Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE)

Votre Flash Player n'est pas à jour. Visitez le site de Adobe pour la plus récente version.

Publication

Lafleur, F. (2019). Développement de la compétence technopédagogique des formateurs en ligne : expérimentation d’une formation à la webconférence en enseignement supérieur. Thèse de doctorat inédite, Université de Sherbrooke, Sherbrooke, Québec.

Catégorie

Mémoires et thèses

Résumé

Dans un contexte de formation, où un virage accéléré s’effectue vers la formation en ligne massive, la conjoncture dénote un rythme effarant de transformation numérique au niveau mondial. Plus que jamais, les formateurs doivent développer les compétences requises pour utiliser les technologies nécessaires à l’enseignement dans un environnement numérique. Cette thèse aborde la question de la compétence technopédagogique des formateurs en ligne. Tout particulièrement, l’objet d’étude porte sur les façons de soutenir le développement de cette compétence auprès de formateurs dans le contexte de l’enseignement supérieur. Les compétences technologiques et technopédagogiques des formateurs en ligne demandent à être développées simultanément, selon les différents modes d’enseignement : synchrone, asynchrone ou bimodal, puis selon qu’il s’agit d’une formation entièrement à distance ou hybride. L’objectif général de recherche vise à expérimenter une formation par webconférence qui tire profit du modèle TPaCK pour mieux soutenir les formateurs qui interviennent en ligne. Les objectifs spécifiques se résument de la façon suivante : décrire le profil de recours aux technologies et les compétences technologiques préalables des formateurs avant la formation à l’initiation à la webconférence; décrire le degré d’intégration des compétences technologiques des formateurs à la suite d’une formation à l’initiation à la webconférence; et décrire le degré d’intégration de la compétence technopédagogique des formateurs à la suite d’une formation à l’utilisation de la webconférence quant à différentes capacités ciblées. Ainsi, en fonction des objectifs poursuivis, nous avons réalisé une recherche aux visées descriptives. Pour des raisons de faisabilité, nous avons choisi d’effectuer notre étude à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) auprès de 14 participants volontaires. Aucune offre de formation de groupe n’avait été offerte, à ce jour, sur l’utilisation de la webconférence. Deux instruments de collecte des données ont été utilisés ici, soit un questionnaire autoadministré inspiré des travaux de Muse (2003) et de Watkins, Leigh et Triner (2004), ciblant l’autoévaluation des compétences technologiques des participants (administré en prétest et en post-test) ainsi qu’une grille d’observation directement en lien avec les éléments du TPaCK, laquelle a permis de coder le niveau d’atteinte de la compétence technopédagogique des participants à la suite de la formation visant à utiliser la webconférence. Les deux questionnaires que les participants ont remplis (O1 et O2) ainsi que la grille d’observation (utilisée en O3) ont été bâtis à partir des différents aspects de la compétence technopédagogique. C’est aussi en s’appuyant sur ces aspects que nous avons élaboré les dix situations en O3, lesquelles servent à l’observation du comportement des participants. Parmi nos résultats les plus importants, certains démontrent qu’au niveau des compétences technologiques préalables des formateurs avant la formation à la webconférence Via, le logiciel de présentation PowerPoint est grandement répandu auprès des participants car il est facile d’utilisation, et ce, peu importe le contexte. Parmi les réseaux sociaux proposés, Facebook est le plus utilisé dans un contexte personnel, mais dans une moindre mesure en contexte professionnel. Également, l’utilisation de Prezi, Keynote et Google Forms est moins populaire auprès des formateurs, qu’il s’agisse de professeurs ou de chargés de cours. Les technologies les plus utili¬sées sont ensuite la tablette électronique, le téléphone intelligent et les vidéos sur YouTube, notamment pour leur popularité, leur disponibilité sur le marché et pour les besoins auxquels ils répondent. Concernant l’infonuagique, tous les répondants utilisent Dropbox dans un contexte personnel. Comme suite à une formation visant l’initiation à la webconférence Via, l’élément de compétence « Effectuer les mises à jour des logiciels manuellement… » est le seul qui présente une différence significative Avant et Après la formation. Cela témoigne de l’importance que les participants accordent à cette opération, et ce, peu importe le logiciel. Ainsi, nos résultats de recherche suggèrent une avenue concrète pour mieux planifier et gérer les programmes de formation continue des formateurs en ligne; ce qui aura comme impact d’augmenter la qualité de l’enseignement en contexte universitaire. Cette étude doctorale se veut originale et novatrice, en plus de pouvoir apporter une contribution à l’avancement des connaissances pour une meilleure préparation/formation à l’enseignement en ligne en enseignement supérieur. Les plus récents écrits nous permettent d’avancer qu’elle est originale, au sens où elle intègre de l’observa¬tion au design méthodologique et qu’elle permet de jeter des bases éclairantes sur les compétences qui se développent par la formation, tout en s’appuyant sur l’importance du contexte qui relie la technologie à la technopédagogie dans le cas présent. Elle est aussi novatrice, puisqu’il n’existe que très peu d’études qui prennent en compte les moyens pour développer adéquatement la compétence technopédagogique des formateurs qui soient en cohérence avec cette redéfinition des tâches liées à un enseignement en ligne afin d’assurer une qualité pédagogique. La plupart des études s’attardent uniquement à développer des aspects techniques chez le formateur. Sur le plan scientifique, cette étude vise à étudier les modalités et conditions de succès pour une formation à l’enseignement en ligne en contexte universitaire, mais aussi sur des bases méthodologiques prenant en considération des compétences observées en contexte technopédagogique. Ainsi, les outils de mesure ont été adaptés afin d’englober les composantes influençant la technologie et la pédagogie. Sur le plan de la pratique, cette étude ambitionne de mieux comprendre les dispositifs de formation nécessaires afin d’optimiser l’enseignement en ligne en contexte universitaire. De plus, nous souhaitons mettre de l’avant l’importance d’assurer un enseignement de qualité dans un environnement numérique, qui se produit notamment dans un contexte où le formateur n’a jamais expérimenté ce type d’environnement. Dans une visée prospective, il sera souhaitable que l’adaptation de l’enseignement des formateurs en enseignement supérieur devienne une priorité pour les gestionnaires du service de soutien pédagogique, de sorte que le besoin de formation des professeurs qui interviennent en ligne tende à suivre le même rythme effarant que celui de la transformation numérique. Ce qui permettrait d’ailleurs de répondre aux prescriptions annoncées dans Le plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur du Gouvernement du Québec (2018).

Lien

https://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/15111?show=full
Logos des universités associées au CRIFPE

Adresse civique

Université de Montréal
Faculté des Sciences de l'Éducation
CRIFPE
90, avenue Vincent d'Indy
Pavillon Marie-Victorin – C-536
Outremont (Québec) H2V 2S9

Adresse postale

Université de Montréal
Faculté des Sciences de l'Éducation
CRIFPE – C-543
C.P. 6128, succursale Centre-ville
Montréal (Québec) H3C 3J7