Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE)

Votre Flash Player n'est pas à jour. Visitez le site de Adobe pour la plus récente version.

Membre

Amina Yagoubi
Étudiante au post-doctorat
Université du Québec à Montréal (UQAM)
Département :
yagoubi.amina@courrier.uqam.ca
Tél. bureau :
Téléc. bureau :

Présentation

Amina Yagoubi, chercheure sociologue, Ph D  :

Ses intérêts de recherche portent sur une sociologie du numérique et de la créativité.
Lors de sa recherche postdoctorale pour un premier projet  de recherche canadienne sur l'économie numérique : «Creating  Digital  Opportunity» de l'Université de Toronto (Munk school, University of Toronto en collaboration avec la TELUQ, 2015-2017), elle s’est intéressée aux impacts économiques du numérique, à l'industrie 4.0 et aux nouveaux modèles d'affaires (ex. géront'innovation ; e-santé, etc.). Elle a aussi analysé les politiques  publiques de soutien aux  innovations technologiques et numériques au Québec (R-D, ex. vêtements intelligents; wearables, objets connectés, IoT, etc.) *(cf. ses publications).

Depuis 2018, Chercheure à la Chaire de recherche du Canada sur les enjeux socioculturels du numérique en éducation à l'UQAM, membre du CRIFPE, elle a obtenu une subvention Mitacs pour son projet de recherche : Culture et inégalités numériques. La question des usages chez les jeunes au Québec. Dans le cadre de cette subvention, elle est responsable de la recherche-participative avec l’organisme Printemps numérique  (Montréal) en lien avec son projet Jeunesse QC 2030 (2017-2020) soutenu par le Secrétariat à la Jeunesse.

En orientant sa recherche sur les inégalités numériques, elle examine  l'impact du capital social et culturel sur l'identité numérique des jeunes au Québec. Elle s’intéresse aux impacts socio-culturels du numérique pour penser le futur de l'éducation 2030  ainsi que la formation tout au long de la vie (UNESCO) en recoupant les analyses sur plusieurs échelles(approche multiscalaire) , soit :

- Les politiques de gouvernance du numérique (ex. éducation, culture et inclusion numérique) ;

- Le rôle des médiateurs numériques et les initiatives exemplaires ;

- Enfin, les modèles de compétences numériques (DigComp, Compétences du 21e s., modèles de littératie numérique, etc.), tout particulièrement les rôles de compétences basées  sur l’esprit critique et la créativité (Habilo média).

Elle complète ses recherches, à différents niveaux, de données et de comparaisons internationales les plus récentes (OCDE, Eurostat, UK, Unesco, etc.).

Site personnel

http://recherchesnumeriques.ca/profil/amina-yagoubi

Diplôme

Doctorat de sociologie (2015)

Principales fonctions professionnelles

Professeure substitut, TELUQ, École des sciences de l’administration (ESA), Université du Québec (Montréal) . (développement de cours offerts en ligne*, 2e cycle), juillet 2014-juillet 2015.

Chercheure postdoctorale, responsable de la recherche-participative (Printemps Numérique, organisme. 2018-2020) ; chargée d’encadrement (École des sciences de l’administration, TELUQ).

 

 

Principales réalisations

Projet de recherche : Culture et inégalités numériques : La question des usages chez les jeunes au Québec

L’impact social du numérique pose des défis d’adaptation, d’appropriation et de formation (UNESCO, 2003). Le Plan numérique en éducation (2018) s’inscrit dans la stratégie en numérique Québécoise (2016-2021) pour accompagner les changements (PAEN, 2016 : 5).

Alors qu’il existe des entreprises d’envergure mondiale telles que Google, Microsoft, DeepMind, etc., à Montréal, le Québec s’inquiète d’une pénurie de main-d’œuvre spécialisée dans l’industrie des TIC (Martin, Lauzon, et al. 2012 ; Yagoubi, Tremblay, 2017b.). Cette inquiétude porte aussi bien sur la formation que sur les conséquences sur le bassin de l’emploi. De plus, le gouvernement canadien enregistre « un écart sur le plan des compétences numériques, car l’accès restreint de certains groupes aux nouvelles technologies entraîne un retard dans l’acquisition des compétences numériques » (Gouvernement Canada, 2010), ce qui est observé surtout chez les femmes. On parle à ce propos, de plus en plus, de l’importance de former les jeunes à la littératie numérique, mais il faut également développer simultanément les compétences sociales, collaboratives et cognitives (PAEN, 2016). L’apprentissage aux nouvelles technologies doit donc être pensé en terme transversal en intégrant des démarches réflexives et créatives. C’est un processus complexe qui implique des acquisitions de savoirs, mais aussi des appropriations collectives ou individuelles (Proulx, 1988 ; Le Bortef, 2000).

