Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE)

Votre Flash Player n'est pas à jour. Visitez le site de Adobe pour la plus récente version.

Colloque en éducation

Minority Languages spoken or signed & inclusive spaces

Description

« Langues minoritaires vocales ou signées & Espaces inclusifs »

Une société inclusive ne peut se penser exclusivement à partir d'une réflexion centrée sur un accès physique de ses membres aux espaces collectifs de vie, de travail, de loisir et au patrimoine culturel commun. Au-delà de la réceptivité aux différences et des mesures prises pour prévenir les discriminations, qui déterminent l’accessibilité en tant qu’elle est constitutive des droits humains, se pose la question concrète du rôle joué par les systèmes linguistiques comme voies d'accès à l’appropriation des savoirs qui tout à la fois participent à la construction du sens donné à ces espaces ainsi qu’à l’identité sociale et personnelle de leurs usagers. Les langues en tant qu'élément de communication interindividuel et intergroupal sont à cet égard un véritable mycélium qui assure la cohésion entre les individus, mais également l'épanouissement collectif et individuel. Depuis les années 80, la diversité des langues est considérée par l'UNESCO comme un élément essentiel de la diversité culturelle de l'humanité. À ce titre, elle souligne l'importance d'attribuer un « rôle significatif aux langues minoritaires, en fonction des nécessités de la vie contemporaine, tant sur le plan local que national et international ». Une quarantaine d'années plus tard, il importe de se demander en quoi la promotion de cette diversité, notamment relayée par la Convention relative aux droits des personnes handicapées et à la Déclaration sur les droits des peuples autochtones (UNDRIP) de l'ONU, s'accorde et s’articule avec la conception et la mise en pratique d'une société inclusive.
Dans ce contexte, l'observation des médias linguistiques par lesquels les contenus d'informations ou de savoirs sont hiérarchisés et véhiculés dans les espaces sociaux, de même que l’analyse des enjeux institutionnels et identitaires inhérents à cette organisation, permettent de mettre en dialogue les besoins linguistiques des peuples autochtones, des locuteurs de langues régionales et des personnes en situation de handicap, afin d'identifier des freins à la mise en place d'une société inclusive et d'activer des points d'appuis souvent sous-estimés. Cette perspective invite à considérer les contributions et les limites des langues, quelle que soit leur modalité vocale, gestuelle ou écrite, dans la réalisation d'un idéal sociétal d'inclusion.

L'objectif de ce colloque international est d'interroger la manière dont les espaces sociaux qui se veulent inclusifs (école, université, espace culturel, service public ...) prennent ou non en compte les langues minoritaires. Il vise à faire émerger et discuter des initiatives originales et innovantes dans leurs dimensions psychologique, sociale, glottopolitique, anthropologique, linguistique, pédagogique, didactique et digitale.

Les réflexions s'appuieront sur les leviers, mais également les obstacles que représentent des forces internes et externes (de natures diverses : socioéconomique, politique, digitale…) exercées sur ces langues minoritaires. Elles questionneront également les répercussions sur leurs locuteurs au sein de ces espaces.

Cet appel à contribution invite donc les chercheurs à investir l’un des deux axes suivants :

Axe 1 : Praxéologie : Intervention sociale, Travail, Santé, Éducation, …

  • Transmission et conservation du patrimoine linguistique des langues minoritaires (vocales ou signées)
  • Translangaging (faire vivre les compétences linguistiques de chacun)
  • Intelligence artificielle au service des langues minoritaires (vocales ou signées)
  • Diversités linguistiques incluant des langues minoritaires (vocales ou signées) : témoignages et pratiques
  • Démarches, supports et outils au service des langues minoritaires (vocales ou signées)

 

Axe 2 : Paradigmes, analyse des représentations et des discours professionnels, institutionnels ou médiatiques.

  • Langues minoritaires (vocales ou signées) : Conflictualité des paradigmes
  • Analyse et généalogie des discours sur les langues minoritaires (vocales ou signées)
  • Droit et politique linguistique au service des langues minoritaires (vocales ou signées)


Les axes proposés ici ne sont pas exhaustifs et toute proposition de communication pluridisciplinaire sera bienvenue.

Lieu

Paris, France

Durée du colloque

2020-05-25 au 2020-05-27

Date limite d'appel à contributions

2019-12-20

Lien

http://minoritylanguages.inshea.fr/?q=fr
Logos des universités associées au CRIFPE

Adresse civique

Université de Montréal
Faculté des Sciences de l'Éducation
CRIFPE
90, avenue Vincent d'Indy
Pavillon Marie-Victorin – C-536
Outremont (Québec) H2V 2S9

Adresse postale

Université de Montréal
Faculté des Sciences de l'Éducation
CRIFPE – C-543
C.P. 6128, succursale Centre-ville
Montréal (Québec) H3C 3J7