Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE)

Votre Flash Player n'est pas à jour. Visitez le site de Adobe pour la plus récente version.

Membre

Donatile Mujawamariya
Professeure titulaire
Université d'Ottawa
Département : Formation à l'enseignement
dmujawar@uottawa.ca
www.crifpe.ca/mujawamariya/
Tél. bureau : (613) 562-5800 poste 4127
Téléc. bureau : (613) 562-5146

Présentation

  • Chercheure régulière au Centre de Recherche Interuniversitaire sur la Formation et la Profession Enseignante (CRIFPE-http://crifpe.scedu.umontreal.ca), (2002-présent).
  • Chercheure associée au Centre de recherche sur l’enseignement et l’apprentissage des sciences (CREAS/Sherbrooke), (2006-présent).
  • Directrice et membre-fondateur de l’Unité de recherche éducationnelle sur la Culture scientifique-URECS (2005- présent) : www.urecs.ca.

Diplômes

M.SC. Sciences et Technologie des Aliments, Université Laval, Québec (1998)
Ph.D. Didactique des Sciences, Université Laval, Québec (1993)
M.A Didactique des sciences (Scolarité équivalente), Université Laval, Québec (1989)
BAC. Sciences - option Chimie, Université Nationale du Rwanda, BUTARE (1983)

Principales fonctions professionnelles

  • Professeur, titulaire, Université d'Ottawa, Canada (2008 - )
  • Professeur agrégée, Université d'Ottawa, Canada (2002 - 2008)
  • Professeure adjointe, Université d'Ottawa, Canada (1995 - 2002)
  • Aide enseignante, Université d'Ottawa, Canada (1994 - 1995)
  • Chargée de cours, Université d'Ottawa, Canada (1994)
  • Étudiante à temps partiel, Université Laval, Canada (1993 - 1997)
  • Étudiante, Université Laval, Canada (1987 - 1992)

Principales réalisations

«Les mots peuvent changer le monde/Words can Change the World» (1998) est un projet auquel j’ai collaboré avec six autres collègues de la Faculté. Ce projet visait à promouvoir des stratégies qui permettent à l’étudiant-maître de mettre de l’avant l’équité entre les genres dans ses rapports avec ses élèves: le matériel réalisé, une  production-vidéo et un manuel sont destinés aux professionnels de l’enseignement, théoriciens, praticiens et chercheurs de tous les niveaux d’enseignement, élémentaire, secondaire et universitaire. Un prix a été attribué à l’Association des doyennes et doyens de l’éducation de l’Ontario pour l’ensemble des projets, dont celui-ci, réalisés dans le cadre du Partenariat pour le changement en collaboration avec la Direction générale de la Condition féminine de l’Ontario qui avait financé l’étude.  Par ailleurs, une partie des données de ce projet  m’a servi à produire une publication arbitrée (2005) « Partenaires en sciences pour l’égalité des sexes : de la théorie à la pratique », utilisée dans le cours de Sciences et diversités (EDU 5581) dispensé à l’Université d’Ottawa.

«Que peuvent les femmes en sciences : ce qu’en disent les étudiantes et étudiants-maîtres» (1998) est une autre étude  que j’ai menée parallèlement au précédent  projet et qui visait à établir l’équilibre des inégalités entre les genres en sciences en commençant par l’enseignement des sciences. Une des publications sur ce projet «Pour l’équilibre des inégalités entre les sexes en sciences » dans Formation et Profession est régulièrement citée et utilisée dans des cours de didactique de sciences. C’est aussi cette publication qui a assuré la première rencontre (virtuelle) avec ma première étudiante graduée qui se cherchait une spécialiste en didactique des sciences avec une dimension «femmes et sciences »pour diriger sa thèse de doctorat.

«Étude de facteurs liés aux choix de programmes d’études des filles au postsecondaire» est un projet en collaboration avec des collègues des Université de Moncton et Laval, financé par le CRSH (2004-2007). L'étude menée en milieu francophone minoritaire (Nouveau Brunswick et Ontario) vise à: 1) Spécifier les facteurs qui expliquent la faible participation des femmes dans les formations en mathématiques, sciences, génie et technologie ; 2) Identifier les pratiques des intervenantes et intervenants scolaires auprès des filles du secondaire en ce qui a trait aux domaines d’études post secondaires; 3) Identifier le type d’interventions qui permettrait aux intervenant.e.s scolaires de guider équitablement les apprenantes dans leur choix de carrières. J’ai particulièrement la responsabilité de l’étude en Ontario.  Les données préliminaires ont donné naissance à un article (à paraître) dans la revue canadienne de l’éducation : « Les liens entre les valeurs, les intérêts, les aptitudes et l’estime de soi des jeunes filles et leurs choix d’études et de carrière ».

