Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE)

Votre Flash Player n'est pas à jour. Visitez le site de Adobe pour la plus récente version.

Publication

Matias-Gomez, V. (2020). Interculturalité et éducation : la pratique pédagogique des formateurs d’enseignants dans le cadre de la formation initiale autochtone de l’État de Michoacán au Mexique. Thèse de doctorat inédite, Université de Montréal, Montréal, Montréal.

Résumé

Cette recherche doctorale porte sur les pratiques des formateurs d’enseignants dans le cadre de la formation initiale autochtone de l’État de Michoacán, au Mexique. Elle entend décrire, analyser et faire comprendre comment les écoles normales indigènes, par l’entremise de leurs programmes et pratiques pédagogiques, préparent actuellement les futurs enseignants autochtones à faire face à la diversité culturelle de la population scolaire. En étudiant plus particulièrement le cas de l’École Normale Indigène de l’État de Michoacán, au Mexique, nous avons centré notre attention sur la pratique des formateurs des enseignants autochtones. Nous avons émis l’hypothèse que la pratique enseignante autochtone se réalise dans un contexte de tensions non résolues, de dilemmes et de difficultés, non seulement en raison de la formation des enseignants autochtones et des ressources méthodologiques et matérielles sur lesquelles ils s’appuient, mais aussi en raison de leur rôle d’intermédiaires culturels entre les besoins et les aspirations des communautés autochtones et les politiques officielles des programmes d’études fédéraux et étatiques. Notre recherche s’appuie sur la méthodologie qualitative ainsi que sur l’analyse de la diversité culturelle tout en tenant compte de l’approche théorique de l’interculturalité critique et décolonisatrice. Les résultats auxquels cette recherche est parvenue confirment que, même si les formateurs d’enseignants autochtones ont conscience du rôle d’intermédiaire culturel qu’on leur fait jouer, ils ne disposent pas de moyens tant théoriques que pratiques et pédagogiques pour surmonter cette mission. Les données recueillies nous ont permis de faire apparaître comment ces contradictions provoquent en eux une sorte de scission intérieure difficile à franchir entre leurs valeurs et traditions provenant de leurs communautés; comme si en étant des formateurs d’enseignants et en se pliant au rôle que l’école leur fait jouer, ils tendaient à devenir « autres », partagés entre deux cultures aux valeurs et références différentes, voire antagoniques, en trouvant pour s’en sortir dans leurs pratiques d’enseignement des stratégies pédagogiques individuelles ou des solutions empiriques et ponctuelles. Sur la base de tels constats, cette recherche s’emploie à contre-proposer, en guise d’esquisses de pistes de solutions pratiques, une nouvelle définition du formateur enseignant, c’est-à-dire d’un formateur qui soit capable de retrouver le sens profond de ce que peut être « un enseignant » dans son appréhension la plus large et la plus noble : plus qu’un technicien de la pédagogie, plus qu’un spécialiste de compétences didactiques données, plus qu’un opérateur de prescriptions institutionnelles, il devrait d’abord et avant tout être considéré comme un « passeur de savoirs » : des savoirs théoriques et pratiques complexes; des savoirs enracinés dans le passé, mais aussi en lien avec les savoirs contemporains. 

This doctoral research focuses on the practices of teacher educators in the context of indigenous initial training in Michoacán State, Mexico. It aims to describe, analyse and promote understanding of how indigenous teacher training colleges, through their curricula and pedagogical practices, are currently preparing future indigenous teachers to deal with the cultural diversity of the school population. In studying the case of the Indigenous Teacher Training College in Michoacán State, Mexico, we focused our attention on the practice of indigenous teacher trainers. We have hypothesized that Aboriginal teaching practice occurs in a context of unresolved tensions, dilemmas and difficulties, not only because of the training of Aboriginal teachers and the methodological and material resources on which they rely, but also because of their role as cultural intermediaries between the needs and aspirations of Aboriginal communities and the formal policies of federal and state curricula. Our research is based on qualitative methodology as well as on the analysis of cultural diversity using the theoretical approach of critical and decolonizing interculturality. The results of this research confirm that, even though indigenous teacher educators are aware of their role as cultural intermediaries, they do not have the theoretical, practical and pedagogical means to overcome this mision. The data collected allowed us to reveal how these contradictions provoke in them a kind of inner division that is difficult to overcome between their values and traditions from their communities; as if by being teacher trainers and bending to the role that the school makes them play, they tended to become "other", to be finally shared between two cultures with different, even antagonistic values and references, finding only individual pedagogical strategies or empirical and ad hoc solutions to get by in their teaching practices. On the basis of such findings, this research seeks to counter-propose, as outlines of practical solutions, a new definition of the teacher trainer i.e. a trainer who is capable of rediscovering the profound meaning of what "a teacher" can mean in his broadest and most noble understanding: more than a pedagogical technician, more than a specialist in skills, more than an operator of institutional prescriptions, it should first and foremost be considered as a "knowledge broker": complex theoretical and practical knowledge; knowledge rooted in the past, but also in relation to contemporary knowledge.

Lien

https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/23561
Logos des universités associées au CRIFPE

Adresse civique

Université de Montréal
Faculté des Sciences de l'Éducation
CRIFPE
90, avenue Vincent d'Indy
Pavillon Marie-Victorin – C-536
Outremont (Québec) H2V 2S9

Adresse postale

Université de Montréal
Faculté des Sciences de l'Éducation
CRIFPE – C-543
C.P. 6128, succursale Centre-ville
Montréal (Québec) H3C 3J7