pool of graduate students, we need to train them differently from how we have in the past. Too often, teaching students
    spend their time studying specific instructional programs and learning how to handle mechanics like making lesson plans. These skills, while
    useful, are not what will transform a promising student into a good teacher.
    First, future teachers should continue studying the subject they hope to teach, with outstanding professors. It makes no sense at all to stop
    studying the thing you want to teach at the very moment you begin to learn how.
    Meanwhile, students should learn their craft the way a surgeon learns to operate: by intense supervision in a real setting with expert mentors.
    Student-teachers are usually observed only twice during a semester and then given a written evaluation. But young teachers, like young doctors,
    should work side by side with skilled mentors, getting plenty of feedback, having plenty of opportunities to observe and taking on greater and
    greater responsibility as they improve.
    Teacher training can also learn from family therapy programs. Therapists spend a great deal of time watching videotapes of themselves in
    action, reflecting on their sessions and discussing the most difficult moments with senior therapists to explore other ways they might have
    responded. In much the same way, young teachers need to record their daily encounters with their classrooms and then, with mentors and
    peers, have serious, open-minded conversations about what’s working and what isn’t.
    Teachers must also learn far more about children: typically, teaching students are provided with fairly static and superficial overviews of
    developmental stages, but learn little about how to watch children, using research and theory to understand what they are seeing. As James
    Comer, a professor of child psychiatry at Yale, has argued for years, if we disregard the developmental needs of our students it’s unlikely we’ll
    succeed in teaching them.
    One more thing is required — give as many public schools as possible the financial incentives to hire these newly prepared teachers in groups of
    seven or more. This way, talented eager young teachers won’t languish or leave teaching because they felt bored, inept, isolated or marginalized.
    Instead, they will feel part of a robust community of promising professionals. They will struggle and learn together. Good teachers need good
    colleagues.
    Op-Ed Contributor - Teach Your Teachers Well - NYTimes.com http://www.nytimes.com/2009/11/02/opinion/02engel.html?_...
    1 sur 2 09-11-16 09:35
    To fix our schools, we need teaching programs that are as rich in resources, interesting, high-reaching and thoughtful as the young people we
    want to attract to the profession. Show me a school where teachers are smart, well-educated, skilled and happy to be there, and I’ll show you a
    group of children who are getting a good education.
    Susan Engel is a senior lecturer in psychology and the director of the teaching program at Williams College.
    Copyright 2009 The New York Times Company
    Privacy Policy Terms of Service Search Corrections RSS First Look Help Contact Us Work for Us Site Map
    Op-Ed Contributor - Teach Your Teachers Well - NYTimes.com http://www.nytimes.com/2009/11/02/opinion/02engel.html?_...
    2 sur 2 09-11-16 09:35

    [2010-05-21]

  • Le Prix pour le matériel complémentaire au cours, a été remis à la professeure Suzanne-G. Chartrand, de la Faculté des sciences de l'éducation, pour son ouvrage intitulé Progression dans l'enseignement du français langue première au secondaire québécois.

    Le Prix pour le matériel complémentaire au cours, a été remis à la professeure Suzanne-G. Chartrand, de la Faculté des sciences de l'éducation, pour son ouvrage intitulé Progression dans l'enseignement du français langue première au secondaire québécois. «Le document, fort bien présenté, répond à un besoin des enseignants du secondaire en ce qui a trait à l'idée de progression dans les contenus d'apprentissage tout au long des cinq années du secondaire. Les membres du comité de sélection ont été impressionnés par l'originalité de l'ouvrage et l'approche novatrice. Ils ont relevé la qualité exceptionnelle de la synthèse et la cohérence de la structure. Le langage est concis, dynamique, la présentation visuelle est impeccable et la qualité graphique invite à la lecture. L'ouvrage de vulgarisation scientifique a déjà une portée internationale.» (Le fil des événements, 29 octobre 2009, p. 3)

    CHARTRAND, S.-G. [avec la collaboration de Hélène Paradis, Marie-Christine Paret et de Suzanne Richard], Progression dans l'enseignement du français langue première au secondaire québécois : répartition des genres textuels, des notions, des stratégies et des procédures à enseigner de la 1re à la 5e secondaire, Québec : Publications Québec Français, 2008, 55 p.