«Society centred educational practices and the retention of women in engineering», est un projet en collaboration avec des collègues de l’Université d’Ottawa (Histoire, sociologie, génie et éducation) financé par le CRSH (2004-2007) qui vise à rendre les programmes d’études en génie plus attrayants pour les femmes. Ce projet est à la base de la création d’un groupe de recherche UOWERG (University of Ottawa Women in Engineering Research  Group) dont je suis membre fondateur et qui a pour but de promouvoir la participation des femmes en sciences, mathématiques, génie et technologie au Canada et ailleurs.

« Marie-Jeanne Noppen : une pionnière dans l’accès des femmes rwandaises aux études scientifiques » est un projet qui retrace le rôle joué par Marie-Jeanne Noppen, fondatrice et directrice de la toute première école des sciences pour les filles au Rwanda (en 1967), dans l’éducation des filles rwandaises à la science et dans leur accès aux études universitaires.  Le projet débouchera sur la publication d’un livre sur le même thème en plus d’avoir mené à la création d’une bourse d’étude MJNoppen pour l’avancement des filles rwandaises en sciences et génie dont je suis l’instigatrice. Les données préliminaires ont conduit à une publication (2008) dans un collectif  « Le leadership au féminin en STIM : sciences,  technologie, ingénierie et  maths » dans la Collection Éducation-intervention, Presses de l’Université du Québec.

«Enseignement et cultures» est un numéro thématique de la Revue des sciences de l’éducation (2002) que j’ai co-dirigé avec l’éminent Professeur Maurice Tardif. L’ouvrage rassemble des contributions de spécialistes canadiens (Québec, Ontario) et internationaux (Belgique, France et Suisse) sur l’enseignement et la culture scolaire, la culture professionnelle des enseignants ainsi que sur l’enseignement et le pluralisme culturel.  Il est utilisé comme document de référence dans deux cours «Introduction et initiation à l’intervention pédagogique - Did 1230» et «Didactique des sciences de la vie - Did 4595» dispensés à l’Université du Québec à Montréal.

J’ai mené, en collaboration avec Maurice Tardif, une étude pancanadienne «La place et les enjeux de l’éducation multiculturelle dans la formation initiale des enseignants au Canada: le cas des universités en milieux urbains». Le projet visait à décrire, analyser et comprendre comment les facultés d’éducation, par l’entremise de leurs curriculums, préparent les futurs enseignants à répondre aux besoins d’apprentissage d’une population scolaire de plus en plus diversifiée culturellement. L’étude a été réalisée sur une base bilingue (français/anglais) dans cinq universités des villes de Montréal, Ottawa, Toronto, et Vancouver. L’originalité et l’importance de cette étude réside dans sa dimension comparative entre les pratiques des milieux anglophones majoritaires, francophones majoritaires et bilingues (francophone minoritaire). Ses résultats permettront de repenser l’éducation et la formation des enseignants pour les écoles canadiennes de demain. Elle a également débouché sur la publication d’un collectif arbitré «L’éducation multiculturelle dans la formation des enseignants au Canada» publié aux éditions Peter Lang (2006), déjà utilisé dans des cours comme «Éducation interculturelle (PED 415)», dispensé par l’Université de Sherbrooke…

 «Sustaining Quality Curriculum in Science and Technology in Ontario Schools» est un projet complété en octobre 2005. L’étude a consisté en une analyse des programmes de sciences et technologie de l’Ontario de la 1ère à la 12ème année en vue de proposer des modifications au curriculum existant pour la réforme de l’enseignement des sciences et technologie dans cette province. Une révision des programmes de sciences et technologie a été effectivement réalisée sur base des recommandations faites dans notre rapport de recherche. Dans cette analyse, un accent particulier est mis sur la nécessité de tenir compte de la diversité culturelle et ethnique dans le contenu curriculaire en sciences.

