Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE)

Votre Flash Player n'est pas à jour. Visitez le site de Adobe pour la plus récente version.

Publication

Le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) (2016). Le savoir au service de l'enseignement et de l'apprentissage au XXIe siècle : Perspectives et possibilités de recherche et de mobilisation des connaissances. [Ottawa] : Le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH).

Résumé

Les tendances mondiales confirment qu’au 21e siècle, on entend par apprentissage le fait de développer la capacité et la motivation de créer, de comprendre, d’interpréter et de communiquer des connaissances. Et le fait de donner une formation qui rend l’apprenant polyvalent et capable d’appliquer ces connaissances à des questions non linéaires de plus en plus complexes. Les méthodes et les techniques fondées sur le questionnement et axées sur l’étudiant, qui sont façonnées par les réseaux, la collaboration, la technologie et la conception, sont au cœur même de l’enseignement et de l’apprentissage aujourd’hui.

L’examen de nouvelles méthodes d’enseignement et d’apprentissage est l’un des six domaines des défis de demain retenus dans le cadre de l’initiative Imaginer l’avenir du Canada du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH). Cette initiative fait ressortir le rôle crucial qu’auront à jouer les sciences humaines pour aider les Canadiens à relever les défis sociétaux complexes auxquels ils feront face au cours des prochaines décennies.

En janvier 2015, mettant à contribution des chercheurs, des chefs de file sectoriels et des étudiants des cycles supérieurs, le CRSH a amorcé des activités visant à cerner avec davantage de précision les nouvelles méthodes d’enseignement et d’apprentissage qui permettront de répondre aux besoins d’une société et de marchés du travail en évolution rapide.

Se fondant sur les études de synthèse des connaissances qui ont été exécutées et sur les ateliers, forums et tables rondes qui ont eu lieu, le présent rapport met en évidence certaines des grandes constatations et certains des grands thèmes qui en ont émané. Il a pour but de guider et de favoriser une participation plus poussée de différents intervenants et décideurs en ce qui concerne les éclairages clés que les sciences humaines peuvent jeter sur l’avenir de l’enseignement et de l’apprentissage, tout en aidant à orienter les travaux universitaires futurs sur des questions qui n’ont pas fait l’objet de suffisamment de recherches. Voici quelques-unes des constatations présentées dans le rapport.

Les techniques d’enseignement et d’apprentissage classiques sont contestées dans un environnement intégrant les technologies. Le nouveau paradigme nécessite une démarche équilibrée d’acquisition des connaissances fondamentales, qui stimulera un apprentissage plus en profondeur et favorisera l’acquisition des compétences du 21e siècle.

Les nouvelles technologies peuvent rendre l’apprentissage plus accessible et plus souple, tout en établissant des ponts entre les connaissances et la collectivité. Les nouvelles méthodes d’apprentissage en ligne présentent des possibilités et des défis tant aux apprenants qu’aux enseignants. L’enseignement en collaboration et les interactions entre pairs en apprentissage à distance, quoiqu’avantageux, ne sont pas toujours intuitifs.

La formation et les outils appropriés, la souplesse et les incitatifs soutiennent les enseignants à tous les niveaux dans leur immersion dans des approches novatrices, collaboratives et axées sur l’étudiant. Cette façon de faire est essentielle pour l’enseignement des compétences clés qui sont nécessaires dans l’économie du savoir contemporaine, qu’il s’agisse d’engagement civique, de raisonnement spatial ou encore de littératie des données.

L’adaptation des approches pédagogiques afin de tenir compte de la diversité fait partie intégrante de l’obtention de résultats favorables en matière d’apprentissage. C’est important en ce qui concerne, entre autres, la littératie propre à des disciplines données dans le cas des étudiants pour lesquels l’anglais est une langue seconde, les méthodes d’enseignement collaboratives utilisées auprès des élèves de la maternelle à la 12e année qui ont des besoins spéciaux et les initiatives visant à encourager la persévérance en sciences, technologie, génie et mathématiques (STGM) chez les femmes et les groupes minoritaires.

Il faut mieux comprendre la programmation et les méthodesde prestation « pertinentes sur le plan culturel ». Il faut intégrer les connaissances et les points de vue autochtones dans des stratégies de recherche et d’apprentissage pertinentes sur le plan culturel, dans l’intérêt des apprenants, de leur famille et de leur collectivité.

Il faut effectuer davantage de recherche sur l’apprentissage expérientiel pour élaborer de meilleures politiques en matière de pédagogie, de programmes d’études et d’éducation. Bien que les établissements d’enseignement postsecondaire aient recours à des méthodesd’apprentissage par l’expérience et à d’autres méthodes d’apprentissage hors classe pour offrir de meilleures possibilités de carrière et améliorer les compétences techniques et non techniques propres à des disciplines données, il y a des variations d’une discipline à l’autre quant à leur examen, à leur évaluation et à leur adoption. D’aucuns sont d’avis qu’il faut tendre à un équilibre entre l’apprentissage par l’expérience et l’apprentissage classique en classe, alors que d’autres estiment qu’il faut mieux comprendre les liens qui existent entre les deux.

Il ressort de la majorité de ces constatations que de meilleurs liens sont nécessaires pour appuyer l’apprentissage dans l’ensemble des champs de compétence et des disciplines. Il faut mettre en place une meilleure assise pour que la théorie et la recherche guident l’enseignement et l’apprentissage, et l’inverse. Il est temps d’ouvrir ces voies.

Le CRSH invite les chercheurs et les intervenants de tous les secteurs à se pencher sur ces constatations et d’autres observations émanant des sciences humaines et à continuer d’examiner de nouvelles méthodes d’enseignement et d’apprentissage, dans le meilleur intérêt du Canada et du reste du monde.

Lien

http://www.sshrc-crsh.gc.ca/society-societe/community-communite/ifca-iac/01-learning_report-apprentissage_rapport-fra.pdf
Logos des universités associées au CRIFPE

Adresse civique

Université de Montréal
Faculté des Sciences de l'Éducation
CRIFPE
90, avenue Vincent d'Indy
Pavillon Marie-Victorin – C-536
Outremont (Québec) H2V 2S9

Adresse postale

Université de Montréal
Faculté des Sciences de l'Éducation
CRIFPE – C-543
C.P. 6128, succursale Centre-ville
Montréal (Québec) H3C 3J7