    Introduction
    L’impérieuse nécessité d’une progression 3
    1 La question de la progression en éducation 7
    1.1 La notion de progression 7
    1.2 La progression spiralaire 7
    1.3 Quatre critères d’établissement d’une progression 8
    1.4 Trois façons d’enseigner 10
    2 Les genres de textes : point nodal de la programmation
    didactique en français 11
    2.1 Qu’est-ce qu’un genre ? 11
    2.2 L’axe organisateur de l’enseignement : l’étude des genres 11
    2.3 Qu’est-ce que travailler un genre en classe de français ? 13
    3 Quelques précisions sur les objets et leur enseignement 15
    3.1 Les genres de textes à l’étude 15
    3.2 La langue orale 17
    3.3 La « grammaire du texte » 18
    3.3.1 Les reprises 19
    3.3.2 Le système verbal 20
    3.3.3 Le système énonciatif, les discours rapportés
    et la modalisation 20
    3.4 Les catégories sémantiques 21
    3.5 Le lexique 23
    3.6 La grammaire de la phrase 23
    3.6.1 Les classes de mots et les groupes fonctionnels 24
    3.6.2 L’étude de la syntaxe : la construction des phrases 25
    3.6.3 La ponctuation syntaxique 25
    3.6.4 L’orthographe grammaticale 26
    3.7 La conjugaison 27
    3.8 La consultation d’outils de référence sur la langue 29
    4 La progression des objets à enseigner ;
    contextes et attentes 30
    4.1 Clés de lecture du tableau général (tableau 6) 30
    4.2 Tableau général de la progression 32
    Conclusion
    L’absence de progression signifie la dissolution
    de la discipline « français » 42

    [2010-05-21]

  • Nouvelle parution: Lectures contemporaines de la crise de l’éducation de Franck Giol

    La crise qui affecte de nombreux champs du monde contemporain
    ne semble pas épargner l’École.
    Comment un acte aussi fondateur qu’instruire pourrait-il en
    effet ne pas être frappé par l’incertitude qui caractéristique notre
    époque ? Et pourtant, parce qu’elle demeure l’un des pilier de la
    socialisation dans notre pays l’École continue d’être, comme telle,
    ardemment défendue.
    Qu’en est-il donc précisément de la crise de l’éducation en
    France ? Quels propos ont été tenus à son endroit au cours des
    dernières décennies ? Quelles lectures en ont été faites ?
    Autant de questions à l’origine d’une étude dont l’ambition
    principale est d’interroger la signification même de cette crise
    partir d’une analyse des articles qui lui ont été consacrés dans la
    Revue française de pédagogie, Le Débat, Esprit, les Cahiers
    pédagogiques et Le Monde de l’éducation de 1980 à 2005.
    À la confluence d’une approche historique et philosophique
    des phénomènes éducatifs, cet ouvrage intéressera aussi bien les
    étudiants qui souhaitent mieux comprendre les enjeux des débats
    récents sur l’École que les lecteurs plus généralement soucieux de
    l’influence qu’exerce l’époque contemporaine sur les grandes
    orientations de l’éducation scolaire.
    Franck GIOL a été lecteur à la Faculté de pédagogie des universités Coménius (Bratislava,
    Slovaquie) et Masaryk (Brno, République tchèque) durant plusieurs années. Il est actuellement doctorant
    l’Institut des Sciences et Pratiques d’Éducation et de Formation (ISPEF) de l’Université Lumière Lyon 2.

    [2010-05-21]

  • Nouveau numéro de Formation et profession: volume 16, numéro 2, octobre 2009

    Sommaire

    *
    Éditorial
    L'école laïque au Québec
    2

    Thierry Karsenti
    *
    Dossier
    L'éducation à la santé
    5
    *
    L'éducation à la santé en milieu scolaire au Québec
    5

    Sylvain Turcotte, Jean-François Desbiens
    *
    Rencontre avec Joanne Otis. L'éducation à la santé en milieu scolaire: d'hier à aujourd'hui
    7

    Sylvain Turcotte
    *
    L'éducation à la santé dans les programmes scolaires québécois
    15

    Johanne Grenier
    *
    Pour une formation des enseignants en éducation à la santé
    19

    Denis Loizon
    *
    Du travail en classe à la vie collective dans l'établissement: éduquer à la santé aujourd'hui
    24

    Didier Jourdan
    *
    Les visages multiples de l'éducation à la santé en milieu scolaire
    29

    Marie-Claude Rivard, Charlotte Beaudoin
    *
    Construire un partenariat en éducation à la santé à l'école
    33