J’ai mis sur pied (2004-2005) une Unité de recherche éducationnelle sur la culture scientifique (URECS) dont la mission fondamentale est de créer une communauté d’apprentissage pour débattre des questions relatives au développement de la culture scientifique en milieu scolaire, universitaire et dans la société en général. Cette communauté d’apprentissage est formée de chercheurs, d’étudiants diplômés et de praticiens. Le programme d’activités de cette unité de recherche comprend quatre volets inter reliés: 1) collaborations et partenariats; 2) recherche et diffusion des résultats; 3) activités de formation scientifique; ainsi que 4) activités de promotion de la culture scientifique. Dans le cadre des activités de collaboration et de partenariat, le CRSH a déjà financé un projet de recherche «Enseignement et apprentissage des sciences en milieu francophone ontarien : dilemmes et défis» mené avec deux conseils scolaires un public et l’autre catholique. L’étude vise à identifier les conceptions de sciences que se font élèves et enseignants; décrire les conditions dans lesquelles se fait l’enseignement-apprentissage des sciences; identifier les problèmes auxquels font face les enseignants et les élèves ainsi que leurs sources; proposer des solutions susceptibles de contribuer à un meilleur apprentissage des sciences chez les élèves francophones de l’Ontario. Une première publication arbitrée est à paraître «Enseigner les sciences en milieu francophone minoritaire : perceptions d’enseignantes et d’enseignants francophones de l’Ontario» dans l’ouvrage collectif «De la recherche à la pratique : regards pluriels sur l’enseignement des sciences, des technologies et des mathématiques».

J’ai publié (2002) un collectif arbitré «L’intégration des minorités visibles et ethnoculturelles dans la profession enseignante : récits d’expériences, enjeux et perspectives». C’est l’unique ouvrage en français et qui, par surcroît, se penche sur la question de la formation des enseignants en milieu francophone minoritaire tout en établissant une comparaison avec le Québec. Mais pour moi, il n’est qu’un point de départ dans l’exploration plus approfondie d’un champ de recherche à la fois inconnu et négligé. À ce chapitre, mes activités s’inscrivent dans le mandat de l’Université d’être à l’avant-garde du développement de l’enseignement, de la recherche et des programmes conçus expressément pour les francophones de l’Ontario. C’est d’ailleurs dans cette veine que j’ai réalisé une étude (1998), «Les besoins spécifiques de la communauté étudiante des minorités visibles face à la pratique d`enseignement dans un contexte franco-ontarien : de l’université à l’établissement scolaire associé», la première du genre dans un contexte francophone à laquelle ont participé: 1) des enseignants-associés de dix écoles (5 catholiques et 5 publiques) appartenant à quatre conseils scolaires différents; 2) des étudiants-maîtres des minorités visibles inscrits aux cycles élémentaire et secondaire; ainsi que 3) leurs professeurs-conseillers. Aujourd’hui, cette étude permet à la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa de former tous les futurs enseignants à la gestion des différences individuelles et de mieux encadrer les étudiants-maîtres de minorités visibles lors de leur séjour à la Faculté et dans les milieux de stages. Depuis 2003, le livre «L’intégration des minorités visibles et ethnoculturelles dans la profession enseignante : récits d’expériences, enjeux et perspectives » sert de manuel de base dans deux  cours « Gestion de différence dans un contexte minoritaire pluriethnique» et «Enseignement en contexte minoritaire pluriethnique» que j’ai conçus. Le premier cours est obligatoire et s’adresse à tous les étudiants du cycle intermédiaire/supérieur tandis que le deuxième est un cours optionnel qui s’adresse aux étudiants du B. Éd. à temps partiel.

Champs de spécialisation

Formation à l'enseignement; enseignement et apprentissage des sciences; femmes et sciences; diversité culturelle; questions des inégalités, méthodes de recherche qualitative et quantitative.

Rayonnement scientifique

Prix

  • Prix d'excellence en recherche, Université d'Ottawa, Canada (2003)
  • Bourse de l'Agence de Coopération Institutionnelle, Canada (1993)
  • Bourse d'exemption de frais de scolarité de l'Université Laval, Canada (1993)
  • Prix d'excellence "Pagaie d'Afrique", Canada (1993)
  • Bourse d'excellence de la Francophonie-ACDI, Canada (1987)
  • Bourse d'excellence pour les études de 1er cycle universitaire, Rwanda (1980)

Publications

  • Articles avec comité de lecture (RAC)

  • Barrett, E., Solomon, P., Singer, J., Portelli, J. & Mujawamariya, D. (sous presse). The Hidden Curriculum of a Teacher Induction Program. Canadian Journal for Education.  Consulter

Recherches

Logos des universités associées au CRIFPE

Adresse civique

Université de Montréal
Faculté des Sciences de l'Éducation
CRIFPE
90, avenue Vincent d'Indy
Pavillon Marie-Victorin – C-536
Outremont (Québec) H2V 2S9

Adresse postale

Université de Montréal
Faculté des Sciences de l'Éducation
CRIFPE – C-543
C.P. 6128, succursale Centre-ville
Montréal (Québec) H3C 3J7