La connaissance des mécanismes qui contribuent à réduire les disparités numériques est en ce sens fondamentale (Collin et al., 2016). Ce n’est d’ailleurs pas parce que les jeunes utilisent quotidiennement les technologies qu’ils les maîtrisent (Karsenti, Collin, 2016). Par conséquent, il importe d’analyser d’une part les conditions d’acquisition des compétences numériques (Collin, 2016) et d’autre part, les caractéristiques des usages sociaux (Lacroix, 1994 ; Perriault, 2008 ; Gardies et al., 2010) du numérique (Proulx, 2002). Dès lors, nous nous interrogerons sur les pratiques numériques des jeunes en termes d’objet sociologique soumis à des variables socioéconomiques, démographiques et culturelles. Ces pratiques pouvant laisser entrevoir des inégalités sont teintées « de symbolique, de représentations qui sont [des] valeurs et rapport au monde » (Aillerie, 2011 : 94). C’est pourquoi nous porterons une attention aux liens de causalité, s’il y en a, entre des inégalités numériques chez les jeunes et certaines de variables identifiées (identité, géographie, genre, milieux...) pour comprendre comment il est possible d’assurer une transmission de valeurs d’équité (Fusaro, 2008). Cet objectif de valeurs d’équité sera complété par une connaissance des milieux de la médiation numérique au Québec, ses acteurs et leurs rôles dans la mission à diminuer la fracture numérique chez les jeunes.

Après avoir mobilisé une revue de littérature sur les enjeux de l’économie numérique ; les politiques nationales en numérique ; les modèles de littératie numérique ; les types de fractures numériques chez les jeunes (Wunsch-Vincent, Vickery, 2006), nous amorçons la recherche empirique (septembre-octobre 2018). C’est dans un espace de médiation numérique, le Café numérique, développé par le Printemps numérique (PN), que nous observons comment des jeunes se saisissent du numérique, mais aussi quel rôle le numérique joue dans leur vie. Pour ce faire, nous soumettons un questionnaire ludifié par des étudiants en art graphique (École ISART) afin de recueillir des données quantitatives sur la culture numérique des jeunes. Pour approfondir ce corpus, nous réalisons des vox pop (de 5 à 10 min) en variant les tranches d’âge et en respectant une égalité hommes/femmes. Nous complèterons notre terrain empirique en réalisant des entrevues semi-dirigées avec des acteurs clés de la médiation numérique. Notre recherche participative se veut exploratoire en suivant empiriquement les étapes du projet Jeunesse QC 2030 au fur et à mesure des objectifs atteints. Dans un deuxième temps, nous complèterons les données lors en recueillant des témoignages sur les parcours numériques des jeunes.

Par ailleurs, nous serons également attentifs à l’émergence d’innovations sociales numérique (ISN), et ce, en considérant aussi bien les usagers que les acteurs intermédiaires co-construisant une inclusion et citoyenneté numérique, participant à des identités numériques durables, et par conséquent, à la réduction des fossés numériques.

Champs de spécialisation

  • Sociologie du numérique (impacts politiques, socio-économiques, éducatifs et culturels du numérique);
  • Innovation, technologies et nouveaux écosystèmes collaboratifs ;
  • Sociologie des professions et créativité ;
  • Études sur la jeunesse et politiques éducatives inclusives.

 

Rayonnement scientifique

Prix

Concours Savoir Affaires, Université du Québec, École de technologie supérieure (ETS), Montréal (Mai 2017)

Obtention de 2 prix méritas : 1.Tourisme et Culture ; 2. Gestion de l’eau (Initiative d’idéation entrepreneuriale autour du thème «Montréal, Ville intelligente», vouée à la diversification économique et à la dynamisation du milieu)

Publications

  • Communications

  • Yagoubi, A. (2019, avril). Culture et pratiques numériques des jeunes au Québec. Communication présentée au CRIFPE19, 6e Colloque international en éducation : Enjeux actuels et futurs de la formation et de la profession enseignante, les 25-26 avril, Montréal, Québec.  Consulter
  • Yagoubi, A. (2018, décembre). Mondes numériques : compétences, inégalités et identités. Communication présentée au Printemps numérique, Table de concertation intersectorielle et interrégionale sur la littératie numérique du Québec, Montréal, Québec.  Consulter
  • Yagoubi, A. (2018, novembre). Culture numérique et vulnérabilité. Usages numériques des jeunes au Québec. Communication présentée au Séminaire interne de la Chaire de recherche du Canada sur les enjeux socioculturels du numérique en éducation, UQAM, Montréal, Québec.  Consulter
  • Yagoubi, A. (2018, septembre). Société, culture et jeunesse. Vers une cyber-citoyenneté inclusive. Communication présentée au Printemps numérique, Projet Jeunesse QC 2030, 1ere Table de concertation intersectorielle et interrégionale sur la littératie numérique du Québec, Montréal, Québec.  Consulter
  • Yagoubi, A. (2018, mars). Culture, fractures et pratiques numériques chez les jeunes en situation de vulnérabilité. Communication présentée au Projet du Printemps Numérique. Forum numérique, UQAM, Montréal, Québec.  Consulter
  • Autres

  • Yagoubi, A. (2018). «Pas d’avenir sans téléphone», interwiew de Blackburn, Roger, Chroniques, Le Quotidien (16 sept.-18).. Chicoutimi, Québec :.  Consulter
Logos des universités associées au CRIFPE

Adresse civique

Université de Montréal
Faculté des Sciences de l'Éducation
CRIFPE
90, avenue Vincent d'Indy
Pavillon Marie-Victorin – C-536
Outremont (Québec) H2V 2S9

Adresse postale

Université de Montréal
Faculté des Sciences de l'Éducation
CRIFPE – C-543
C.P. 6128, succursale Centre-ville
Montréal (Québec) H3C 3J7