    Corinne Mérini, Caroline Bizzoni-Prévieux
    *
    Petits cuistots-Parents en réseaux, offert dans des écoles montréalaises: un lieu de partage des expertises professionnelles entre l'école, la famille et la communauté
    37

    Johanne Bédard, François Larose, Yves Couturier, Louise Potvin, Véronique Lisée, France Lemaire
    *
    Livres
    Pour poursuivre la réflexion entamée dans ce dossier: Faire équipe pour l'éducation à la santé en milieu scolaire
    41

    Joanne Otis
    *
    Chronique internationale
    La formation initiale des enseignants en Grèce dans les trente dernières années: le difficile défi de la professionnalisation
    45

    Vassilis Komis, Thanassis Karalis, Konstantinos Ravanis, Stathis Balias
    *
    Chronique didactique
    Le rapport à l'orthographe des élèves québécois en fin de primaire
    48

    Caroline Bégin
    *
    Chronique sur l'éthique et la culture scolaire
    Un enseignant malade de sa moralité
    51

    Denis Jeffrey
    *
    Chronique sur l'insertion professionnelle en enseignement
    La précarité d'emploi, une voie périlleuse d'entrée en enseignement
    54

    Joséphine Mukamurera, Stéphane Martineau
    *
    Rendez-vous avec la recherche
    Enseignement efficace et réforme de l'éducation: une antinomie! Entrevue avec Steve Bissonnette
    57

    Suzanne-G. Chartrand
    *
    Vient de paraître
    Les TIC au primaire: pour enseigner et apprendre

    [2010-05-21]

  • Nouveau numéro de la revue Savoirs 2008-18: La dimension formative du travail social

    Vous trouverez ci-joint la fiche annonce du dernier numéro de la revue Savoirs, Revue internationale de recherche en éducation et formation des adultes. Elle a pour thème la dimension formative du travail social, ce qui constitue le sujet de la note de synthèse, donne les titres des articles publiés et annonce le prochain numéro sur la formation et la santé.

    Vous êtes invités à faire circuler l'information et à proposer des articles.

    [2009-09-16]

  • Le Centre d’études Éducation & Société (CEDES) célèbre ses 30 ans d’existence

    C’est avec beaucoup de plaisir et de joie que le CRIFPE transmet ses félicitations au Centre d’études Éducation & Société (CEDES) pour ses 30 d’existence. Nous félicitons par la même occasion Mme Ivany Pino (présidente du CEDES) ainsi que le Comité éditorial de la Revue Educação & Sociedade.

    Le Centre Educação & Sociedade a été fondé en 1979 à Campinas dans l’état de Sao Paulo par des éducateurs soucieux de lier la réflexion sur l’éducation aux enjeux sociaux et, plus globalement, à l’évolution de la société. Dès sa création, le CEDES a entrepris la publication de la revue Educação & Sociedade et, un peu plus tard, des Cahiers du CEDES davantage destiné aux enseignants.

    Au fil des ans, le CEDES s’est imposé comme l’un des plus importants centres de diffusion scientifique dans le domaine de l’éducation au Brésil. Avec ses nombreuses publications, le CEDES a permis de faire connaître plusieurs chercheurs brésiliens ainsi que des universitaires de différents pays qui contribuent régulièrement à sa revue Educação & Sociedade, qui est considérée aujourd’hui comme l’une des meilleures revues éducatives d’Amérique latine. Plusieurs chercheurs du CRIFPE et des universités québécoises ont publié régulièrement dans ses pages.

    À l’occasion du 30e anniversaire du CEDES, le CRIFPE est fier de s’associer à tous les amis et collègues de cet important centre, pour le remercier de son immense contribution à l’étude de l’éducation.

    [2009-10-07]

  • Sollicitation de candidatures pour l'obtention du Prix Tousignant-Desrosiers

    Le Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE) en association avec Le Fonds de recherche sur la societé et la culture (FQRSC), la revue Éducation et francophonie et la Revue des sciences de l’éducation, sollicite des candidatures pour l’obtention du Prix Tousignant-Desrosiers.

