Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE)

Votre Flash Player n'est pas à jour. Visitez le site de Adobe pour la plus récente version.

Publication

Mathieu, É. (2018). Étude de la contribution du niveau de vocabulaire et de l'utilisation du langage en petits groupes à l'ajustement social des enfants en début de scolarisation. Thèse de doctorat inédite, Université Laval, Québec, Québec.

Résumé

L’ajustement social est documenté chez les enfants avec un déficit langagier et auprès d’échantillons normatifs, mais l’utilisation du langage en interaction avec les pairs en tant qu’habileté communicationnelle spécifique, ainsi que son influence sur l’ajustement social, le sont très peu. L’objectif général de la thèse était donc d’étudier, à partir d’un devis longitudinal et d’un échantillon normatif issu de l’Étude des jumeaux nouveau-nés du Québec (ÉJNQ; Boivin, Brendgen, Dionne, et al., 2013), la contribution du niveau de vocabulaire et de l’utilisation du langage en petits groupes à l’ajustement social des enfants en début de scolarisation. Les vocabulaires expressif et réceptif ont été évalués à 5 ans avec l’Échelle de vocabulaire en images de Peabody (Dunn, Thériault-Whalen, Dunn, 1993), l’utilisation du langage au cours d’une tâche de coopération/compétition en petits groupes en maternelle (6 ans) a été codifiée en termes de fonction (directives, affirmation de soi, énoncés prosociaux, commentaires) et de durée des énoncés (durée totale et de chaque fonction) à l’aide d’une grille élaborée à cet effet, et l’ajustement social a été évalué en termes de participation non verbale à cette même tâche et de statut auprès des pairs en maternelle et en 1ère année (6-7 ans). Dans un premier temps, nous avons montré que le vocabulaire sur un continuum à 5 ans permettait de prédire l’ensemble des mesures d’utilisation du langage en petits groupes ainsi que certains comportements de participation non verbale (accès à la ressource et participation secondaire) un an plus tard. Dans un deuxième temps, nous avons montré que le vocabulaire à 5 ans permettait de prédire le statut auprès des pairs à 6-7 ans en partie via l’utilisation du langage en petits groupes à 6 ans. Enfin, nous avons montré que ce processus de médiation reposait entièrement sur des facteurs génétiques communs aux variables impliquées, et nous avons identifié le vocabulaire à 5 ans et l’utilisation du langage à 6 ans en tant que caractéristiques héritables permettant d’expliquer en partie l’héritabilité du statut auprès des pairs en début de scolarisation. Dans l’ensemble, la thèse souligne le caractère distinct des habiletés langagières formelles et communicationnelles et met en lumière le rôle central de ces habiletés dans l’ajustement social en début de scolarisation. Ces résultats invitent les professionnels à travailler en collaboration et de façon précoce si un enfant présente des difficultés sur les plans de la communication ou de l’ajustement social afin d’éviter que ces difficultés s’alimentent mutuellement en cours de développement.

Lien

https://corpus.ulaval.ca/jspui/handle/20.500.11794/31246
Logos des universités associées au CRIFPE

Adresse civique

Université de Montréal
Faculté des Sciences de l'Éducation
CRIFPE
90, avenue Vincent d'Indy
Pavillon Marie-Victorin – C-536
Outremont (Québec) H2V 2S9

Adresse postale

Université de Montréal
Faculté des Sciences de l'Éducation
CRIFPE – C-543
C.P. 6128, succursale Centre-ville
Montréal (Québec) H3C 3J7