Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE)

Votre Flash Player n'est pas à jour. Visitez le site de Adobe pour la plus récente version.

Publication

Gosselin-Gagné, J. (2018). L’éducation inclusive comme perspective pour comprendre la mobilisation d’écoles primaires montréalaises qui conjuguent défavorisation et défis relatifs à la diversité ethnoculturelle. Thèse de doctorat inédite, Université de Montréal, Montréal, Québec.

Catégorie

Mémoires et thèses

Résumé

Chaque année, des dizaines de milliers de nouveaux arrivants s’établissent au Canada. Au fil du temps, les différents flux migratoires qui se sont succédés ont transformé le visage du phénomène migratoire. Les nouveaux arrivants ont tendance à s’établir dans les grands centres urbains du pays. À l’instar de plusieurs autres villes du Canada, Montréal est donc aujourd’hui caractérisée par une hétérogénéité sociale, ethnique, linguistique et religieuse sans précédent, une réalité qui suscite différents enjeux. Cette diversité se reflète notamment dans le système d’éducation, dont les effectifs sont plus diversifiés qu’auparavant. Dans les milieux pluriethniques et défavorisés, le cumul de vulnérabilités socioscolaires a souvent un effet sur l’expérience des élèves. Pour pouvoir offrir une chance équitable de réussir à tous, il est indispensable que les écoles s’adaptent à cette diversité et qu’elles se mobilisent en vue de répondre aux besoins des élèves qu’elles accueillent. Cette recherche doctorale s’est intéressée aux caractéristiques (leadership, pratiques et attitudes professionnelles, dynamiques relationnelles/partenariales) de deux écoles primaires montréalaises qui conjuguent pluriethnicité et défavorisation au quotidien. Ces dernières ont été ciblées en fonction de leur réputation de milieux qui s’adaptent continuellement et de manière systémique à la diversité. Dans le cadre de cette recherche, le cadre théorique de l’éducation inclusive a été choisi pour décrypter le fonctionnement de telles écoles. Traditionnellement, le concept d’inclusion était essentiellement utilisé pour parler de l’intégration dans les écoles et dans les classes ordinaires d’élèves qu’on avait l’habitude de ségréguer. Plusieurs auteurs proposent maintenant cette perspective pour repenser l’adaptation des écoles à la diversité plus largement, au-delà des situations de handicaps physiques ou des difficultés d’apprentissage. Notre approche ethnographique nous a permis de nous intégrer aux écoles participantes afin de brosser leur portrait et de recenser des caractéristiques dites inclusives mises en œuvre par ces dernières au quotidien. Pendant une année scolaire, nous avons assisté à une panoplie de contextes scolaires. Nous avons également mené des entretiens individuels et de groupe auprès de divers acteurs (directions d’école, enseignants, professionnels, parents, acteurs communautaires, etc.). Nos résultats se structurent autour de quatre principaux thèmes : le leadership de la direction, les attitudes de divers acteurs scolaires par rapport à la diversité, les collaborations école-familles et les partenariats avec la communauté. Au quotidien, la direction de chaque école met en œuvre un leadership humain, transformatif et partagé. Les autres acteurs que nous avons côtoyés, qu’il s’agisse d’enseignants ou de membres du personnel non enseignant, partagent des attitudes positives au sujet de la diversité et se mobilisent pour répondre aux besoins des élèves en collaborant. Les écoles participantes emploient également diverses stratégies afin de s’adapter à la réalité des parents et de travailler avec eux afin de soutenir l’expérience socioscolaire de leur enfant. De plus, elles créent des partenariats avec divers acteurs de la communauté pour répondre plus largement aux besoins des élèves. L’analyse de nos résultats permet de mettre en exergue l’adaptation de ces écoles à la diversité, adaptation qui transcende la reconnaissance ainsi que la valorisation de l’altérité. Notre thèse contribue à l’opérationnalisation plus fine d’une perspective comme l’éducation inclusive et à l’amorce du questionnement sur son potentiel de paradigme unificateur de diverses perspectives de prise en compte de la diversité.

 

Each year, thousands of newcomers settle in Canada. Over time, successive migratory flows have transformed the face of the country. Newcomers tend to get established in major urban areas across the country. Like many other cities in Canada, Montreal is characterized by an unprecedented social, ethnic, linguistic and religious heterogeneity, a reality which raises various issues. This diversity is reflected, amongst others, in the education system, where the school population is more diversified than ever. In multi-ethnic and disadvantaged environments, the addition of educational and social vulnerabilities often impacts students’ socio-academic experience. In order to offer to all children a fair chance to succeed, it is essential that schools concerned by these issues adapt to diversity, and mobilize themselves to meet the needs of the students they host. This doctoral research focuses on characteristics of two Montreal elementary schools (leadership, professional practices and attitudes, relational/partnership dynamics) that deal with multi-ethnicity and socioeconomic disadvantage on a daily basis. They have been selected for this study because of their reputation for always trying to adapt to diversity on a systemic basis. In this research, the theoretical framework of inclusive education has been chosen to describe the operation of such schools. Traditionally, the concept of inclusion was mainly used to refer to the integration of students into ordinary schools and classes, which used to be segregated. Several authors now propose this perspective to rethink how schools can adapt to diversity, beyond situations of physical disabilities and/or learning difficulties. Our ethnographic approach allowed us to integrate ourselves in the two participating schools in order to capture a complete picture of them and to identify inclusive characteristics they integrate as a daily practice. During several months, we attended a variety of school events and conducted individual and group interviews with various stakeholders (principals, teachers, professionals, parents, community actors, etc.). Our data is categorized around four main themes: leadership of the school’s principal, teaching and non-teaching staff members’ attitudes toward diversity, school-family collaborations and partnership with the community. On a daily basis, the principals of the schools implement a transformative and participative leadership. The other actors we met, teaching and non-teaching staff members, share positive attitudes related to diversity and are mobilized to meet the needs of students by collaborating. We also observed that participating schools deploy various strategies to adapt to the reality of parents and work with them to support their children’s socio-academic experience. Furthermore, the two schools nurture partnerships with various actors of the community in order to better address the needs of the students. The data analysis highlights the adaptation of these schools to diversity, an adaptation that goes beyond acknowledging and valorizing otherness. Our thesis contributes to the operationalization of a perspective such as inclusive education and to the questioning of its potential as a unifying paradigm of diverse perspectives on how to better adapt to diversity in today’s context.

Lien

https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/21215
Logos des universités associées au CRIFPE

Adresse civique

Université de Montréal
Faculté des Sciences de l'Éducation
CRIFPE
90, avenue Vincent d'Indy
Pavillon Marie-Victorin – C-536
Outremont (Québec) H2V 2S9

Adresse postale

Université de Montréal
Faculté des Sciences de l'Éducation
CRIFPE – C-543
C.P. 6128, succursale Centre-ville
Montréal (Québec) H3C 3J7