    [2009-10-07]

  • Claudie Solar vient de publier un travail de synthèse intitulé Bilan des recherches en français au Canada sur l’apprentissage des adultes

    Cette recherche a été réalisée par Claudie Solar et Nicole Anne Tremblay, toutes deux professeures au
    Département de Psychopédagogie et d’Andragogie de la Faculté des Sciences de l’éducation de l’Université de
    Montréal. Elle a bénéficié d’une collaboration étroite du Centre de documentation sur l’éducation des adultes et la
    condition féminine (CDÉACF) et a été financée par le Centre du savoir sur l’apprentissage chez les adultes (CSAAd).
    du Conseil canadien sur l’apprentissage
    Le rapport de 77 pages présente une synthèse des 227 recherches canadiennes en français sur
    l’apprentissage des adultes publiées entre 1997 et 2007 inclusivement. La base de données a été développée à partir
    des notices sur l’éducation et la formation des adultes et sur la littératie du CDÉACF auxquelles ont été ajoutées des
    recherches repérées sur la Base de données en alphabétisation des adultes (BDAA) ainsi que des mémoires et des
    thèses collectées sur PROQUEST. Pour être incluses dans l’analyse, les recherches devaient porter sur l’objet de
    recherche du CSAAd, soit l’apprentissage chez les adultes, et ne pas faire partie du thème d’autres Centres du
    savoir, tels celui sur la santé et celui sur l’apprentissage en milieu de travail.
    Cette étude constitue le premier bilan des recherches en français sur l’apprentissage des adultes effectuées
    au Canada et vient complémenter le travail de même nature réalisé en anglais en 2006 par le Conseil canadien sur
    l’apprentissage ainsi que celui effectué la même année sur les recherches en français sur la littératie cette fois.

    [2011-05-04]

  • Lancement le 13 mai, 12h15 lors du Colloque 515 du CRIFPE de l'ACFAS de "La supervision pédagogique en enseignement de l'éducation physique"

    Lancement le 13 mai, 12h15 lors du Colloque 515 du CRIFPE de l'ACFAS, UCU 205 - Centre universitaire Jock-Turcot Campus de l'Université d'Ottawa de "La supervision pédagogique en enseignement de l’éducation physique"

    Rédacteurs invités

    Jean-François Desbiens, Université de Sherbrooke
    Cecilia Borges, Université de Montréal
    Carlo Spallanzani, Université de Sherbrooke

    Un goûter léger sera servi.

    [2009-09-16]

  • 77e Congrès de l'ACFAS, colloque 515 La formation et la profession enseignante : recherches actuelles et émergentes

    Ce colloque a pour but de présenter les recherches actuelles et futures des chercheurs du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE). Les résultats de recherche présentés seront regroupés selon quatre axes :

    1 – Formation. L'objectif de cet axe est d'élaborer une base de connaissances scientifiques susceptible d'apporter des réponses aux questions relatives à la formation à l'enseignement (initiale et continue), et ce, en lien avec la réussite éducative des apprenants.

    2 – Insertion. L'objectif de cet axe est d'élaborer une base de connaissances scientifiques susceptible d'apporter des réponses aux questions relatives à l'insertion professionnelle des enseignants, et ce, en lien avec la réussite éducative des apprenants.

    3 – Intervention. L'objectif de cet axe est d'élaborer une base de connaissances scientifiques susceptible d'apporter des réponses aux questions relatives à l'intervention éducative des enseignants, et ce, en lien avec la réussite éducative des apprenants

    4 – Profession. De façon générale, l'objectif de l'axe 4 est d'élaborer une base de connaissances scientifiques susceptible d'apporter des réponses aux questions relatives aux aspects sociaux et collectifs du travail enseignant en milieu scolaire. L'idée de présenter à la fois des résultats de recherches actuelles et futures a pour but de présenter les recherches actuellement menées par des chercheurs d'expérience, mais également de faire état des recherches émergentes des nouveaux chercheurs du Centre. Nous verrons non seulement l'évolution des préoccupations de recherche, mais également la continuité qui existe, voire subsiste, entre les recherches passées et futures dans le domaine de la formation et de la profession enseignante.

    [2009-09-16]

  • ePortfolio 2009 — Learning Forum London : Appel à contributions prolongé : échéance 15 avril 2009

    Call for contributions (open!)
    The programme offers a lively mix of plenary presentations and open discussion; parallel presentations sessions and workshops. Presenters representing all sectors of education, industry, training organisations, consultancies, professional bodies and associations, awarding bodies, standard-setting organisations and solutions suppliers will invite participants to explore lifelong learning, employability and social innovation.

    Call for contributions
    London Learning Forum themes
    ePortfolio 2009 - Innovation, Creativity and Accountability themes
    Key Competencies—Skills for Life 2009 themes
    Learning Networks & Communities 2009 themes
    Instructions for Submitting Authors
    Presentation Format
    Plus…



    Deadline, notification and registration

    Calendar:

    o 16 March 15 April 2009 – Extended deadline for receipt of submissions (between 500 and 750 words)
    o 30 March 2009 – Notification of acceptance to authors (30 April for extended deadline)
    o 17 April 2009 – Author registration deadline—to be included in the programme (1 May for extended deadline)
    o 15 May 2009 – Deadline for receipt of revised abstracts and papers.

    IMPORTANT: Should presenters require an invitation letter in order to arrange funding please notify the Conference Secretariat and this will be forwarded immediately either by e-mail or fax.

    NB: the conference management tool (http://www.conftool.net/lfl2009/) provides a special field for abstracts. This is where abstracts have to be submitted. No abstract file should be uploaded, only presentations and contributions (papers, case studies, presentation files, etc.).
    All contributions are to be submitted using our conference management service
    http://www.conftool.net/lfl2009/ (create an account)

    Read also: Instructions for Submitting Author

    [2009-09-16]

  • 7ème Colloque international de la Conférence des Directeurs d'IUFM (CDIUFM) Recherche(s) en éducation et en formation : "Le développement professionnel des enseignants. Le point de vue des sujets."

    Ce colloque sur le thème du développement professionnel des enseignants s’inscrit dans la continuité des colloques de la CDIUFM : Recherche(s) en éducation et en formation qui se sont centrés dernièrement sur la formation professionnelle universitaire des enseignants (Arras, 2007) et les savoirs et compétences des enseignants professionnels (Nantes, 2005).

    Le colloque souhaite mieux comprendre ce qui constitue souvent un point aveugle des travaux réalisés sur la question des apprentissages dans l’activité de travail et/ou de formation, à savoir les processus de développement professionnel des enseignants. Nous proposons ainsi une différence entre professionnalisation (au sens des dispositifs proposés relevant de la logique de l’institution) et développement professionnel (au sens de la dynamique d’apprentissage des individus relevant de la logique des sujets).

    Cette manifestation sera donc l’occasion de mieux comprendre comment les enseignants vivent, ressentent et élaborent leur apprentissage professionnel dans plusieurs espaces-temps de formation et de travail. Ces espaces-temps sont, par exemple, les formations initiale, différée ou continue, les établissements « formateur » ou d’exercice, l’espace personnel, les associations professionnelles,...

    [2009-09-16]

  • 2e Colloque national sur l’insertion professionnelle 2009

    Le 2e Colloque vise le partage des actions efficientes mises en place dans les milieux pour faciliter l'entrée de la relève dans la carrière enseignante. La réussite de l'insertion dans la profession concerne tous les acteurs de l'éducation. Vous êtes donc conviés à ce temps de réflexion et d'engagement pour faire de cet événement un véritable tremplin.

    [2009-09-16]

  • Le Prix Marcel Vincent de l’ACFAS décerné au professeur Maurice Tardif

    C’est la première fois depuis 1944 qu’un professeur en sciences de l’éducation gagne un prix à l’ACFAS. Et c’est un prix pleinement mérité par notre collègue et ami, Maurice Tardif, fondateur et premier directeur du CRIFPE.

    En effet, Maurice Tardif a été, pendant près de 12 ans, la locomotive du CRIFPE. De retour récemment de Suisse, le professeur Tardif s’est à nouveau rapidement impliqué dans le CRIFPE. Ce lauréat de l’ACFAS possède une culture générale riche et étendue; il fait montre, en outre, d'une capacité de synthèse et d'analyse exceptionnelles. Il possède aussi la rigueur intellectuelle et morale et la détermination sans lesquelles il est impossible non seulement d'achever un projet entrepris, mais aussi de l'élever parmi les meilleurs. Ces qualités lui ont notamment permis de positionner le CRIFPE parmi les plus importants centres de recherche en éducation au Canada.

    [2009-03-02]

Retourner à la page précédente.

Logos des universités associées au CRIFPE

Adresse civique

Université de Montréal
Faculté des Sciences de l'Éducation
CRIFPE
90, avenue Vincent d'Indy
Pavillon Marie-Victorin – C-536
Outremont (Québec) H2V 2S9

Adresse postale

Université de Montréal
Faculté des Sciences de l'Éducation
CRIFPE – C-543
C.P. 6128, succursale Centre-ville
Montréal (Québec) H3C 3J7